AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Derniers sujets

Crime historique

 :: HOPE :: Spark City :: Area Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 12 Juin - 23:20
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 548

ID AGENT
Matricule: HO-7197
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t341-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t343-chronologie-de-proxima-centrenuit
Comment elle se sentait ? Comme un lundi… L’agent de Hope sortait d’une soirée un peu mouvementée… Elle avait décidée sur un coup de tête d’aller dans l’Andromeda, le bar le plus fréquentés des agents. Bien évidement, tout le monde ici avait ses petites habitudes, ses petites coins et ses petits secrets, tandis qu’elle, encore trop récente, ne faisait que se ballader en prenant de temps en temps un verre, qu’il soit d’alcool ou non. Toujours était-il qu’elle se réveillait ce matin à cause de la sonnerie de son réveil et avec une tête dans un drôle d’état… Pas forcément endolorie, mais un peu anesthésiée… Elle se souvenait tout de même de tout ce qui s’était passé la veille, et à ce niveau là c’était un miracle… Surement que Cortania n’y était pas pour rien !

‘’Allez allez, on se réveille, la justice, l’ordre et la loi n’attendent pas ceux qui restent sur le côté !’’


‘’S’ils pouvaient déjà mettre un peu d’ordre dans ma chambre…’’
Fit-elle en posant le regard au niveau de son petit tas d’affaire sales qu’elle n’avait pas encore eu le temps de laver… Oh, soupir… Elle devait vraiment le faire ? Après tout, une journée de plus ou de moins… Qu’est-ce que cela changerait ? Probablement rien… De toute façon, les affaires qu’on lui donnaient en ce moment n’étaient pas les plus cruciales, ni même les plus passionnantes… En fait, on lui demandait simplement d’être à son bureau et de faire les tâches un peu ingrates, la rédaction des rapports ou de l’administratif… Pour la former qu’ils disaient…

‘’Et si je vous dis que nous sommes affectés sur une nouvelle affaire ?’’


‘’Oh ?’’
Fit la Centrenuit en ouvrant un peu plus ses yeux, intriguée par cette légère révélation. Tout dépendrait évidement des autres arguments qui viendraient, mais pour le moment, elle avait bien envie d’avoir un peu plus de détail à ce sujet !

‘’Oui, une enquête nous a été affectée, et nous devons nous charger de celle-ci. Nous serons épaulés par une recrue nommée Dextra !’’


‘’Je ne connais pas ! Allez, on se motive ! C’est occasion d’y aller. On inspire… Et on expire ! Zou !’’
Elle bondissait en dehors de son lit, pour commencer à partir, franchissant le seuil de sa porte avant que l’IA ne la sermonne d’une voix monocorde :

‘’Et vous êtes sûre de ne rien oublier ? Vos habits ? Votre Hopewatch ? Oh, et peut-être votre IA par la même ocassion ! Ne m’obligez pas à vous poursuivre en étant véhiculée d’un robot aspirateur ! Je ne tiens pas à revivre ces événements !’’


‘’Héhé !’’
S’amusait-elle, avant de mieux se préparer pour partir.

*****

Le musée de l’organisation. L’endroit était tout de même bien grand ! Bien plus qu’elle l’aurait imaginée initialement. Avançant dans l’endroit une tasse à moitié remplie de thé dans la main, elle avançait en prenant le temps de s’intéresser à chaque œuvre qui se trouvait et qui retraçait les grandes lignes de l’histoire de Hope. Tout cela avait un charme, et il en aurait un bien plus grand si elle n’avait pas déjà eu l’occasion de visiter tout ceci précédemment, lors de sa formation. Mais elle était bien contente de revenir ici, à ceci près qu’il manquait quelques œuvres, visiblement volés…

Pour le moment, elle était obligée d’attendre. La police générale était encore sur place à rechercher les premiers indices, mais surtout à faire une autopsie du corps. Et oui, en plus d’un cambriolage, elle était affectée sur un meurtre. Le gardien de nuit, un homme discret et sans histoire, tué alors qu’il mettait le doigt sur ceux qui se préparaient à faire un crime d’exception… L’affaire n’allait pas être simple, elle s’en doutait, mais il allait falloir qu’elle fasse preuve d’efficacité ! Après tout, c’était dans ses symboles et son histoire que l’on attaquait Hope ! Et elle n’appréciait pas spécialement les attaques sur ce type de symbole… L’histoire était l’une de ses grandes passions, donc qu’on cherche à la faire taire… Cela pouvait parfois la mettre hors d’elle-même !

Mais elle ne boulonnait pas. Pas encore. Pour le moment, elle était occupée, pas encore trop frustrée de son attente. Toutefois, les choses allaient bientôt changées, car non loin d’elle approchait une grande silhouette… Sombre, menaçante, et dans le dos de la Centrenuit, encore trop occupée à regarder une petite télé montrant un diaporama sur la construction d’un bâtiment administratif de taille.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Juin - 23:45
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 62
Localisation : Spark City

ID AGENT
Matricule: HO-3786
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t275-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t297-archives-de-dextra
Dextra avait réduit la luminosité de ses quartiers au strict minimum. Dans la pénombre de la grotte, les contours des parois étaient à peine visible, tout juste auréolé par la faible lueur qui s'échappait d'une fissure au plafond. Dans cet environnement d'isolement complet, le silence n'était brisé que par les sons des muscles qui se froissaient, des gouttes de sueur tombant au sol, et des grognements de fatigue de Dextra. La Recrue s’entraînait ainsi sans relâche au point d'en avoir perdu toute notion du temps. Qu'il s'agisse d'exercices de musculation, d'étirement, d’enchaînement de combat, la femme au visage lacéré répétait ses gestes comme des automatismes, héritage qui demeuraient de sa vie antérieure, au même titre que toutes les vieilleries et artefacts qui remplissaient sa chambre-grotte et qui faisaient office de mobilier.

Cela faisait à présent plusieurs jours que Dextra ne tenait plus en place. La plupart de ses tests étaient terminés. Elle avait progressé à la voix dans sa rééducation du langage, mais également dans sa compréhension du monde de Hope, si étranger par rapport à ce qu'elle avait connu. Pourtant, à présent que l'angoisse et la curiosité de la découverte étaient passé, la Sœur se sentait... Bouillir. En bonne combattante, elle avait tenté d'évacuer ce surplis d'énergie physique dans l'entrainement. Dextra avait passé le plus clair de son temps ces derniers jours dans les dômes de simulation et de combat, à s'y épuiser jusqu'à ce que les autres agents, excédés de la voir monopoliser des équipements, lui fassent gentiment comprendre qu'il lui fallait partir. Pourtant, elle avait beau sentir la fatigue s'amasser sur son corps, cette tension et ce bouillonnement qu'elle sentait en elle ne faiblissait pas. De retour dans son appartement, l'entrainement reprenait, toujours aussi intensif.

Sa série du pompes fut brusquement interrompue par un bruit assez strident, qui se répéta à plusieurs reprises. D'abord surprise, Dextra stoppa son mouvement et sauta sur ses jambes, prête à bondir. Restant alerte quelques secondes, elle finit par réaliser que ce son ne venait pas d'une direction en particulier, mais plutôt de l'ensemble des murs de la grotte. Poussant un soupir, la Recrue interpella son IA sur un ton assez mécontent.

    « Ooma. Silence. »

    « Ce son que vous voulez stopper, Recrue Dextra, est celui de votre réveil-matin. Votre dernier cycle de sommeil remonte maintenant à 44h. Pour la quatorzième fois, permettez-moi de vous recommander de cessez vos... »

    « Peux pas dormir. J'ai... besoin de... Je... Ngh. Bouger. Faire... ça. »

    « Pardonnez-moi si je me montre présomptueux, mais malgré votre métabolisme vous ne pourrez pas déployer vos capacités de manière optimale si vous ne prenez pas assez de repos. »

    « Tu ne... Tu ne pas. Comprends pas. Ça aide pas. Ah... Brouille. »

Dans un grognement, Dextra s'adossa à l'un des murs holographique de sa cabine. Cet environnement, réminiscence de la grotte où elle avait passé ces dernières décennies avant que les Agents de HOPE ne la trouvent, était le seul endroit où elle arrivait jusqu'ici à vraiment se relaxer sur la station. Cependant, la technologie de HOPE avait beau être extraordinaire de réalisme, cela ne suffisait désormais plus à calmer la rage d'en découdre qu'elle avait en elle. Même ici, elle sentait cette fébrilité qui refusait de la quitter depuis plusieurs jours.

La situation, loin de s'améliorer, devenait petit à petit critique. Dextra ne parvenait plus à trouver le sommeil, et se retrouvait à la place à se dépenser d'avantage. Ooma, son IA, avait beau chercher à la raisonner et à l'aider, mais il ne parvenait pas à saisir la nature du problème de la Recrue. Elle-même commençait seulement à le réaliser : elle était agitée, impatiente... Car elle avait l'impression de perdre don temps. La vis sur son monde natal l'avait habitué à se fixer un objectif et s'y consacrer corps et âme, nuit et jour, jusqu'à l'accomplir. Ici, tout était tellement... Dissipé. Dextra avait voyagé à travers les astres pour combattre une menace qui menaçait d'engloutir tous les mondes, y compris le sien. Pourtant, depuis son arrivée, rien n'avait été fait dans ce sens. Juste des tests, des questions, des incompréhensions... Les gens qui vivaient sur HOPE semblaient à peine se soucier de cela. Ils se contentaient de vivre leur vie, satisfaits.
Dextra ne pouvait pas. Elle n'avait jamais été, et ne serait jamais, satisfaite.

Un nouveau bruit électronique, différent du précédent, vint agresser les tympans de la combattante. Ce fut plus bref, comme un tintement de clochettes. Dextra se souvint que c'était le son des notifications de sa HOPEWatch. Remontant son poignet devant elle, la Recrue activa l'écran holographique et laissa son IA lui afficher ce dont il s'agissait. Un message s'afficha, dont l'intitulé fut pour Dextra comme une brique lancée à son visage. Une... Mission?

    « Et ce qui devait arriver arriva... Recrue Dextra. Une mission vous a été affectée. Vous devez vous rendre au musée universel de HOPE pour répondre à l'Agent Centrenuit. Les détails se trouvent dans le fichier que je vous affiche à présent. Dois-je commencer la synthèse d'un café? »

    « ... Deux. »

    « Entendu. Deux cafés. »

___________________________________

Quelques dizaine de minutes plus tard à peine, Dextra sortait du pod qui l'avait transporté à destination pour s'approcher de la grande bâtisse de l'autre côté de la place. Une assez grande foule de curieux étaient réunis là, devant l'entrée du musée, à se demander pourquoi l'accès y était interdit par les robots de sécurité de HOPE. En s'approchant, Dextra usa de sa large stature pour fendre la foule. Elle n'était, pour une fois, pas lourdement armée, mais sa taille à elle seule ainsi que ses stigmates étaient suffisantes pour faire s'écarter tous ceux qui posaient les yeux sur elle. Toujours portant l'armure de son ordre, la Recrue avait deux sortes de lames noires attachées à ses cuisses, ainsi que, attaché dans son dos, ce qui ressemblait à une arme à feu primitive dotée d'un canon assez long. Vu son apparence armée, l'un des droïde de protection s'avança vers elle pour l'arrêter et lui demander ses identifiants, mais une simple présentation de sa HOPEWatch lui permit de pénétrer le système de sécurité. A la porte du bâtiment cependant, Dextra s'immobilisa en lisant les panneaux à l'entrée. La Recrue butait sur un mot qu'elle ne parvenait pas à comprendre, et ce depuis qu'elle avait reçu son ordre de mission.

    « Muse... Et? »

    « Le Musée Universel de HOPE. Ici sont entreposés les vestiges du passé de l'organisation, ainsi que de ceux des mondes alliés. Qu'il s'agisse d’œuvres d'art, d'ancien modèles ou de connaissances, tous sont stockés dans ce bâtiment et présentés au public afin d'instruire et de se souvenir. »

    « C'est comme... Reliquaire. »

    « Affirmatif. Bien que servant à une finalité bien différente, les reliquaires de votre monde natal sont ce qui s'en approcherait le plus. »

Dextra resta un instant pensive, et demeura quelque peu absente même ensuite, alors qu'elle avançait dans les couloirs du musée.
Sur Strezia, sa planète d'origine, tout n'était que ruines oubliés et à peine comprises de la civilisation qui avait précédé la sienne. L'Histoire, avec un grand H, était pour ainsi dire tout ce qu'ils avaient pour faire face à la marrée des créatures de l'Abysse. Son ordre, la Sororité du Calice, avait consacré son existence au recueil des reliques et des anciennes connaissance de leur monde. Les Reliquaires, où Dextra avait passé tant de temps à étudier et s’entraîner, avaient autrefois été pour elle un lieu de découverte et de calme absolu. Rarement, au cours de sa vie emplie de danger sur Strezia, s'était elle sentie aussi en sécurité que dans les murs des Reliquaires, entourée des merveilles d'un âge perdu. Ce Musée, alors qu'elle déambulait dans ses allées, lui donnait la même impression. Dextra se sentait envahie progressivement par une profonde et lancinante nostalgie.

Le retour à la réalité fut cependant rude. Alors que la combattante avançait en observant avec intérêt les objets exposés dans le musée, des traces de sang aperçu au bout d'une allée, où plusieurs hommes et robots étaient massés, lui rappelèrent sa mission. Des objets avaient été volés ici, et le gardien était mort en cherchant à les protéger. Une montée de hargne monta dans les entrailles de Dextra à cette pensée. Elle avait de la peine pour cet homme, qui avait eu une mission semblable à la sienne et qui en avait payé le prix. Plus que cela, elle ne pouvait pardonner aux bandits, ce fléau qui gangrenait déjà son monde natal, de vouloir s'accaparer les richesses du passer pour leurs raisons égoïste. La Recrue savait qu'elle n'avait pas forcément l'expérience et les capacités pour mener l'enquête et retrouver les malfaiteurs -son expérience avec un groupe de contrebandier lui laissait encore un souvenir amer-, mais elle était déterminée à tout faire pour les retrouver et leur faire comprendre son point de vue.
A coup de poing.
Mécanisé.
Dans leur visage.

Non loin du lieu ou l'équipe scientifique était en train d'examiner le corps, Dextra remarqua de son œil unique la silhouette d'une jeune femme vêtue de manière assez peu conventionnelle. Elle correspondait à l'image jointe dans le fichier de mission de l'Agent Proxima Centrenuit, qui avait été chargée de l'affaire. Elle était en train d'observer un écran montrant une vidéo éducative lorsque Dextra s'approcha d'elle, d'un pas lourd et métallique dû à la prothèse qui remplaçant sa jambe gauche. La Recrue dépassait l'Agent de plus d'une tête -sans compter le chapeau de cette dernière, que Dextra trouvait au demeurait ridicule- et son visage était assez froid en l'observant, plus en raison de sa fatigue que d'un véritable détachement. Son faciès était de toute manière déjà trop ravagé pour que quiconque puisse discerner ses cernes ou ses traits tirés. En observant la jeune femme face à elle, la Recrue resta quelques instant silencieuse avant de finalement s'adresser à Proxima d'une voix légèrement enrouée.

    « Agent... Centre nuit? ... Je suis Dextra. »
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Juin - 16:46
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 548

ID AGENT
Matricule: HO-7197
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t341-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t343-chronologie-de-proxima-centrenuit
La vidéo qu’était en train d’observer Proxima était à la fois passionnante et fondamentalement inutile. Les explications étaient beaucoup trop superflues, et à part quelques techniques présentées de banalisées par un présentateur un peu près compétent, il n’y avait nullement ce calcul au niveau de la résistance des matériaux, de la masse totale ou même de présentation des coûts que tout cet ensemble avait put coûter. Juste… Le batiment était là, et c’était de la simple vulgarisation technique. En même temps, les gens qui visitaient ce musée n’étaient pas ingénieurs, et ceux qui l’étaient ou le deviendraient pourraient s’informer via des documents spécialisés en la matière. Mais cela n’empêchait pas l’agent d’être captivée par ceci.

Comme une enfant perdue dans un espace trop grand, qui attendait sa mère au rayon des jouets. Elle n’avait guère de surveillance, puisqu’elle était sensée être autonome. Pourtant au centre opérationnel, certains suivaient avec attention ses actions, pour évaluer et savoir si oui ou non, la Centrenuit pourrait être amenée à faire de grandes choses. Car oui, elle avait beau être totalement immature et enfantine, cela restait qu’elle ne répondait pas au cliché habituel, et que donc les gens ne la prendraient pas au sérieux… Qui irait se dire qu’une folle est une agent ? Avec un peu plus d’entrainement et des formations… Elle pourrait avoir un plus grand rôle que celle qu’elle avait actuellement…

Mais toujours était-il que les choses commençaient à s’assombrir. Pas elle, mais simplement qu’une ombre portée se dessinait maintenant sur l’écran en même temps que des pas, suivit, quelques instants plus tard d’une voix presque caverneuse, qui l’appelait. Sans qu’elle ne se retourne, trop captivée par ce qu’elle était en train de faire, ses yeux s’écarquillèrent un brin trop fort, tandis qu’elle poussait un « Hiiii » de surprise, comme si on lui avait subitement pincé les côtes. Se retournant toujours sur l’effet de la surprise, elle fut confrontée à…

‘’Une montagne, une falaise ! Le mont olympe en personne !’’ Reprit-elle en levant au fur et à mesure la tête jusqu’à avoir droit dans les yeux le visage de celle qui se présentait sous le nom de… Dextra… En modifiant quelques lettres, elle aurait eu Daxter. Mais celle-ci était un poil trop grand pour être sur son épaule. Dans les faits, ce serait presque Proxima qui aurait eu le rôle de la mascotte… Bref, clignant plusieurs fois les yeux alors qu’elle était tout impressionnée par la personne, elle se permit de continuer, comme un enfant admirative : ‘’Ouaaah, vous êtes… Claaaaasse !’’

En fait, bien des personnes qui la dépassaient en taille disposaient en plus d’une aura passive et impressionnante qu’elle ressentait… Et celle de Dextra était vraiment celle… D’une survivante, qui avait vu bien d’autres combats… C’était surement ses cicatrices et son détachement apparent qui en était la raison, mais il y avait surement bien d’autres choses ! Bref, elle la regardait un bon moment, avant de secouer la tête, pour reprendre un fil de discussion un peu près… Normal.

‘’Oh, oui ! En effet, c’est bien moi ! Enchanté Dextra ! Oh, mais tu peux m’appeler Proxima ! Oh, et je peux te tutoyer ? Toujours un peu de mal avec ça !’’
Elle ne masqua pas un sourire, pour reprendre : ‘’Du coup… on est toutes les deux sur cette affaire, c’est ça ? Super !’’

Elle sourit d’une manière solaire, pour reprendre cette fois-ci presque à l’opposé :

‘’Sombre histoire, hein… J’aurais aimée venir en de tels lieux plus tôt, lorsqu’il n’y avait pas eu ce crime… Mais bon, c’est notre rôle d’intervenir ! De faire en sorte que la mort de cet homme ne soit pas inutile, et que toutes les choses volées reviennent ici ! C’est pour ça que nous allons mener cette enquête, avec force, foi et conviction !’’


Elle leva le poing vers les airs en terminant ceci, avant qu’un agent ne vienne, pour lui présenter un rapport préliminaire alors que l’on commençait à évacuer le corps de l’agent de sécurité.

‘’Agent Centrenuit, voici le rapport préliminaire. L’agent fut tué d’un tir léger en pleine tête, tir directement mortel. Toutefois, nous avons détectés d’autres traces de sang, appartenant à une autre personne. Il semble que notre agent eu le temps de tirer et de blesser un des individus avant d’être descendu. Dès lors que les équipes scientifiques auront un nom, ils vous le transmetterons. Mesdames, bonne chance pour cette enquête.’’

‘’Merci !’’
Répondit-elle, chaleureusement, pour commencer à feuilleter tranquillement le dossier qu’elle avait entre les mains, pour commencer à faire la discussion avec la recrue : ‘’Sinon… Comment les choses se passent de ton côté ? Tu passes les tests de sélection j’imagine ! Pas de problème particulier ?’’
Revenir en haut Aller en bas
Mer 18 Juil - 15:52
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 62
Localisation : Spark City

ID AGENT
Matricule: HO-3786
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t275-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t297-archives-de-dextra
Dextra ne se formalisa pas de la réaction quelque peu excessive de l’Agent de Hope lorsqu’elle se retourna. Après tout, la Recrue avait, depuis le temps, l’habitude des sursauts qu’elle suscitait lorsqu’on la regardait pour la première fois. Cependant, même si la réaction à vif de Proxima Centrenuit n’avait rien à envier en terme d’intensité à celles des autres personnes surprises par son apparence, cette fois-ci ce n’était pas de la peur ou du dégout que Dextra voyait dans les yeux de son interlocutrice. A la place, elle y voyait… Des étoiles ?
C’était un regard brillant d’admiration et d’émerveillement que la jeune fille regardait la Recrue. Ne sachant trop que faire de cette attention qu’elle ne pensait ni ne souhaitait mériter, Dextra écarquilla légèrement l’œil qui lui restait. Elle ne comprenait pas vraiment d’où provenait ce comportement, surtout venant d’une personne qu’elle rencontrait pour la première fois. Les paroles de la femme aux allures enfantines n’aidèrent en rien. Montagne? Aux limpes? Une classe? Dextra avait beau comprendre les mots, elle ne saisissait pas ce qu’ils faisaient là, ni ce que Proxima voulait dire par là. Avec une légère incompréhension visible sur son visage brisé, la Recrue pencha la tête, répétant avec hésitation le dernier mot de Proxima.

    « Cla… sse ? De… quoi? »

Il était étrange pour Dextra d’envisager que cette femme puisse être son supérieur, un Agent de HOPE. La plupart des autres agents avaient l’air plus intimidant, ou du moins plus sérieux. Ici, elle avait plutôt l’impression d’être confrontée à une enfant, et cela ne l’arrangeait guère. Non pas que la Recrue détestait les enfants, bien au contraire, mais plutôt parce qu’elle ne savait pas bien s’y prendre avec eux. Sur sa planète, les enfants ne pouvaient pas rester longtemps ainsi s’ils voulaient survivre. Invariablement, les jeunes qu’elle avait encadrés étaient soit précocement arrivés à maturité, soit en avaient payé le prix. Malgré l’espoir que Dextra avait eu de préserver l’innocence de ces enfants quelques instants de plus en les protégeant, cela s’était plus souvent qu’elle ne l’aurait souhaité soldé par un cuisant échec.
Sans pour autant redouter un issue aussi funeste –après tout, elle n’était plus sur Strezia-, l’ancienne combattante n’avait nullement confiance en sa capacité à pouvoir interagir comme il faut avec une enfant –ou avec quelqu’un qui se comportait comme une enfant-. L’Agent Centrenuit continuait pendant ce temps de la détailler avec attention. Malgré sa petite taille et son air enjoué, elle intimidait quelque peu Dextra, à la fois par son comportement exubérant et ses paroles qui jaillissaient de sa petite bouche comme un torrent bien trop rapide pour la Recrue encore en réhabilitation. Tout allait beaucoup trop vite pour son esprit blessé et fatigué : elle avait à peine le temps de comprendre deux mots d’une phrase que Proxima sautait à la suivante. Déjà, Dextra commençait à avoir mal à la tête.

    « Tu… Je… Ok, mais… Moins vite. »

Dextra leva la main et commença à se masser le front pour faire passer la migraine en train d’y naitre. Elle commençait à regretter de ne pas avoir suivi les conseils d’Ooma et de ne pas avoir pris le temps de dormir. A ce rythme, sa pauvre cervelle risquait d’être aussi explosée que celle du pauvre homme qui gisait au sol à quelques pas de là. Ce fut d’ailleurs à ce moment que l’un des hommes qui était en train d’examiner la scène du crime s’approcha des deux femmes. Se tournant vers Proxima, il lui tendit un document rédigé à la main en présentant les faits les plus importants du meurtre.
Un tir à la tête. Beaucoup de sang. Mais il n’appartenait pas qu’à la victime. Le gardien avait blessé son meurtrier avant dans rendre l’âme, et cela allait suffire pour l’identifier. Une fois encore, Dextra était en admiration devant les moyens de HOPE. Une seule goutte de sang et l’on pouvait découvrir qui avait fait le coup ? C’était à se demander s’il y avait réellement besoin d’elles pour résoudre cette affaire. Alors que la Recrue fixait à présent le corps, enfin visiblement maintenant que les légistes commençaient à s’en écarter, l’Agent lui posa une question assez inattendue.

    « De… problèmes? »

Sa période de tests n’avait… Pas vraiment été des plus calmes. Alors qu’elle prenait une pause songeuse, Dextra se remémora toutes les différentes situations dans lesquelles elle s’était retrouvée depuis son arrivée sur le vaisseau-monde. Lors de ses examens médicaux, elle avait paniqué et détruit une partie de l’équipement de l’hôpital, ainsi que blessé quelques personnes. Elle s’était mis à dos un Agent, qui s’était par la suite révélé être l’un de ses instructeurs, et qui depuis faisait tout son possible pour la renvoyer chez elle. Elle s’était également retrouvée suspectée de faire partie d’un réseau de contrebande, alors qu’elle cherchait à les poursuivre. On ne pouvait pas vraiment dire que cela rendait bien, comme première impression…
Alors que les images de toutes ces mésaventures défilaient derrière l’œil de Dextra, celle-ci reprit rapidement ses sens et se tourna vers son interlocutrice pour répondre le plus simplement du monde.

    « Non, pas de problèmes. »

Son ton blasé et son visage fatigué allaient, avec un peu de chance, masquer le léger malaise que Dextra avait ressenti en mentant aussi flagrante. Elle ne voulait pas vraiment cacher tout cela… Mais en même temps, elle ne ressentait pas non plus le besoin d’étaler ses problèmes à la première personne qui lui demandait comment elle allait. Peut-être plus tard. Quand la Recrue n’aurait pas un cadavre sur les bras et des maux de crâne qui n’allaient pas en s’arrangeant.

Sans ajouter quoi que ce soit d’autre à cela, et partiellement pour éviter que l’Agent Centrenuit ne creuse d’avantage, la géante s’éloigna de quelque pas afin de s’approcher du cadavre et de l’observer elle-même. Dextra n’avait pas les moyens ni les connaissances des scientifiques de HOPE, mais elle avait assez d’expérience en combat à l’arme à feu pour déceler quelques petites choses. Déjà, la tête n’avait pas été touchée sur un coup de chance : l’impact était net et centré. Le tireur savait ce qu’il faisait. Ensuite, l’impact l’avait touché légèrement sur le côté, par un angle à 45° par rapport à son visage. Cela signifiait que le gardien regardait dans une direction autre que celle du tireur lorsqu’il s’était fait touché. Mais qui regardait ailleurs en pleine fusillade ? Y avait-il quelqu’un d’autre qui l’avait distrait ? Quelque chose d’important au point où il avait risqué sa vie en détournant le regard ? Difficile à dire. Le dossier que sa collègue avait entre les mains contiendrait surement d’avantage d’informations.
Cependant cet élément fut suffisant pour faire naitre une interrogation dans la tête de la Recrue. Il y avait un aspect de cette histoire qui, pour le moment, avait été complètement éclipsé par la mort du gardien. A l’origine, c’était bien un cambriolage qui avait eu lieu ici. Par conséquent…

    « Volé quoi ? »

En se retournant légèrement, Dextra adressa cette question autant à Proxima qu’aux scientifiques encore présents autour d’elle. Ce n’était surement qu’un détail au regard de ce qui s’était déroulé ici, mais les détails pouvaient avoir leur importance. Si elles voulaient comprendre ce qu’il s’était exactement passé, il leur fallait connaitre les motivations du ou des malfrats. Mine de rien, ce musée ne manquait pas d’objets qui pouvaient avoir de la valeur. Pourquoi en viser certains plutôt que d’autres ? Quelle était cette chose que les voleurs considéraient comme plus importante que la vie d’un homme ?
Revenir en haut Aller en bas
Mar 24 Juil - 10:33
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 548

ID AGENT
Matricule: HO-7197
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t341-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t343-chronologie-de-proxima-centrenuit
La grande femme semblait être un peu perdue. Vu le flot de paroles que la Centrenuit débitait, même quelqu’un de plus « Normal » aurait du mal à suivre, et se retrouverait à essayer de décoder les mots clés des phrases qu’elle sortait pour essayer de mettre un sens à tout ce charabia qu’elle pouvait sortir. Et des fois, elle-même était obligée d’y réfléchir un peu après coup pour se demander de quoi elle parlait tant elle pouvait partir sur un point de détail crucial mais aussi inutile. Dans tous les cas, elle demandait avec un bon besoin d’aspirine que sa supérieure y aille un peu plus doucement, pour que les deux puissent avoir une discussion qui ne soit pas à sens unique, ce à quoi, un peu surprise, elle hocha la tête. Elle tenterait les prochaines fois d’y aller un peu plus mollement, mais pas non plus pour que les choses en deviennent caricaturales.

Mais pendant qu’elle faisait la discussion, Dextra répondit lentement que non, elle n’avait pas de problème. Il était difficile de jauge si la grande était en train de mentir ou non. Ses manières lentes, les espaces qu’elle laissait entre ses phrases… Cela était très clairement très difficile, puisqu’on avait presque l’impression qu’elle parlait d’un ton tout à fait monocorde, comme si parler n’était pas une chose qui aurait dût se faire pour elle. C’était tout particulier… Mais en même temps, elle se rappelait qu’il existait milles univers, et que dans le tas on trouvait bien des quadrupèdes tout aussi imposant et posé dans la discussion qu’il pouvait offrir.

Dans tous les cas, il semblait que même si elle essayait de faire contre, il serait difficile d’obtenir une conversation équitable en temps de parole, tout en restant compréhensible. Souriant un peu nerveusement, elle se replongea dans le dossier, marchant quelques pas pour trouver le soutien d’un banc de marbre, pour essayer d’accélérer la lecture. Clairement, il n’y avait pas grand-chose d’autre que le nombre de dommage que l’on pouvait prendre en essuyant un tel tir. Le degré de pénération, la charpie qu’avait fait les os du crane en se disperçant… Il était mort, c’était net, pas besoin d’en rajouter plus… Enfin, jusqu’à ce que la recrue relance une chose capitale comme question… Qu’est-ce qui avait disparu !

‘’Oh oui ! Cortania ?’’


‘’D’après l’inventaire qui a été fait… Plusieurs statuettes, des tableaux, quelques portraits et… Une bouteille d’alcool.’’


‘’Vraiment ? La bouteille d’alcool ? Ces gens sont des soiffards…’’

‘’En fait, il s’agit de la première bouteille ayant été fabriquée par la distillerie du second quartier de Hope. Elle était exposée ici en collection temporairement.’’

‘’Ah. Et ça vaut combien tout ceci ?’’


‘’Moyennant les aléatoires du prix du marché parallèle… Au minimum treize millions. Mais ils pourront probablement s’acheter un petit vaisseau s’ils gèrent bien les offres et les demandes. Toutefois, les objets qu’ils ont emportés n’étaient pas les plus chers que dispose le musée…’’


Réfléchissant un instant, il ne fallut pas longtemps à la Centrenuit pour déduire pourquoi :

‘’Le transport ! Ils ont prit des objets pas trop lourd ou encombrant, et sont partis avec. S’ils avaient prit plus lourd, ils auraient dût prendre un camion au minimum, et ils auraient été moins discret. Ce qui était prévu, c’était le crime parfait, donc… Ils sont surement partis à pied sur quelques maisons…’’


‘’Les voleurs ne repartent pas par la porte d’entrée.’’

‘’Exact ! Et avec cette pièce… Ils ont dût passer par le toit ! Et je pense qu’ils sont passés de toit en toit. Si l’on découvre d’où ils sont partis, cela pourra nous remettre en piste ! Allez, en selle Dextra, direction le toit !’’
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rebirth Universal :: HOPE :: Spark City :: Area-