REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
×

OmniSearch


HRP


InRP

Qu’est-ce que l’OmniSearch ?

L’OmniSearch est un outil créé par le Staff qui recense absolument tous les sujets nécessaires à la compréhension et à la vie du forum. Il a pour but de faciliter votre navigation, notamment grâce à sa barre de recherche.On peut accéder à l’OmniSearch de plusieurs façons :

     
  • Via les images défilantes du Panneau d’Accueil, sur l’accueil du forum.
  • Via le bouton en forme de loupe, lorsque vous passez votre souris sur la petite planète en bas à droite, sur un sujet du forum.
  • En effectuant le raccourci suivant, n’importe où sur le forum :
Ctrl + Maj (Shift) + F

Ce raccourci peut aussi fermer l’OmniSearch.


Comment effectuer une recherche ?

Rendez-vous sur l’onglet “Rechercher”, puis entrez un terme en lien avec le sujet que vous voulez consulter. Veillez à bien appuyer sur la touche Entrer pour être certain de lancer la recherche. Vous verrez alors les sujets vous intéressant apparaître.Il est à noter que, lors de votre première recherche et quelques autres rares fois, les résultats mettent du temps à s’afficher (une dizaine de seconde), le temps de trier les sujets.Si jamais un terme recherché ne vous donne pas le lien du sujet voulu, n’hésitez pas à le proposer à un membre du Staff.

La suggestion de recherche est désactivée
                      Le Deal du moment : -53%
                      – 53% sur le Ventilateur sur pied OCEANIC ...
                      Voir le deal
                      22.88 €

                      Maître Corbeau

                      Partagez
                      vava
                      Nashar
                      groupe

                      Maître Corbeau

                      image nash

                      Nashar restait là, impassible depuis au moins trois minutes. Dans un silence des plus fermes, il fixait intensément le regard de Finn, assis en face de lui. Ce dernier, plus que gêné, ne pouvait être que déstabilisé par cet étrange comportement. Avait-il découvert une de ses magouilles ? Ceci expliquerait pourquoi le patron du Demon’s Empire avait convoqué son chef de la sécurité et le mettait maintenant mal à l’aise. L’Embrouilleur gigotait sur place, tandis qu’il essayait de savoir laquelle de ses combines aurait besoin d’être suspendue. C’est à ce moment que le bleuté fit mine de laisser des mots s’échapper de sa bouche, avant qu’il ne la referme subitement. Comme réaction quasi instantanée, Finn explosa :

                      Mais bordel ! Tu m’veux quoi ?


                      L’Empereur soupira. Aucune chance que ça ne soit lui. Finn était roublard et assurément maléfique, mais il n’était pas si machiavélique, c’était un Jewelers après tout. Râlant intérieurement, le bleuté laissa enfin ses yeux pointer sur autres choses que le visage disgracieux du l’ivrogne. À la place, il observa la petite horloge posée sur son bureau. Il lui restait 4 heures avant de devoir se séparer en Nyris et Naïcel, à la demande de cette dernière et… De Geleerde. Bien sûr, il avait eu tous les détails de l’expédition prévue : une traque au chirurgien commencé à Solarii qu’ils devaient terminer. Même s’il se sentait concerné par cela, il avait dû plier face aux demandes de Naïcel, dans une lettre des plus enflammée, qui a expressément souhaité se charger de l’affaire personnellement aux côtés de Geleerde. Son moyen de pression ? Une grève. Littéralement un arrêt de la gestion du Demon’s Empire en son absence. Nashar ne pouvait pas encore prendre le risque de tout remettre entre les mains de Favaro seul durant une longue période, il obtempéra donc.

                      Bon, bah si tu m’as appelé pour m’ignorer, moi je me casse.


                      Sur ces mots, le bougre essaya de se lever, mais se retrouva cloué à sa chaise par la magie de Nashar. Avant qu’il ne puisse la brouiller comme à son habitude, le patron du cabaret lui demanda.

                      As-tu vu quelqu’un de louche, durant ce mois, peut-être avant ?


                      Finn tiqua des lèvres de mécontentement. Qu’avait-il aujourd’hui ?

                      Meh, à part toi qui te balade avec une tasse de thé en roulant du cul toute la journée, rien d’anormal.


                      Nashar haussa un sourcil, ignorant la remarque désobligeante.

                      Eh bien tu fais mal ton travail, chef de la sécurité.


                      Le bleuté fouilla alors dans le tiroir sous son bureau, là où un coffre des plus importants était entreposé. Il en sortit trois lettres qu’il mit à disposition de Finn. Le Jewelers les consulta et écarquilla les yeux en comprenant de quoi il s’agissait.

                      Ça alors ! Tes talents de chanteur sont donc si connus qu’on essaye de te faire chanter ! Héhé, sois-en flatté...


                      L’Agent n’apprécia guère sa remarque, comme le souligna son regard renfermé.

                      Oh, mais du calme patron, ça ne doit pas être bien grave !


                      L’Embrouilleur continua sa lecture et son visage se décomposa lentement.

                      Ah… Patron… Il sait pour le sous-sol… C’est pas quelque chose que vous t’as caché aux Jewelers pour te faire du blé ?


                      Il continua sa lecture et fut étonné par la suite.

                      Hm... Et d’après lui, tu choures carrément les clients de Don Leone ? Putain si c’est vrai, t’as des cojones pour un mec qui a la même démarche que mon ex peti-… Ahum…


                      Le brun se tût puis posa les lettres sans terminer sa lecture.

                      Tu sais que pour le coup, j’ai été envoyé pour te surveiller… Donc tu me mets dans de beaux draps là… Si on apprend que j'ai laissé tout ça se faire sous mon nez... Qu’est-ce qu’il demande, ce maître chanteur de mes couilles ?


                      Nashar soupira de nouveau. Finn n’était vraiment pas son premier choix, mais il ne pouvait pas régler cela tout seul. Ou du moins, il lui fallait un bouc émissaire, au cas où il n’arrivait pas à coincer la personne cherchant à lui extorquer des fonds. Favaro aurait été un bien meilleur complice, mais pour des raisons enfermées dans le coffre du tiroir, il ne pouvait se permettre de le mêler à cela.

                      Il veut 90% de ce que je fais avec les clients volés à Don Leone. Il a donné les chiffres précis et exacts de mes dernières transactions dans ses lettres. Cette personne sait ce qu’elle fait, ce qui la rend dangereuse.


                      Finn fit des yeux globuleux à Nashar.

                      Attends, tu déconnes là ? Tu fais autant pour seulement quelques transactions ? Mais bordel ! C’est quasi autant qu’une bonne semaine du cabaret ! Et tu me payes une misère ! J’ai à peine de quoi pas finir le mois sobre, monstre !


                      Ne me fais pas perdre mon temps. Le plus sage est de coopérer avec lui pour l’instant. La lettre dit que je dois lui remettre les Kuartz une fois par mois, ça nous laisse de la marge.


                      L’Empereur, exaspéré d’en être réduit à là, regarda encore une fois l’heure, avant de conclure.

                      Je veux que tu surveilles ce qui se passe au Demon’s Empire. Préviens-moi dès que tu soupçonnes quelqu’un d’être notre corbeau. Fais-le, et tu seras récompensé. Et je ne parle pas d’argent, mais de suffisamment d’alcool pour ne plus être sobre cette année.


                      vava
                      Nashar
                      groupe

                      Maître Corbeau

                      image nash


                      2 heures. C’est ce qu’il restait avant la prochaine division. Droitement affalé dans sa chaise, Nashar scrutait le plafond de son bureau, la tête relevée et les mains croisées sur son ventre. Il avait enquêté des semaines durant sur l'identité de la personne essayant de lui soutirer de l’argent, mais il n’avait aucune piste, que des suspicions. Suspicions qu’il ne pouvait pas confirmer dans l’immédiat, à cause de cette stupide demande de Naïcel et de Geleerde. Il allait devoir payer en attendant. 90% de ses recettes avec les anciens clients de Don Leone, c’était beaucoup, mais Nashar n’osait imaginer ce qu’il se passerait si ce dernier apprenait toute l’histoire.

                      Non, le bleuté n’avait pas peur du magnat de la finance, bien au contraire, il faisait ses réserves pour le soumettre ou se débarrasser de lui. Cependant, il savait que le père de Favaro possédait des connexions plus qu’étendue. Son plan de conquête des mondes commençant par la conquête, si possible pacifique, d’Akerys, Nashar se devait de toujours garder de bonnes relations avec les hautes sphères. Un drama avec Don Leone reviendrait à lui priver de sa future carrière politique, et le condamnerait surement à un renversement militaire, auquel cas Akerys perdrait de l'intérêt.

                      Il y avait cela aussi. Akerys. Plus précisément, les Jewelers. De base, il avait été envoyé à Don Leone pour qu’il l’espionne qu’il reporte ses activités illégales. Il y avait bien une tolérance sur les actions illégales qu’il pouvait lui-même entreprendre dans ce cadre, mais faire du commerce de marchandises "exotiques" de son côté était définitivement hors propos. Si le bleuté était exclu des Jewelers, il n’aurait plus aucune légitimité à Akerys et il serait forcé d’aller vivre ailleurs. Solarii, très certainement. L’instabilité y régnant encourageait les putschs et autres révolutions, mais c’était justement la fréquente occurrence de tels événements qui rendait la planète aux continents volants difficile à conquérir.

                      Nashar ne devait laisser aucun de ces scénarios arrivés. Ce maître chanteur représentait un énorme risque qu’il ne devait pas prendre. Encore une fois, l’Empereur se replongea dans l’analyse des lettres - y compris celle qu’il n’avait pas montrée à Finn un peu plus tôt.

                      Le corbeau n’était vraisemblablement pas un haut placé, au vu de sa demande. Les hommes politiques demandaient surtout des faveurs. Mais malgré tout, il avait le moyen d’aiguiller Don Leone d’une possible trahison. S’il devait appartenir à l’un des organismes pouvant faire pression sur Nashar, il serait donc plus du côté du magnat de la finance que des Jewelers. Enfin, il était aussi très probable qu’il n’appartienne à aucun de ces clans. Au vu des instructions qu’il avait laissées sur la manière de lui remettre l’argent (via un sceau magique de téléportation ), c’était une personne très méthodique et avec des dons magiques au-dessus de la moyenne, même pour un Akers. D’ailleurs, en était-ce un, d’Akers ?

                      L’autre fâcheux point était cette lettre qui décrivait les faits et gestes du bleuté et des deux jumeaux le composant, même lorsqu’ils n’étaient pas à Akerys. Les détails relatés n’étaient cependant pas des plus précis, et Nashar savait qu’il avait parlé de ces aventures hors Akerys à quelques personnes du cabaret. Autrement dit, le corbeau se trouvait non loin de lui, ou du moins, il possédait un agent infiltré au Demon’s Empire, ou même un moyen d’écoute. Finn semblait être le candidat idéal pour cela, mais il n’avait clairement pas le QI pour. Et puis, Nashar avait mené son enquête, en l’espionnant en continu pendant une longue période de temps. À part une tendance trop prononcée pour l’auto-destruction, il n’avait rien observé de probant. C’était d’ailleurs pour ça qu’il avait fait appel à lui pour l’aider un peu plus tôt.

                      Un des autres détails permettant de dépeindre un portrait du Maître chanteur était sa capacité à donner le montant exact des transactions effectuées avec les anciens clients de Don Leone. L’envoi de fond et leur stockage se faisant via plusieurs moyens intraçables, il doutait qu’on puisse le savoir par là. Il ne voyait que deux solutions : ses clients vendaient la mèche, consciemment ou malgré eux, ou son registre compte, qu’il remplissait toujours dûment, était lu par quelqu’un d’autre que lui. Mais ce dernier point semblait impossible : le registre était dans le coffre, dans le tiroir de son bureau. Finn lui-même, avec sa capacité à affaiblir la magie, n’avait pas pu outrepasser les protections qui avaient été apposées sur l’objet.

                      Malgré tout, Nashar avait pris les devants : il avait fait mettre ses clients sous surveillances et avait inscrit de faux nombres dans son registre de compte. Il attendait patiemment une nouvelle lettre du maître chanteur, qui arrivait tous les trois jours à la même heure ; c’est à dire dans une heure.

                      vava
                      Nashar
                      groupe

                      MAÎTRE CORBEAU

                      image nash

                      Une lumière rouge brilla sur le bureau de Nashar. Un sceau de lumière apparut alors et matérialisa une enveloppe que l’Empereur s’empressa de lire. Il n’essaya pas de traquer la provenance de sa magie, ces précédentes tentatives s’étaient toujours soldées par des échecs. Il parcourut la lettre avec attention. C’était le modèle qu’habituellement : écrite à la machine, avec un langage à la fois soutenu et familier et aucun trait distinct pouvant servir à un profilage. Simplement un long enchaînement de mot formant une menace et contenant… L’exact montant erroné de sa dernière transaction qu’il avait inscrit dans son registre de compte.

                      Le mage garda une apparence stoïque, mais bouillonnait de l’intérieur. Au-delà de ce registre, ce coffre contenait la précieuse lettre de Don Leone expliquant ses conditions de régence sur le Demon’s Empire. Quiconque en connaissait le contenu pourrait fortement nuire à ses plans, le condamnant à devoir abandonner une conquête douce d’Akerys. Il était clair que ce corbeau devait être déplumé le plus rapidement possible. Les histoires de chantage étaient toujours graduées : il demandait 90% des transactions aujourd’hui, mais pourrait en exiger 100% demain, et encore plus après demain ; et il avait les moyens de pression pour.  Nashar se refroidit pour garder son calme. Il en déduirait ce qui en devrait être déduit plus tard, il continua sa lecture.

                      Rien de bien intéressant dans le reste de la lettre… Mis à part les derniers mots. “Mes amitiés aux jumeaux”. Aucune des précédentes lettres ne faisait référence à eux ainsi. Savait-il qu’il allait devoir se diviser et s’absenter ? Pour le coup, Nashar n’en avait encore parlé à personne. Il devenait clair qu’il était sous écoute. Peut-être que son coffre n’avait pas été forcé, mais que, d’une manière ou d’une autre, à la manière des caméras de surveillance de HOPE, son bureau était filmé. Ainsi, tout ce qu’il y faisait était exposé au corbeau : remplir son compte de registre, lire la lettre de Naïcel, conclure un pacte avec un ancien client de Don Leone. Tout s’expliquait ainsi.

                      Nashar conclut qu’il s’agissait de la piste la plus probable et inspecta la pièce dans les moindres recoins avec ses pouvoirs. Il crut halluciner en voyant l’énorme résidu d’énergie de Finn présent aux quatre coins de la pièce ; mais il put associer un souvenir à chacun d’entre eux : Finn qui essayait d’entrer par effraction pour lui voler de l’argent ou de l’alcool, Finn qui défonçait la porte, Finn qui téléportait ses excréments et autres fluides directement sous sa chaise. Bref, "rien" de “suspect”. Par contre, ce qui l’était définitivement, c’était cette énergie inconnue juste au-dessus de son bureau. Énergie qui était active à peine quelques heures. L’Empereur le savait maintenant : il était surveillé grâce à un sort d’observation à distance. Pas constamment, mais il l’était quand même. Compte tenu de l’horaire estimé, il pensa immédiatement à son chef de la sécurité et à la mission qu’il lui avait confiée. Il devait donc partir du postulat que toutes informations provenant de Finn seraient potentiellement manipulées par le corbeau.

                      L’horloge tiqua lourdement, il était l’heure de la division. S’entourant d’un halo de lumière rouge après avoir envoyé l’argent au Maître chanteur via un sort de transfert, Nashar se promit de mettre un terme à tout cela à sa prochaine incarnation.

                      vava
                      Nashar
                      groupe

                      MAÎTRE CORBEAU

                      image nash


                      Nashar ? Il vient de se diviser, Naïcel et Nyris sont partis je ne sais où avec leur cristal, une histoire avec Geleerde apparemment.


                      Sérieux ? Mais c’est con, j’allais lui faire mon rapport, putain.


                      Ton rapport ?


                      Finn commença le rituel habituel : alors que Favaro comptait les bouteilles au bar en vue d’un réapprovisionnement, il se servait dans les bouteilles quasi vides, qui finirait de toute façon à dans la cuisine ou dans la poubelle.

                      Bah ouais, le patron m’envoie sur une mission super secrète, je peux pas t’en parler.


                      Flairant l'ébriété facile, l’Embrouilleur insista sur la négation de la dernière partie de sa phrase, tout en lui désignant un verre vide et une bouteille pleine de “48°”. Piqué de curiosité et sachant bien que, sans Naïcel ou Nashar dans les environs, le bougre allait tout de même se servir, Favaro prit la bouteille pour lui en verser en doigt. Bien sûr, son interlocuteur s’en empara immédiatement tout de suite après pour le remplir à ras bord. Se faisant, il commença :

                      Un petit con cherche des noises au patron. Apparemment, il sait des trucs louches sur lui et s’en sert pour lui soutirer du fric. Il m’a chargé d’enquêter pour trouver qui c’est.


                      Dubitatif, Favaro leva un sourcil en notant qu’il devait aller chercher une autre bouteille de “48°”.

                      Et cette personne… Ce n’est pas toi ?


                      Bien sûr que non ! J’suis pas un voleur !


                      Un autre regard dubitatif de Favaro vint se confronter au regard particulièrement confiant de l’Embrouilleur.

                      Soit… Bon trabajo à toi.


                      Cette fois, c’est Finn qui adressa une expression interrogative à l’encontre du roux.

                      T’es pas fâché ? Je veux dire, le mec que tu considères comme ton meilleur ami ne fait pas appel à toi quand il a un problème aussi grave. Pire, il met le dernier - et sexy -  des trous du cul au courant et lui demande même un service. Ça te fait rien ?


                      L’Akers souffla d’exaspération.

                      Depuis la déchéance, Nashar n’est pas dans son état normal. Je sens bien qu’il garde pas mal de chose pour lui. J’ai parfois même l’impression qu’il m’en cache délibérément, surtout en ce qui concerne les termes du marché passé avec mon père. Mais que veux-tu ? Je ne pourrais surement pas y changer quoi que ce soit. Et puis, grâce à lui, pour la première fois, je suis dans les bons girons de mi familia, vu le fric que rapporte le cabaret.


                      Ah ouais. Des fois j’oublie que t’es le fils du grand manitou.


                      T’inquiète pas, ça arrive aussi très souvent à mon père.


                      Au cours de la conversation, Favaro avait fini lui aussi par se verser un verre. Finn prit cela comme une volonté de continuer la conversation.

                      En dirait que t’en as bavé avec lui.


                      Le roux allait lui répondre, mais croisa ses yeux de commère. Qu’est-ce qu’il faisait au juste ? Allait-il vraiment partager ses histoires d’enfances avec Finn ? Absolument pas.

                      Va te faire mettre Finn, et loin du bar si possible.


                      Ramenant la bouteille de “48°” avec lui, l’Embrouilleur s’exécuta.

                      Si Sa Majesté le désire !


                      Il procéda à un éloignement boiteux en direction du placard de la remise où il s’enfermait habituellement pour boire "discrètement" (ses beuveries étaient toujours accompagnées de pleures et de sanglots bruyants), lorsqu’il se souvint de quelque chose.

                      Ah ! Y avait une rousse qui te ressemble à l’entrée. Je lui ai dit qu’on était pas ouvert et qu’on le serait pas avant ce soir, et elle a dit qu’elle ne parlerait pas à un péon ou un truc du genre. Beau cul, mais totalement folle. Mon genre quoi.


                      Le coeur de Favaro rata un battement. Rousse, hautaine et lui ressemblant ? Ça ne pouvait être que… Elle. L’Akers se précipita à l’extérieur. Évidemment, il n’y avait personne.



                      vava
                      Nashar
                      groupe

                      MAÎTRE CORBEAU

                      image nash

                      Est-ce que tu fais chanter Nashar ?


                      Non.


                      Favaro posa sa tasse de thé encore brûlante et se leva du confortable fauteuil dans lequel il s’était assis quelques minutes auparavant. Avait-il fait une erreur en venant ici ?

                      Eh bien adios.


                      En se dirigeant vers la sortie du salon, l’Akers fut stoppé net par l’intervention de son interlocutrice.

                      Ara ara ~. Tu vas gâcher le thé que Ma’Martha t’a fait ? Elle semblait si heureuse de te le faire.


                      Dommage que tu l’as envoyé faire des courses avant que j’arrive d’ailleurs. Elle aurait été encore plus heureuse en me voyant.


                      C’est pour cela que tu devrais passer plus souvent. Et puis, que veux-tu, il faut la tenir occupée : son rôle de nourrice n’a plus lieu d’être maintenant que nous sommes adultes… Enfin, que l’un de nous l’est, en tout cas.


                      Favaro se retourna pour confronter cette insulte à peine voilée.

                      Tu me retiens pour m'insulter ? Si tu tiens tant que cela à imiter mon père, tu devrais plutôt tout faire pour me tenir éloigné. Maintenant, dépêche-toi de me dire la raison de ta visite au Demon’s Empire. Cela devait être sacrément important pour que tu daignes poser tes pieds sur les pavés des Sapphire’s ?


                      Oh oh, je n’essaie pas d’imiter père, si tu me permets de l’appeler, ains-...


                      Tu peux nommer un serpent comme tu veux, son poison te tuera tout autant. Viens-en aux faits.


                      Oh ? Te voilà bien impatient. Il fut un temps où nous discutions des heures, tels un grand frère et sa petite protégée.


                      Les choses changent, et tu en es l’exemple parfait.


                      Le roux alla s'asseoir lentement. Il prit la tasse de thé fumante et la vida d’un bon quart d’une seule traite.

                      Toujours affreux au goût ?


                      Toujours affreux au goût.


                      Il faudra lui dire un jour.


                      Ça la tuerait sûrement.


                      Un lourd silence s’installa alors. Favaro en profita pour observer la pièce dans laquelle il se trouvait. Il n’était jamais venu ici auparavant, c’était une acquisition récente de sa famille. Néanmoins, l’Akers reconnaissait les goûts horribles du décorateur d’intérieur de sa cousine. Tout paraissait faux, même si les diamants des lustres et des ornements étaient tous ce qu’il y avait de plus vrai.

                      J’ai essayé de reproduire le salon de la maison principale, puis je me suis dit qu’un peu de nouveauté ne ferait pas de mal à la famille. Tu ne crois pas ?


                      Ce que je pense sur la familia n’a aucune importance, Selia. Encore plus maintenant.


                      Le regard d’une sombritude sans égale, Favaro guetta assidûment les réactions et microréactions de sa cousine. Elle n’avait jamais été très stoïque et cette simple phrase avait réussi à extirper tout ce dont le roux avait besoin de savoir.

                      Tu l’as finalement appris, alors.


                      Malgré les efforts de mon père pour me le cacher, je reste un Leone : si je veux une information, je l’obtiens, même si je n’ai pas les détails. Tu étais venu m’en parler, au Demon’s Empire ?


                      Un autre moment de silence suivit, sans que Favaro ne décroche ses yeux de ceux de Selia.

                      Je m’étais dit que même toi tu devais le savoir. Ce n’est pas tous les jours que les termes du sort de succession de la famille changent.


                      Le roux sourit intérieurement. Avant que sa cousine ne le confirme, il n’avait que des doutes sur la modification du Sigillum Successionem. Sa confiance apparente n’avait fait que tendre un piège à la jeune demoiselle. C’était quelque chose qu’il avait évidemment appris et perfectionné en côtoyant Nashar, qui parvenait à négocier des prix en invoquant des tarifs réduits imaginaires chez des concurrents tout aussi imaginaires.

                      Alors ? Tu ne m’en demandes pas plus ?


                      L’Akers leva un sourcil.

                      Il n’y a que père qui peut changer le sort du Sigillum Successionem. S’il l’a fait, cela veut dire que les nouvelles règles m’écartent totalement de la course. De même, cela ne m’étonnerait pas qu’il ait expressément demandé aux membres de notre chère famille de ne pas m’en parler, sous peine d’être disqualifié. Cela t’inclus donc toi aussi, vu que tu es sa grande favorite. Donc, pas la peine de nous ennuyer avec cette étape inutile : nous savons tous les deux que tu ne me diras rien.


                      Selia lui adressa un sourire mêlé à de l’étonnement et de l’émerveillement.

                      Ces rustres de l’espace devaient avoir une technologie incroyable pour te permettre de réfléchir aussi bien.


                      Favaro sourit gentiment.

                      HOPE a tout ce qu’il manque à la famille.


                      Les deux Leone burent une gorgée de leur tasse de thé, maintenant tiède.

                      Des promesses d’aventures farfelues ?


                      L’égalité des chances.


                      Et c’est le fils de Don Leone qui dit cela ?


                      Ta phrase suppose que mon statut m’a donné des ventajas. Tu es bien placé pour savoir que ce n’est pas le cas.


                      Des…Ven-Quoi ?


                      Le roux soupira.

                      Problème de traducteur de HOPE, je me le suis fait implanter et il bug. Des avantages.


                      Ah… Bien sûr que non. En tant que cousine, j’avais plus de liberté que toi. Feue ma mère pensait que c’était à cause de cela que j’étais la plus à même de diriger la famille. Mon éducation fut souple et surtout, efficace.


                      Feue ta mère se droguait.


                      Mais elle avait du nez.


                      Les deux akers gloussèrent vivement.

                      Désolé, j’irai lui déposer une rose sur sa tombe pour me faire pardonner.


                      J’irai la lui retirer après, aucune rose ne veut flétrir près d’elle.


                      Un autre épais silence envahit la pièce. Un silence différent des précédents, car teintés de tristesse.

                      Favaro… Je suis désolé.


                      Et pourquoi donc ? Je ne m’étais jamais fait d’illusion sur la succession. J’en suis même soulagé qu’il ait abandonné son projet de me faire tuer accidentellement. Maintenant nous allons pouvoir vivre chacun nos vies.


                      Ce n’est pas obligatoire. Une fois cheffe, je pourrais te faire des excuses au nom de la famille et tu pourr-


                      Quoi ? Reprendre tes affaires ? Passer ma vie à négocier des contrats ? À assister à des repas où les participants sont plus gras que la friture servie ? Très peu pour moi. Tant mieux si tu t’y vois déjà, mais s’il te plait, ne me mêles plus aux affaires des Leone une fois que tu y seras.


                      Une autre prise de thé commune amena un nouveau blanc, jusqu’à ce que ce Favaro demande :

                      Et du coup. Pourquoi père veut soudainement changer son testament ? Il est vieux, mais il a encore de quoi tenir un bon siècle.


                      Justement… Je voulais surtout te parler de ça quand je suis venu au Demon’s Empire. Rien d’officiel, mais… Quelqu’un chercherait à le tuer, depuis peu. C’est le bruit qui court dans le milieu, en tout cas. Il ne sort plus que le soir ou tôt le matin pour éviter les foules et il est toujours accompagné de garde du corps et d’urgentiste.


                      En somme, c’est comme quand il vient de signer un contrat au désavantage d’une autre grande famille. Il craint les attaques adverses depuis le meurtre de grand-père. Rien d’alarmant.


                      Non… C’est différent. Il a renoncé à sa carrière politique. L’annonce sera rendue publique d’ici quelques jours.




                      Je doute que sa vie soit plus en danger qu’à un autre moment, mais je pense que quelqu’un cherche à lui nuire… Et que ce quelqu’un a les moyens de le faire. J’ai l’impression qu’il se prépare à fuir.


                      Du chantage.


                      C’est ce que la famille pense. Évidemment, il n’en dira rien. Je voulais te prévenir ; d’un point de vue externe, le meilleur moyen de l’atteindre c’est à travers toi. Tu es son fils unique après tout. Le public ne sachant rien du Sigillum Successionem, tu es l’héritier des Leone à leurs yeux. Fais attention à toi, cousin. Celui qui fait chanter ton ami pourrait bien faire pire, si les deux affaires sont liées.


                      Favaro termina sa tasse, avant de se lever.

                      Merci. J’aime à voir que derrière tout ce maquillage te faisant ressembler à père, tu restes ma petite Selia.


                      Le roux s’approcha d’elle puis s’agenouilla. Délicatement, il lui prit la main droite, où une énorme bague enveloppée un de ses doigts. Il y déposa doucement ses lèvres. C’était normal ; on honorait le Chef de la famille Leone de cette façon, depuis des générations. Ce qui ne l’était pas en revanche, c’était le regard, presque Nasharien, qu’il lui porta par la suite.

                      vava
                      groupe
                      Aller en haut MenuAller en bas