AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Derniers sujets

C'est l'histoire de trois monstres...

 :: HOPE :: Headquarter :: Secteur O :: Dômes de simulations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 28 Avr - 8:57
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 31
Localisation : HOPE

ID AGENT
Matricule: HO-9136
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t279-drag-far-rinkyu-ter http://rebirth-universal.forumactif.com/t283-crypte-du-drag-fa

L’humilité n’était Val’ka. L’orgueil ainsi que la fierté – aussi mal placée que bien située – l’étaient en revanche. Et aujourd’hui, pour une fois depuis bien longtemps, dans un même pied d’égalité d’équipements, la fierté du descendant Drag’far que j’étais, s’était vue atteinte en plein cœur par une flèche empoisonnée, sans qu’aucun coup physique n’ait été donné. Il suffisait parfois de ramener une entité céleste sur terre pour qu’elle se trouve incapable de voler par la suite. Et d’une façon moindre, on aurait pu assimiler ce qu’il venait de se passer ici à cette image. Même si, dans le fond, le guerrier sauvage et sanguinaire que j’étais, celui qui apportait derrière lui des pluies de sang, se voulait bien plus puissant avec une épée large et lourde en sa possession. Étant dépourvue de cela, ma force n’était que partielle.

Quand le nom de la guerrière parvint à mes oreilles, il alla directement se graver sur la pierre de mon subconscient. C’était le deuxième nom au sommet de la liste des personnes à vaincre et à soumettre au cours de mon existence. Si elle avait mon respect et mon estime, cela n’excluait pas non plus, que je la considérasse aussi comme une rivale, un mur que je devais briser, dans ma quête de la surpuissance. Mais pour le moment, j’allais écouter, pour un temps en tout cas et ce, selon mes humeurs aussi discontinues que la danse des astres célestes dans les cieux étoilés, ses conseils et ses consignes. D’ailleurs, son « gros lard » me fit froncer les sourcils à un moment donné, notant clairement la volonté de provocation qui émanait continuellement de son regard cramoisi.

« Contenir ma fougue » ? Qu’était-ce ? Une leçon ? Un conseil ? Un avis de sa part ? Qu’importe le titre ou même la nomination qu’elle avait pu accorder à cela, je n’allais pas le prendre en considération. Marquer son territoire par la puissance, il n’y avait que ça de vrai pour un guerrier, c’était prouvé. Et les provocations, n’étaient que les chemins droits dont la finalité était déjà toute connue : le gouffre sans fond du royaume des morts. Comme prenant soudainement conscience de mon caractère pas très coopératif, l’hirsute posa là une question particulièrement intéressante. Les raisons de ma venue ici, à HOPE. Cela me revenait clairement car, je savais que j’allais être condamné à mort aujourd’hui sur ma terre. J’étais sensé être mort. Mais ici, je vivais, à la recherche d’un trésor à nul égal, que seul le guerrier sanglant que j’étais, pouvait dénicher.

Mes lippes sous l’impulsion de ma volonté annonçaient la réponse à sa question quand finalement, la femelle me coupa dans mon élan, me signifiant bien que je n’avais aucune obligation à parler pour le moment. Il me fallait toutefois expliciter la grandeur de mes attentes, pour illustrer ô combien grande était ma déception devant la faiblesse mentale et physique des personnes qui entouraient notre actuelle position.

- Dans les glorieuses terres Valiennes, un combattant n’est pas celui qui se dissimule derrière la technologie ou bien un costume quelconque pour affirmer sa supériorité. Des guerriers sont ceux qui se battent avec franchise, sincérité et fierté. La lâcheté dont font preuve ces androgynes qui se croient être des combattants, est enrageante.

Un dégoût particulièrement important se lisait sur mon visage suite à quoi je crachai mon dégoût sur le sol à ma gauche. C’était insupportable.

- Ici, dès les premières minutes, j’ai su que je ne pourrais pas suivre ce mouvement de perfides et de frêles jouvencelles qui se disent êtres des guerriers aguerris. Mon regard à ce moment-là, alla se planter dans les yeux de l’Agent avec qui je voulais m’affronter. Un pitoyable insecte, à se demander comment il avait fait pour arriver où il était sans perdre sa misérable existence.

L’hirsute au regard sanglant, la fière et insolente guerrière, qui semblait vivre suivant le risque, tentant inexorablement de s’aventurer au-delà les frontières du monde des vivants sans jamais la franchir, me promettait une vision différente de HOPE. Sur son faciès, se dessinaient les traits de l’assurance tandis que dans mon esprit, le doute commençait à prendre ses aises. Geleerde était plus ancienne que moi sur ce vaisseau.

Et si véritablement son sang bouillonnait sous l’ardeur des combats répétés comme c’était le cas pour moi, alors il devait certainement rester un espoir, un tout petit brin que ce monde ait plus à offrir que des androgynes pseudo-combattants et des frêles jouvencelles qui se disent guerrières. Mon iris, couleur noir de jais, se cala au coin supérieur droit de mon œil unique, réfléchissant aux propos de la jeune femme qui me faisait face.

Une certaine hâte naquit en moi, cherchant à m’extirper de cet ennui assassin que me procuraient les premiers avant-gouts de cette terre de métal. Mais lors de notre départ, la jouvencelle tenta de nous parer le chemin, cherchant encore une fois, à froisser le guerrier que j’étais. Sans aucun doute, je n’allais faire preuve d’aucune pitié. Mais contre toute attente, sans me laisser intervenir, l’ébouriffée décida de s’en charger, et de remettre cette insolente à sa place, manquant de la frapper un tout petit peu, à mon grand étonnement.

Une fois occupée de cela, sous mon regard légèrement gêné par sa manœuvre, elle me demanda de la suivre, annonçant une bonne marche bien évidemment. Nul doute que, c’était pour me montrer ce que HOPE avait de bien meilleur à m’offrir.

- J’ai un nom… guerrière, Crachais-je avec un soupçon de colère. Et ce n’est pas gros lard…

Sur ces mots, je pris la route, sans jeter un regard sur les deux autres mécréants, de peur de m’élever dans les dimensions astronomiques de colères soudaines. Traversant le pas de la porte, ce fut dans un couloir que nous nous retrouvâmes. Il était toujours important de rappeler que, le seul vêtement que j’avais à ma disposition, était une sorte de culotte sombre déchirée maladroitement au niveau des genoux. Tout le reste de mon corps particulièrement imposant et dont la musculature était minutieusement tracée, demeurait sans vergogne à exposé au grand public.

Mon assurance aussi grande que mon mètre quatre-vingt-cinq, l’esprit combattant que j’étais n’avait aucun mal à frustrer – sans même véritablement s’en rendre compte – les autres passants dans la voie principale. Seulement, de toute cette grandeur guerrière, un seul regard mal placé à mon égard, aurait bien valu un coup-de-poing en guise de rétribution. Essayant de faire fi du poids de cette « civilisation bien vêtue », je me rabattis sur la moins grande du duo :

- Pourquoi n’as-tu pas frappée cette perturbatrice ? Ne sais-tu pas que c’est la façon la plus directe pour donner une leçon ?!! Demandais-je, avec un calme nouveau, presque surprenant.

Le visage froissé par une colère permanente, et la pupille aile de corbeau qui filait partout dans le couloir, observant toutes ces choses que je ne connaissais pas avec étonnement – et méfiance – on aurait clairement pu sentir que j’étais prêt à combattre à tout moment. Grommelant entre mes lèvres ma frustration de ne rien comprendre à tout ce que je voyais, mes poings demeuraient toujours serrés, laissant monter la tension dans mon esprit, d’une façon graduelle. Et une vingtaine de secondes après avoir posé la question précédente, je renchéris :

- C’est encore loin ?!!! Demandais-je avec impatience.

Les misérables qui étaient autour de moi me regardaient de plus en plus. Et ils ne me comparaient à rien d’autre qu’un barbare, un sauvage, une personne qui ne prenait certainement pas son temps à prendre soin de ses cheveux ou bien d’autres conneries de personnes civilisées. ‘Un monstre hors du zoo, marchait dans les couloirs’, c’était ce que je lisais dans leur regard dédaigneux. Toujours dans un élan d’impatience, je m’adressai à une des personnes qui passait, sans vraiment savoir si c’était de l’espièglerie ou bien de la peur qui émanait de son regard.

- Qu’est-ce que tu regardes toi ??!!! HHEEEINNN ???!!!! M’écriais-je !!!

Inconnu : AH… heu… désolé monsieur, je ne regardais rien titubait-il en reculant doucement jusqu’à s’affaisser sur le sol.

La réaction des personnes dans la pièce fut sans appel. Un regard accusateur à mon encontre, chose qui ravivait encore plus la flamme de la colère en moi. Serrant mes poings pour ne pas laisser libre court à ma colère, je crachai mon dégout sur le sol – juste en face d’un jeune enfant – avant de me retourner et continuer ma route sans tenir compte de qui que ce soit :

- Il y a vraiment intérêt à ce que cet endroit soit intéressant, femme. Le dernier mot laissait percevoir ma rage, de la plus nette des façons.

Je la bousculais légèrement dans le lot, avant de prendre de l’avance, pour la laisser en retrait. Bien que mes combats aient été pour la plupart du temps physiques, et bien que j’étais fier de ma posture de combattant, la société elle, ne me correspondait pas. J’étais fier de ne pas être des leurs, certes, mais leurs regards accusateurs, me dérageaient hautement. Et afin de ne pas briser le crâne d’une personne inutilement, je devais m’en aller tout seul.

- Je n’aurais jamais dû quitter ma terre natale… Tss…. Insistais-je en frappant un mur violemment sur le passage.

Quelques pas encore, et je voyais un grand cercle inscrit « O ». Je ne connaissais certainement pas lire les écrits HOPE, mais il ne faisait aucun doute que j’étais dans la zone indiquée par la combattante, qu’importe où elle était à présent. Dans une pièce, celle dans laquelle je n’hésitai pas à entrer, deux dômes extrêmement grands étaient disposés. M’arrêtant un instant, je me mis à observer tout ce qu’il se passait à l’intérieur. Les traits de colère avaient disparu, pour laisser place à de l’émerveillement. Et en dépit de l’envie d’apprendre quelque chose sur ces lieux, je ne pouvais rien faire de bien particulier.

- Immense…
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Avr - 12:51
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 128

ID AGENT
Matricule: HO-6092
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t261-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t266-les-memoires-de-yagleadra

Drag'far
Rinkyu

Geleerde
.

C’est l’histoire de trois monstres
La situation était inquiétante du point de vue des scientifiques présent pour examiner la scène, du moins inquiétante d’un point de vue mental pour leur sujet d’étude. Yagleadra se morfondait et donnait des informations inquiétantes en même temps. Ils savaient bien entendu que cette forme que prenait la tisseuse n’était pas sa forme naturelle et que quelque chose l’avait transformé ainsi … Mais qu’elle en soit l’origine ? Si l’on croyait ses dires, elle aurait été celle qui avait orchestré la fin d’un monde. Ils ne savaient pas encore comment mais derrière les vitres, l’agitation, imperceptible de l’intérieur, était une preuve qu’ils allaient très certainement redoubler de prudence lors de la réhabilitation de la créature.

C’est pourquoi … Tous perdirent leur voix et restèrent figé plusieurs secondes, Oly y comprise, lorsque l’agent Geleerde s’avança pour donner une violente claque au visage de la géante qui, à l’image des scientifiques, resta figée mais cette fois dans une expression impassible. Certes, parfois, un choc d’une quelconque nature pouvait psychologiquement faire avancer les choses pour une personne, c’est un peu ce qu’ils voulaient faire en faisant appel à l’agent polymorphe et provoquer à choc à la vision d’une de ses éventuelle consœur … Et en ce sens, ils avaient réussit. Yagleadra semblait sortir de son mutisme, difficilement mais surement. Cependant, une claque, une confrontation directe, de la douleur, c’était quelque chose de peut-être trop brute et franc pour l’assemblée, craignant un réflexe, le déclenchement d’un instinct de survie, de protection qui aurait rendu la géante violente. Heureusement, cela ne semblait pas être le cas dans l’immédiat mais dans les coulisses, le scientifique haut gradé d’il y a quelques instants donna ses directives.

« Faite la sortir d’ici. Tout de suite. Qu’elle ne remette plus un pied ici. De toute façon, je vais m’arranger pour la renvoyer sur son caillou de sauvage. FAITES LA SORTIR, J’AI DIT ! »

Oly, de son coté, après la surprise, fulminait très clairement mais se contenait de dire un mot, sachant que si elle commençait à dévaler cette pente, elle pourrait même dire des choses qu’elle regretterait avec le recule mais surtout, elle gardait les poings fermés et les muscles tendu de façon à ne pas se jeter sur l’agent et lui arracher la jugulaire de ses crocs de requins. Elle se jurait cependant que la prochaine claque ou tout autre geste inaproprié aurait des conséquences très douloureuses, scientifique mais également agent, capable de se battre … Elle qui même sans formation militaire, sur son monde, n’hésitait pas à s’attaquer à plus grand qu’elle…

La requine suivait aussi le même raisonnement que le cor scientifique mais la chose qui la séparait des autres était qu’elle s’était attachée à Yagleadra, chose fragile qu’elle se sentait de protéger, elle qui semblait effectivement avoir souffert le martyr. Mais là où la scientifique croyait que la choyer était la bonne chose à faire, peut-être aussi la chose qu’elle voulait égoïstement faire, Gel semblait choisir une toute autre approche radicalement opposée. La perception des choses était différente pour tout le monde…

Après que l’agent ait dit ses quatre vérité au spécimen, elle prit elle-même congé, quittant la salle de test sans demander l’avis à personne, ce qui épargna le boulot aux gardes, assurément … Instinctivement, Oly essaya de se calmer se s’approcha de la dame, essayant lentement et avec précaution de prendre une de ses main et son avant-bras pour la ramener à la réalité, elle qui restait immobile à regarder le sol après la gifle.

« Yagleadra ? Ne … Ne t’en fait pas, elle va plus revenir… Ça va ? »

La tisseuse prit quelques secondes de plus avant de tourner son visage vers la scientifique et partager finalement ce qu’elle a ressentit en cet instant.

« … Rustre … Mais … Ses mots … Je me souviens que vous me les aviez dits. Lorsque vous m’avait demandé … De devenir une recrue. »

Elle se souvenait, en des termes bien plus doux et moins accusateurs bien entendu, qu’on lui avait décrit ce qu’était la mission d’un agent, pourquoi ils existaient … Perdue, sans but, sans réelle volonté, elle avait accepté, sans comprendre même … Ses mots avaient fait plus mal que la gifle mais ce mal était différent de ce qu’elle ressentait au quotidien. Ce n’était pas de la douleur. Ce n’était pas ce sentiment de vide qui la rongeait, de solitude … C’était de la culpabilité mais celle-ci était encore différente comparée à toute les fois où elle se flagellé à l’idée d’avoir condamné son monde. Elle n’en était pas sûre, encore incertaine des sentiments qu’elle ressentait mais était-ce … de la honte ?

«  Alors pourquoi … Est-ce que je ne les comprends que maintenant ? »

« Ne t’en veut pas … Tu es passé par tellement de choses, ma grande. »

Yagleadra resta passive à nouveau, méditant sur tout ça en s’enfermant à nouveau dans le mutisme, à telle point qu’elle ne réagit même plus trop aux appels de la requine … On décida de la ramener dans sa cellule où pendant une ou deux heures, elle resta assise sur le bord de son lit, à fixer un point et à ressasser ce que Geleerde lui avait dit. Etait-ce à elle de se « bouger » ? En serait-elle capable ? Pourrait-elle vivre à compter de ce jour sans repenser à ses accusations véridique ? Elle ne se souvenait pas de tout son passé mais elle se rappelait d’un sentiment de devoir, elle se rappelait qu’elle portait son monde sur les épaules et que si la tâche était lourde, elle en tirait une certaine fierté. Etait-elle importante ? Etait-elle une héroïne, un modèle auquel les gens de son peuple s’identifiaient ? Elle ne le savait pas … Elle en avait l’impression … Mais cette impression suffit à la convaincre de petit à petit répondre à Oly, quand bien même celle-ci n’était plus avec elle, que cela faisait un certain temps qu’elle aurait du lui répondre.

« … Est-ce réellement une excuse ? »



Plus tard encore, ce même jour, Yagleadra prit une décision qui étonna tout le monde. Réclamant la présence d’Oly, elle demanda à celle-ci de l’emmener dans l’endroit approprié à ses désires. Un désire, quelque chose qui lui était inconnu depuis son arrivée sur HOPE. Elle était une recrue, destinée à devenir un agent. En tant que telle, elle devait maitriser ses pouvoirs … Franchir une barrière qu’elle-même désirait franchir désormais. Là où elle était incapable de changer un simple cube de biomasse en quoique se soit, elle voulait désormais utiliser ses capacités unique, les maitriser pleinement.

C’est ainsi sous la tutelle d’Oly qu’elle la mena aux dômes de simulation. Divers dômes avaient été installé pour les agents afin qu’ils aiguisent leur capacités à combattre mais de tous ceux installé, un seul pouvait répondre à ses attentes pour l’instant. Le dôme de simulation était prévu pour créer des scénarios, simuler des missions, parfois plus complexe que de simple rencontre hostile et des situations de combats… Mais ici, Oly derrière les commandes, ils réquisitionnèrent l’un des dômes pour une pratique plus douce.

Yagleadra attirait les regards de son apparence étrange, tout aussi bien des gens travaillant ici que les agents venu s’exercer mais là où elle aurait sans doute été gênée de son apparence et du sentiment de peur ou de dégout qu’elle pourrait insuffler aux autres, elle resta ici impassible, comme déterminée. Dans ce dôme, elle ne pouvait pas réellement voir l’extérieur, simulant une banale forêt et un ciel au dessus d’elle, là où les autres pouvaient voir parfaitement à l’intérieur. La terre sous ses pieds n’était pas une illusion. Il s’agissait belle et bien d’élément naturel. Les arbres n’étaient pas synthétique, la verdure, les insectes volant à l’intérieur… Et avant d’y entrer, elle vit tout ça prendre vit sous ses yeux en une paire de minute à peine. Cette technologie était impressionnante, même pour ce qu’elle se souvenait de son monde ultra évolué … Mais cela lui permettait d’exercer son « art » sans contraintes.

Elle pouvait se nourrir de la terre, des plantes, récolter de la biomasse pour la modifier, façonner, tisser la chair comme elle savait si bien faire en modifiant jusqu’à l’ADN même de toutes choses … Seulement, elle ne pouvait pas modifier l’ADN du vide, c’est pourquoi la simulation était l’une des seules choses qui lui permettait de s’entrainer. Oly observait et gardait un œil aguerrit sur elle pour voir si ça n’allait pas déraper, peut-être un peu moins franche que sa protégée à l’idée qu’elle s’entraine aussi tôt, vu l’échec d’il y a quelques heures.

Yagleadra explorait les possibilités de son corps et de ses capacités … Récoltant de la masse, elle modifiait son corps, parfois non pas sans quelques gémissements de douleur, afin de créer par exemple des extensions de son corps. Des serpents, sans yeux et tout en crocs, sortirent progressivement de son dos, des gueules béants avec lesquelles elle « joua » un peu, demandant avec la complicité d’Oly de créer des mannequins pour elle. Ses « tentacules » s’allongèrent et sous son impulsion, vinrent férocement déchiqueter leur cible, quand bien même certains rasaient le sol  ou rataient complètement leur coups de mâchoire. Cela pouvait être intimidant pour ses adversaires mais elle était encore loin d’être pleinement efficace… Mais c’est ce à quoi elle aspirait à venir ici.

Elle passa un long moment à modifier la chair, à créer des abominations aux yeux d’une personne lambda … Créer des créatures, complètement détachées de son corps, des « chiens » de chasse qu’elle faisait courir dans cette forêt, des « insectes » imposant, puis changer ses bras en armes vivantes, épineuses, des lames d’os, elle-même changer d’apparence … Cela faisait regretter à Oly de ne pas être au laboratoire afin de prendre des données plus claires et précise sur tout ce que faisait Yagleadra mais elle n’aidait pas là une expérimentation … Elle aidait une personne à faire ce qu’elle désirait faire. Elle ne perdait jamais ça de vue, malgré sa curiosité scientifique.

A force de mettre en pièce des mannequins, projections holographique à la consistance pourtant bien réelle, Yagleadra finit par tomber à genoux. Elle qui ne montrait pas de réels signe de fatigue à changer son corps encore et encore s’écroulait subitement après un Nième coup de « tentacule » maladroitement exécuté. Ce n’était que des cibles immobiles qui ne répondirent nullement à aucune des attaques mais il fallait un début à tout, surtout dans sa situation. La scientifique avait même empêché sa protégée d’aller dans les niveaux de difficulté supérieur et était contente de l’avoir fait en voyant la géante épuisée, cessant la simulation pour petit à petit retrouver un dôme vide, les extensions de Yag’ se décomposant petit à petit pour retourner à son corps.

Mais alors qu’elle pouvait voir l’extérieur à nouveau, se redressant fébrilement … Elle cru apercevoir un visage qu’elle reconnaissait parmi les spectateurs… La fixant un instant avant de baisser la tête, peut-être encore … Honteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Avr - 23:17
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 233
Localisation : Did you check inside your butt ?

ID AGENT
Matricule: HO-0765
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t121-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t122-chronologie-rp-de-geleerde








- Chacun ses méthodes, barbare. L'important, c'est le résultat.



Déambulant dans les couloirs en compagnie de Rinkyu, l'indomptable ne pouvait nier que les doutes de celui qui l'accompagnait pouvait être légitime. Pour un homme qui n'avait connu que la force pure et dure, apercevoir des êtres dotés d'un quelconque artifice magique avait de quoi remonter l'humeur catatonique du guerrier de Val à son paroxysme.


Malgré cela, l'opinion de Geleerde différait sur un point : il y avait en ce monde, des êtres puissants, chacun possédant une ou plusieurs capacités tout aussi prodigieuse et dévastatrice les unes que les autres. Croire qu'elle était la plus puissante parmi eux seraient une bien regrettable erreur. Et la louve savait pertinemment cela. Son talent pouvait être remarquable, mais nullement supérieur.


Pour la première fois, Rinkyu réfuta l'agréable surnom qu'elle lui avait offert, sans pour autant lui donner son véritable nom. Haussant brièvement des épaules en réponse, la louve n'irait toutefois pas quérir l'information d'elle-même. La recrue avait ses raisons. Elle avait les siennes.


- Et est-ce que pour toi j'ai eu besoin de te frapper pour te donner une leçon, hm ?



D'un sourire taquin en réponse, elle lui tapota le bras tout en continuant sa marche vers le secteur O. Si Geleerde n'avait pas frappée la jeune Anna, ce fut tout simplement pour la bonne raison qu'elle n'en avait pas besoin. Pourquoi perdre son temps avec une gamine dont de simples mots paraissaient suffisants pour lui faire fermer son clapet ?


Bien évidemment, le long parcours à l'intérieur du vaisseau semblait avoir déjà raison de l'impatience de barbare qui ne se priva pas de faire savoir son mécontentement. Visiblement amusée par les réactions de Rinkyu, elle le suivait sans un mot, se contentant d'un sourire narquois ou deux lorsque les Passengers et autres Agents cherchaient vainement une justification quant à ce comportement en cherchant réconfort auprès de la louve.  


- Yare yare daze. Tu sais te faire remarquer toi, hein.



Marquant un temps d'arrêt pour récupérer une cigarette de son paquet, elle fut subitement bousculée par le guerrier de Val. Cette soudaine proximité n'atteignit toutefois pas le moral de l'hybride dont l'éternel sourire railleur ne se délogea pas de son pâle visage. Reposant son dos contre l'une des parois du vaisseau, Geleerde s'apprêta à consommer son bâton de mort lorsque ce dernier fut soudainement retiré de ses lèvres par Holmes.


Arquant un sourcil tout en arborant une légère moue contrariée en guise de réponse à ce geste, il lui fit signe de la suivre vers un lieu plus reculé, à l'abri des regards.     


- Alors ? Qu'en penses-tu ?  


- C'est une grande gueule. Il va sûrement donner du fil à retordre, mais sa force est titanesque.



Automatiquement, l'Agent Holmes réceptionna la bouteille de Saké que Geleerde comptait boire, lui rappelant qu'elle était toujours en service aujourd'hui. Ne prenant pas en considération le bruyant soupir de la louve, il rétorqua :


- Ça serait un parfait coéquipier pour toi, en bref.



Brutalement, la nonchalance habituelle de la louve céda sa place à une vague de colère lancinante. Non que lui interdire de boire avait provoqué cela, mais bien la remarque de l'Agent.


- Ça ne m'amuse pas, Holmes.



La menace dans sa voix pouvait être clairement entendue, malgré que le débit en soit contrôlé. Holmes n'eut toutefois pas la moindre réflexion à ce sujet et se contenta de reprendre son discours :  


- J'ai entendu dire que tu avais quitté ton post pendant une mission avec les scientifiques de HOPE Inc. Je peux savoir pourquoi ?  


- C'est la tactique, justement. Yagleadra est sortie de son tube depuis trois semaines, sans aucune amélioration. J'ai simplement appliqué la méthode à laquelle ils n'avaient jamais pensé.


- J'espère pour toi que ça portera ses fruits. Je ne pourrais pas justifier chacun de tes actes si tu vas trop loin.


- C'est bien pour ça qu'on m'a demandé, Holmes : Pour faire le sale boulot. Encore.



***


Écartant de ses pensées cette altercation qu'elle venait tout juste d'avoir, la louve rejoignit finalement le guerrier de Val au dôme de simulation. Venant se placer juste à ses côtés, elle ne bouda pas son plaisir de voir qu'il semblait surpris par un tel bijou de technologie. Une chance pour eux d'ailleurs, car quelqu'un semblait déjà sur les lieux.


- Tiens, tiens.~ Reposant ses coudes contre la rambarde afin de mieux s'y installer et d'observer la personne qui s'entraînait, elle ajouta : La feignasse s'est décidée à se bouger.



Durant les longues minutes qui s'écoulèrent, Geleerde occulta totalement la masse environnante autour d'elle, se focalisant essentiellement sur la curiosité du jour. Bien qu'elle ne le montrait pas extérieurement, l'émerveillement de la louve monta graduellement devant un tel potentiel de création.


Bien sûr, les attaques de Yag' été encore hasardeuse et n'atteignaient pas toujours leurs cibles, mais pour celle qui avait aperçu quelques heures plus tôt, qu'une simple coquille vide incapable de faire quoi que ce soit autre que de se lamenter, le changement s'avérait honorifique. La claque et les réprimandes avaient-elles été si efficaces que cela, ou bien y avait-il eu un autre facteur quant à ce changement soudain ?


Yare yare.


- Deuxième leçon, barbare : ne jamais se fier à la première impression que quelqu'un peut donner.



Bondissant sans crier gare tout de suite après la fin de la simulation, l'hybride atterrit à l'intérieur du dôme, sans aucune difficulté à la réception. Laissant quelques secondes de répit, elle s'avança d'un pas tranquille vers la curiosité afin de se retrouver juste en face d'elle. Ne dégageant aucune once d'animosité, Geleerde pencha légèrement la tête sur le côté tout en portant ses mains sur les hanches, visiblement curieuse de récolter les premières impressions de Yag' :


- Alors ? Ça te fais quoi de te défouler un peu ?




Respecte ma putain d'autorité, Invité.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 3 Mai - 8:59
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 31
Localisation : HOPE

ID AGENT
Matricule: HO-9136
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t279-drag-far-rinkyu-ter http://rebirth-universal.forumactif.com/t283-crypte-du-drag-fa
« Est-ce que pour toi j’ai eu besoin de te frapper pour te donner une leçon, hm ? »

Nul doute que dans certains moments, les muscles devaient laisser place à la parole. Cette logique n’avait rien de plaisant à un éternel combattant comme moi, toutefois, cela gardait sa place dans certains lieux, comme HOPE par exemple. Mon expression n’affichait rien de particulier à la suite de ces paroles, ni de la colère, ou même encore de la compréhension. Mais pour un être particulièrement brutal comme moi, le simple fait de ne pas me mettre en colère, prouvait bien que la raison était le cavalier et avait fait de la colère sa monture. Mais une monture de plus en plus rebelle, compte tenu des regards indiscrets qui rebondissaient sur mon torse fier que j’exhibais plus que de raison, grâce au sang fort qui coulait dans mes veines. Le sang des Drag’far.

Mais dans les synapses qui méditaient l’information que je venais de recevoir de la part de l’hirsute, la rage prêta main forte à la colère qui ensemble détrônèrent la raison de son statut pseudo-royal. Animé par cet unique sentiment, j’abandonnai mon alliée, pour me précipiter en avant.

* *
*

Une fois dans la vaste salle mécanique aux ondes vibrantes de combat, à l’odeur du sang et de la sueur, la colère fut éjectée sans vergogne de son siège, pour laisser place à la palpitation. On n’était pas très loin d’arracher un sourire au barbare que j’étais, mais bon… fierté, force, pas de faiblesses, tous ces principes avaient scellés bien loin un sourire sincère, pour laisser qu’une face imperturbable.

De mon iris ébène, je vis deux contenus particulièrement imposants. Et de ma position, je pouvais admirer chacun d’eux. Si dans un dôme, deux hommes semblaient se déchirer comme des bêtes par le biais de violents coups physiques, dans l’autre on assistait à un spectacle agréablement surprenant de modification de la matière. Il était évident que mon esprit guerrier et sanglant avait un penchant particulier pour le premier, mais l’entité qui résidait dans le deuxième attira particulièrement mon attention. C’était à se demander s’il s’agissait d’une véritable créature humaine, tant son anatomie ne s’accordait avec rien de vraiment… humain ?

- Par les cieux… Quelle monstruosité… Crachais-je en froissant mon visage rempli d’un dégoût profond, mais aussi un dédain digne d’un être supposé supérieur.

Mais derrière cette remarque explicite, je me revoyais recevoir le même jugement des personnes qui étaient autour de moi, chose qui me poussa à une réflexion qui n’aboutit à rien du tout bien évidemment. Du côté du deuxième dôme, je voyais avec une stupéfaction interne, ce que l’entité créait. Et ces choses, étaient bien à l’image de ce qu’elle était : bizarre. Mais le bizarre ne possédait-il pas aussi également sa facette surprenante ?

C’était certainement cette surprise qui maintenait mon œil unique face à ce spectacle digne de scènes les plus horribles qu’un homme aurait pu voir dans son existence.

Sans s’annoncer, la guerrière arriva sur les lieux, toujours dotée de sa nonchalance légendaire et de sa légèreté honteusement admirable. Une attitude qui était loin de l’orgueil et du sérieux sempiternel du combattant, mais qui semblait seoir au personnage. Lorgnant du coin de l’œil celle que j’avais planté dans le couloir, il ne fut pas difficile de remarquer son attrait particulier à la chose vivante qui demeurait dans le dôme. Bien que les Val’Ka combattants comme moi n’étaient dotés d’aucune logique, la possibilité d’existence d’un lien quelconque entre l’insolente et la… chose… se voyait grandir petit à petit.


-Ne pas se fier à la première impression hein…

De toute évidence, cette hirsute semblait savoir ce qu’elle disait. Il ne me manquerait plus qu’à juger donc la grosse bête par une autre impression, celle qui ne trompait pas, la capacité des muscles. Pour ce faire, je m’éloignai doucement de la rambarde, observant les alentours de gauche à droite, cherchant à l’image d’un pirate, le trésor d’une vie entière de navigation en mer.

Une fois mon regard tombé sur l’objet de mes attentes, sans un mot, mes épaules aussi solides que mes poings, se mirent à suivre le mouvement de mes jambes dans un calme inquiétant. Mon esprit assuré et déterminé, je savais que j’avais mis la main sur le gros lot.

* *
*

Une trentaine de secondes par la suite, une plaque métallique, identique à celles qui recouvraient le sol ci et là – préalablement retiré pas très loin de ma position initiale – voltigeait dans les airs. Cette plaque légèrement déformée par la force de mes doigts, s’inséra dans le dôme en suivant la trajectoire de Geleerde, mais orientée vers une autre personne, la ‘’chose’’. Cette petite strate d’un mètre carré de surface, tournait sur elle-même, déchirant l’espace dans un léger sifflotement, pour aller tomber sur le monstre de sang. Un seul coup d’œil suffisait à se faire une idée de sa lourdeur écrasante, ainsi que de la dangerosité de l’offensive. Et une observation à la source de la trajectoire de cette strate, aurait permis de distinguer un barbare dangereusement bâti, qui venait de se redresser, le regard axé sur ce qu’allait faire la chose aux allures féminines.

- Montre-moi ce dont tu es capable… monstre… murmurais-je.

La suite ne fut qu’évidente. Insérant une force particulièrement grande sur mes appuis, je m’élançai dans les airs pour descendre telle une massue, droit dans la direction des deux rencontres du jour. Nul doute qu’avec ça, l’attention allait être attirée vers le dôme le plus ennuyeux, mais aussi, le plus bizarre.

***

Quelque part ailleurs dans la pièce, une personne remarqua avec stupeur la disparition d’une partie du sol.

Homme : HOPE doit vraiment recruter une série de malades récemment pour qu'il manque une parcelle de sol ici… j’ai peur de la prochaine promotion d’agents… soupira-t-il avec exaspération.

Ô combien… avait-il raison… de plaindre l’avenir entier de ce monde, avec un être de mon envergure dans les parages.

Sortant du nuage de fumée que j’avais généré à la réception, j’entrai dans le monde de la lumière du haut de mon mètre quatre-vingt-cinq, la mâchoire serrée et le visage légèrement froissé.

- Je pense qu’ainsi, je serais fixé, autant sur la première, que sur la deuxième impression lâchais-je à l’hybride avec un sérieux presque… désolant…
Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Mai - 17:33
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 128

ID AGENT
Matricule: HO-6092
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t261-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t266-les-memoires-de-yagleadra

Drag'far
Rinkyu

Geleerde
.

C’est l’histoire de trois monstres
Geleerde qui l’avait giflé, qui l’avait traité d’être indigne de vivre … Ses mots, elles ne les avaient pas oublié une seconde pendant tout l’entrainement. C’était ce qui l’avait motivé à venir ici et à se « bouger » mais cela n’empêchait pas que ça l’avait blessé … Et qu’elle n’était pas encore franchement en état de passer au dessus du choc, de tourner la page. C’est pourquoi elle sentit encore cette honte à croiser son regard une nouvelle fois. Elle avait fait des progrès aux yeux de la louve mais ça, elle ne le savait pas. Elle ne pouvait même pas commencer à l’imaginer. Quand bien même son visage ne semblait pas exprimer la moindre chose négative, Yagleadra ne pouvait se détacher de cette apparence misérable qu’elle pensait avoir à ses yeux.

Ainsi, lorsque la louve s’approcha d’elle à l’intérieur du dôme désormais inactif, la géante ne put que baisser la tête, se tenant fébrilement devant elle, ses multiples bras recroquevillé près de son torse. Elle était loin de la bête déchainée que les scientifiques croyaient qu’elle allait devenir devant une quelconque violence, c’était une certitude. Elle resta muette face à Geleerde, honteuse oui mais quelque peu surprise de ses mots. Pas de sermons ou de paroles abaissantes et au lieu de ça, une attitude relaxée et presque quelque peu enjouée à l’idée d’avoir des nouvelles d’elle.

Elle releva un peu le visage, esquissant un sourire face à cette légèreté bienvenue. « C’est épuisant … Mais je me sens vivante, je suppose… »

De loin, derrière les consoles, une voix ronchonne se leva à l’intention des deux femmes au beau milieu de l’imposant dôme. « HEY ! Toi ! Je t’ai à l’œil, la brute ! » et lorsque l’on suivait du regard la provenance de cette voix, on pouvait voir la requine, Oly, qui faisait signe de la main, deux doigts allant de ses yeux à ceux de l’agent qui semblait vouloir discuter avec sa protégée. Tout le monde, que l’on soit habitué au tempérament de la scientifique ou non, pouvait prendre ça comme un jeu complice entre deux amies mais les crocs acérés de l’hybride et son regard meurtrier derrière ses fines lunettes étaient autant de garants qu’elle serait prête à retrousser ses manches dans l’instant et à se jeter dans l’arène pour se venger à la place de la tisseuse de chair.

Yagleadra se tourna légèrement vers sa comparse, gardant son petit sourire, beaucoup plus détendue depuis que celle qui hantait son esprit s’était présentée à nouveau sous de meilleurs auspices.

« Oly … N’a pas aimé, tout à l’heure. »

Elle était prête à lâcher un petit rire, timide mais qui allait bel et bien se produire. Le soulagement couplé à l’endomorphine que dégageait son corps après un effort physique intense la détendant et la détachant au moins un instant de sa crise existentiel, de son tourment sans fin. Mais elle eut à peine le temps de finir sa phrase qu’elle sentit son épaule être repoussée en arrière. Même si ce n’était pas réellement une tape amicale qu’elle venait de recevoir. Elle qui n’avait rien vu ni entendu, sans doute trop en confiance et trop exténuée pour avoir ses sens pleinement en alerte, chose difficile déjà dans son état actuel, finit par sentir la carapace qui ornait son corps se faire enfoncer, se briser au niveau de l’épaule, entrainant le haut de son corps en arrière, se retenant à peine avec sa queue poussant au sol comme troisième appui pour s’empêcher de tomber. Elle reprit sa posture initiale, lentement et finit par daigner regarder son épaule … Une plaque de métal imposante s’était logée dans son épaule, la traversant et se stoppant au milieu. Sa carapace était écaillée, le sang coulait et elle-même, dans un vague état de lucidité, se posait la simple question de comment son épaule pouvait continuer à être liée à son corps en vue de la gravité de la blessure.

Cependant, comme si le choc fut indolore, elle leva une de ses mains pour toucher la plaque de métal plantée en elle. « Est-ce … encore … la si- … la ... » Elle devint finalement livide, fébrile, un peu tremblante alors que son « regard » croisait le sang qui coulait à terre, et le sang qui avait éclaboussé derrière elle sous l’impacte. Elle finit par tomber à genoux, constatant que le monde s’agitait autour d’elle  sans qu’elle ne puisse réellement le cerner précisément, au piège dans ses pensées, ses réflexions, les sensations de douleurs et d’inconfort.

Quant à ce « monde qui s’agitait », Oly de l’autre coté de la salle écarquilla les yeux sous le choc de voir sa précieuse Yagleadra ainsi empalée avec une telle violence, voyant bien plus rapidement que la créature la personne qui avait lancé la plaque entrer dans le dôme. Un homme musclé, torse nue, balafré, le genre de personne qu’elle aurait casé dans la classe « sauvage » au premier coup d’œil et elle n’aurait pas cru si bien dire en vue de son entrée en matière.

Il ne lui fallu que quelques secondes avant de voir rouge et sans même demander l’accord d’un des gardes en poste à l’autre bout de la salle d’entrainement, elle accourra vers le type, lui prit son fusil de ses mains en beuglant. « Agent Oly Casteline, Matricule HO-1192, FAIT PAS CHIER Y A URGENCE ! Et va appeler tes potes ! Y a un malade dans le dôme !»

Le garde un peu incrédule, semblant être un peu trop en retrait pour avoir vu l’action, réalisa que lentement qu’elle était basiquement en train de lui demander de sonner l’alarme, restant un instant pataud et sur le cul qu’un petit bout de femme comme ça a eut l’audace de le désarmer ainsi. Tripotant l’arme afin de se l’approprier pleinement, elle enjamba l’imposant socle qui délimitait le sol du dôme, brandissant immédiatement le fusil vers le colosse en montrant les crocs. Il lui faudrait alors quelques secondes avant d’arriver à portée mais elle ne semblait pas réellement vouloir parler, à savoir si on la laisserait faire. On pouvait juste entendre un beuglement lourd « Putain de barbares … ! » provenant d’une jeune femme qui elle-même semblait avoir quelques pulsions meurtrières en elle, tirant un levier le long de son arme, produisant un bruit bien distinct d’un engin de mort que l’on préparait à activer.

Pendant ce temps, Yagleadra réussit à tirer sur l’objet intrus dans son organisme, finissant par sortir de lui-même comme si sa chair le rejetait. Il y eut l’étrange visuel d’un trou béant séparant son épaule de son cou avant que celui-ci ne se « recouse » de lui-même. Des ligaments sortirent de chaque coté de la plaie pour s’ancrer à l’autre coté, joignant les deux bouts alors qu’elle se relevait difficilement, l’air abattue. Au bout de quelques secondes, tout ce qui restait de ce coup en traitre était sa carapace encore brisée et baignant dans la masse gluante de sa chaire fraichement refaite… Reprenant petit à petit pieds avec la réalité, elle identifia l’homme imposant devant elle, en concluant que cela venait de lui, haletant lourdement, semblant en difficulté, maintenant emprise à la douleur en plus de sa fatigue précédente. C’est d’ailleurs avec une certaine détresse qu’elle s’adressa à lui, elle qui croyait avoir assez souffert … Elle qui commençait à peine à se dire que les choses s’arrange et qui voit à nouveau ses espoirs se briser.

« Pourquoi ? … »

Demanda-t-elle pour justifier son acte … Ou bien était-ce pour savoir pourquoi elle devait « montrer de quoi elle était capable » ?
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Juin - 2:57
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 233
Localisation : Did you check inside your butt ?

ID AGENT
Matricule: HO-0765
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t121-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t122-chronologie-rp-de-geleerde








Une ambiance étonnement détendu entre les deux comparses : c'était ce qu'il pouvait être perçu. Quelques heures à peine séparaient cette nouvelle entrevue de l'épreuve de la baffe et pourtant, Geleerde agissait avec légèreté et désinvolture. Holmes devait probablement être déjà sur le coup, évitant ainsi à la louve d'être rétrogradé. Bien sûr, ce geste gracieux n'allait pas être gratuit, elle le savait bien.


Esquissant un bref sourire à la réponse de Yag', l'hybride fut satisfaite d'une telle répartie. Se sentir vivante. Précisément ce qu'il lui fallait. C'était en cela que la curiosité pourrait avancer. Les menaces d'Oly vinrent toutefois jeter un froid à cette atmosphère. Bien qu'il soit vrai que la scientifique n'hésiterait pas à mettre à terme son plan d’exécution de la louve, la concernée s'en amusa. Relevant la main pour saluer Oly au loin, sourire provocateur aux lèvres, elle lui décerna par la même occasion un signe particulièrement... Affectueux.  


- Ouais, c'est comme ça que j'aime me faire des potes, que veux-tu~



Un rire sincère traversa un instant les lèvres de l'indomptable en continuant sa conversation avec la Chancelière. Glissant ses doigts le long de son crâne, elle poussa un rapide soupir. Intérieurement, elle se sentait plutôt fière à l'idée que la baffe avait pu être aussi efficace. Rare sont les personnes a être apte à autant de preuve de volonté en si peu de temps et surtout en de telles circonstances. Sans compter que l'hybride, aussi sauvage qu'elle l'était, n'avait pas agit de la sorte par simple envie de se calmer les nerfs, mais bien dans l'optique d'aider Yagleadra. Au-delà du fait qu'on lui avait confié la mission, elle désirait en apprendre plus sur cette créature qui avait su attiser sa part de curiosité


- Hey, on ne s'est pas présenté correctement tout à l'h-?



L'odeur du sang éveilla aussitôt les instincts de Geleerde : jetant un rapide coup d’œil vers la survivante des Yamogriens, elle aperçue la plaie béante sur son épaule, avec autant de surprise que la concernée.


Wait.


Qu'est-ce-qui... Venait de se passer, au juste ?


Se retournant pour chercher la cause d'une telle action, le sang de l'hybride ne fit qu'un tour lorsqu'elle détecta l'auteur du méfait. Sérieusement ? Le gros tas avec deux neurones venait de faire ça ? Sans déconner... Mais pourquoi ?


Et apparemment, le barbare avait déjà une justification toute prête à sortir à l'hybride dont elle répéta les derniers mots en marmonnant, sourcils froncés.


- Fixé autant sur la première, que sur la d-... Oh. Putain.



Mais... Mais mais quel con celui-là ! Comment pouvait-on mal saisir des mots aussi simples que ceux qu'elle avait utilisé ! C'était pas compliqué pourtant !



- T'es... Pas sérieux... Tu t'fous d'ma gueule, sans déconner ? Dis moi que tu déconnes hein ?



Ah mais non, Monsieur-le-barbare-fier-guerrier-au-pagne-tel-un-Robinson-Crusoé-du-dimanche-matin avait l'air très sérieux ! Oh oui, mais bien sûr, ça se voyait à des kilomètres ! Mais pourquoi, par tous les Dieux, Geleerde devait supporter ça ? Elle aurait mieux fait de le laisser se faire jeter dans le vide intersidéral plutôt que de sauver son cul ! Voilà pourquoi il ne fallait jamais aider personne : on vous le rend jamais de la bonne manière ! Jamais ! JAMAIS !


- Quand je te disais de pas te fier à la première impression sur quelqu'un, je disais pas de lui balancer une putain de plaque en béton sur la gueule pour lui dire bonjour !



Et après on s'offusquait pour une simple baffe ? Ben bien-sûr.


- Hey, Yag', ça va aller ?



Une telle question aurait été inévitablement rétorqué par un « J'ai l'air d'aller bien, connasse ? » s'il s'agissait d'un certain Empereur, mais dans le cas de Yag', l'hybride pouvait au moins se permettre un telle fantaisie.


- Faut vraiment qu'on cause toi et moi... Est-ce-que-j'use-d'un-vocabulaire-trop-développé pour ta petite cervelle de moineau ou tu joues volontairement les gros cons ? Si j'avais su que tu foutrais le bordel, on aurait attendu pour visiter les do-



- Putain de barbares … !



Allons bon, voilà que la scientifique venait mettre son grain de sel en pointant une arme sur Rinkyu. Mais oui, c'est clair, ça allait bien faire avancer les choses, absolument. Tout à fait. Elle fut bien évidemment suivie par d'autres Agents qui en firent de même, l'agitation autour du dôme n'aidant pas à calmer l'atmosphère chaotique.


- Géniaaal.



- Matricule HO-0765 ! Éloignez-vous de l'individu !


Facepalm mental.




- ... On pourrait pas juste boire une bière et causer, sinon ?



L'alcool. La réponse à tout.
Du point de vue de l'hybride en tout cas.



Respecte ma putain d'autorité, Invité.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Juin - 6:43
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 31
Localisation : HOPE

ID AGENT
Matricule: HO-9136
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t279-drag-far-rinkyu-ter http://rebirth-universal.forumactif.com/t283-crypte-du-drag-fa
Le dos encore courbé, les bras tendus et les muscles contractés, je voyais encore de mon œil unique la strate lancée, voltiger avec élégance dans la direction de la cible. Cette strate métallique déchirait l’air avec une pression monstre, dessinant donc à ses extrémités une légère nuée – dû à la poussière qui s’y était incrustée avec le temps. Je me redressai et amorçai une marche tranquille vers le lieu d’impact, où se situaient l’insolente et la chose. Il ne faisait aucun doute qu’ainsi, j’avais su faire preuve d’une salutation digne de hauts combattants Valkas. Malheureusement, les personnes "civilisées" qui peuplaient ce navire géant, ne partageaient pas les mêmes coutumes que les Valkas de renoms. Et ça encore, j’allais m’en apercevoir d’une bien âcre façon.

Avançant la poitrine gonflée d’assurance, mes narines éjectaient dans l’air toute la suffisance que j’éprouvais, d’avoir maîtrisé en grand-maître l’état de la situation actuelle. Malheureusement, ce pilier de fierté sur lequel je m’appuyais, se fit briser par la consternation qui se lisait sur le faciès de l’hybride. Elle semblait ne pas comprendre ma façon d’agir. Quel manque de clarté de sa part. Ne venions-nous pas du même monde ? Ne dansions-nous pas sous les sonorités de la guerre pleine de sang et de cendres ? Pourquoi une expression mêlant l’étonnement et la déception faisait face à l’assurance qui était mienne ? Le doute s’immisçait en moi comme un virus dans un système informatique. Seulement, dépourvu d’autres marges de manœuvres, je ne pus qu’observer ce qu’il se passait.

Dans un premier temps, en faisant fi des paroles douteuses que l’hirsute me vomissait concernant ma pseudo-sottise, j’observai un moment la bête difforme qui sincèrement, me donnait envie de rejeter mon dernier repas qui était pourtant bien lointain. Cette simple envie saurait donc englober le dégoût ainsi que le dédain que j’exprimais envers cet amas de chaire en mouvements. Ayant été incapable de retenir la plaque de métal, ce monstre reçu l’impact de plein fouet, ce qui lui valut la perte d’une partie de son corps, précisément la jonction entre son cou et son épaule. Un individu normal aurait pu en mourir, mais cette chose, ne semblait déjà pas affectée par la douleur.

Avec une certaine surprise, saupoudrée d’un brin d’exécration, ma pupille obsidienne se rétracta contemplant la capacité de régénération que possédait la victime. Si donc, la force était son talon d’Achille, son corps quant à lui, était son allié le plus puissant, permettant de dissiper toutes les imperfections qui pouvaient miner son être.

- Par les cieux…. !!!!

Pour surprendre deux fois le guerrier que j’étais en une journée, il fallait disposer de biens des ressources. Et cette… chose, qu’importe sa nature, n’avait pas juste son apparence comme surprise. Mais aussi, sa compétence aussi ambiguë que son corps. En somme, elle était quelqu’un dont je ne voulais pas trop m’approcher. Et quand elle se releva pour me poser la question de savoir « pourquoi », un sourire malsain étira mes lèvres alors même que je fis un pas en avant, menaçant encore de tordre le sol par la puissance de la plante de mes pieds. Si elle était un tas de chair, de mon côté, j’étais un tas de muscles, cherchant également un alter ego dans ce monde où tout était contrôlé par la machine.

La poitrine fièrement ouverte, et les bras légèrement écartés de mon torse, je ne pus m’empêcher de répliquer :

- Pour voir si en dessous de ton immonde apparence, se cachait une bête que je pouvais affronter.

Si mon œil laissait percevoir ma soif de sang, et que mes crocs laissaient sentir ma faim de combat, je n’étais pas très excité à l’idée de me confronter à cette chose. Raison pour laquelle, je fis volte-face, tournant du dos la « chose », en signe d’indignation. Elle ne méritait aucunement mon attention, et mon corps dans son entièreté, le lui chuchotait succinctement :

- Mais c’est loin d’être le cas. Tu es terriblement inutile. Le Drag’far que je suis, Drag’far Rinkyu, n’a pas de temps à consacrer à de personnes aussi insignifiantes.


Sur ces mots, je coupai ma discussion avec le tas de chair, constatant avec une pointe d’excitation, que je m’étais changée en cible aux yeux d’une milice dont j’ignorais toutes les motivations. Mais tous semblaient être armés et donc cherchait une personne sur qui décharger leur colère. Aucun problème… MON ÂME AVAIT BESOIN DE SENSATIONS FORTES. Et dans le combat, dans la rupture des crânes sous l’impulsion de mes poings, j’allais retrouver le moral. Serrant les poings jusqu’à étirement de la chair, et apparition des veines fortes le long des bras et du cou, les jambes se fléchirent légèrement, observant dans le sens de la milice.

Tandis que l’hybride cherchait à négocier avec une bouteille d’alcool – encore une marque bien particulière de son arrogance – je la dépassai d’une enjambée rapide, tendant jusqu’à l’extrême mes bras afin de porter d’un coup vif mais aussi ample à une ligne de trois personnes situées côte à côte. L’objectif était clair, les faire voltiger et bien m’amuser par la même occasion. Le monstre de chair, m’ennuyait plus que de raison.

- RAAAHHHH !!!!

Un cri extrêmement puissant, était le moyen le plus efficace pour évacuer oralement et physiquement la colère qui s’était accumulée en moi. Cette rage faisait de moi une bête de foire, suffisamment grande et bruyante pour attirer l’attention du plus grand nombre. Seulement, un autre petit groupuscule d’individus était bien présent dans l’assemblée, attendant qu’un évènement de cette envergure se produise. Les regards étaient rivés sur la bête, oubliant ainsi même, les menaces plus dangereuses.

Un d’entre eux, vêtu normalement et dont le visage incliné vers l’avant était dissimulé par sa casquette en tissu léger, observait la scène depuis la porte d’entrée de la pièce. Comprenant que les forces étaient rassemblées autour d’un même individu en une seule fois, l’espion déguisé toucha son oreille, pour activer la communication :

???:Alpha, ici Bravo.

Annonça-t-il en nom de code, permettant seulement aux concernés de comprendre ce qu’il se passait. Ainsi, même les logiciels qui mettaient en écoute les communications dans ce domaine-là, ne comprendraient pas ce dont il était question.

???:Les pigeons sont distraits, je répète les pigeons sont distraits. Plus besoin de libérer le renard… Que les faucons entrent en scène.

Une fois l’information transmise, une voix répondit à l’oreillette de l’espion en annonçant sèchement :

???:Ici Alpha, bien reçu.

Cela dit, l’individu passa par la porte, afin de sortir et s’éloigner le plus rapidement des lieux. La salle de contrôle des dômes vidée de toute surveillance, une personne dont le visage était masqué par une série de pixels retraçant les trains d’un bonhomme souriant, entra. Cet individu, dissimulé derrière une image mouvante, se munit d’un modèle plutôt ancien de bombe C4 artisanale, avant de le déposer sur le tableau de bord, veillant bien à ce qu’il ne soit pas aperçu.

Peu de temps après, une explosion importante détruisit une bonne partie des machines de la salle de contrôle. Sous la stupéfaction de pas mal de personnes, le premier mouvement d’une danse lugubre venait d’être effectué. Dans peu de temps, de chaque extrémité de la pièce, devait surgir des personnes armées d’armes terriennes archaïques – des AK47 – essayant de tirer sur tous les agents dans les alentours. Aucun doute possible, cette attaque avait été préméditée, mais par qui ? Dans quel but ?

Quoi qu’il en soit, l’heure n’était plus à la réflexion, mais à l’action. Aussi bien pour rétablir la fierté de la force de l’agence – insultée par la destruction réussite de la salle de commandes – mais aussi, pour sauver sa vie, devant les assauts d’un ennemi mystérieux aux capacités inconnues.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Juin - 10:30
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 128

ID AGENT
Matricule: HO-6092
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t261-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t266-les-memoires-de-yagleadra

Drag'far
Rinkyu

Geleerde
.

C’est l’histoire de trois monstres
La réaction de l’homme, auteur de l’agression porté sur elle, lorsqu’elle délogea la plaque de métal de son épaule aurait sans doute piqué un peu au morale de la créature si son épaule déchirée et disloquée n’était pas en train de se reconstruire progressivement, accompagné de son lot de sensations étranges et de douleur quand bien même il s’agissait d’un phénomène propre à son corps. Encore sous le choc, elle n’enregistra que peu du dialogue qui fut échangé entre la louve et son agresseur, son regard seulement attiré par la jeune femme qui se pencha vers elle et lui demandait son état. Elle soupira simplement, à cause de l’effort que son corps devait produire pour se réparer lui-même.

« Oui … Je … Je suis fatiguée … »


Mais lorsqu’elle eut la réponse à sa question de la part de l’homme bien battit, elle se retrouva plus confuse qu’avant, en réalité. Elle était bien conscience de cette immonde apparence qu’elle prenait, elle se souvenait de sa magnifique personne, par le passé … Magnifique comparé à cet amas de chair qu’elle était devenue, en tout cas. Mais qu’il souhaitait trouver une bête en elle était du non-sens absolue. N’avait-on pas peur d’elle ? Est-ce que le but de tout ça, de toute ses expériences, ses analyses, ses testes n’étaient pas justement de déterminer qu’elle était inoffensive et bonne à être réhabilité, en quelque sorte ?

Le barbare arborait une expression sadique qui ne l’affecta pas plus que ça contrairement à ses mots. Insignifiante ? Elle était tentée d’acquiescé avec lui si elle n’avait pas prit de meilleurs résolutions à partir de ce jour. C’était pour ne plus être insignifiante qu’elle s’était relevée pour venir ici et s’entrainer et que l’on prenne cet effort qu’elle a fournis pour le rouler dans la boue … Cela éveilla de nouveaux sentiments en elle qu’elle devra prendre le temps d’analyser mais cette nouvelle force la fit se tenir un peu plus droite, étirant ses traits d’un certain mécontentement. Elle aurait voulu lui en toucher un mot mais la situation … ne s’y prêtait plus vraiment. Le temps qu’elle réagisse et que les choses se fassent, Oly était en train de beugler sur ce Rinkyu en pointant son arme dessus alors qu’elle était accompagnée par d’autres agents qui essayaient de restaurer la paix … Et à voir, le seul moyen de faire ça était d’arrêter et de mettre en détention le grand guerrier.

Devant encore apprendre sur la nature humaine, ou en tout cas devant apprendre à se projeter dans le future et à anticiper les réactions des uns et des autres, Yagleadra ne calcula pas réellement les gestes de Rinkyu, se tournant vers celle qui l’avait assisté plus tôt dans la journée, comme pour trouver des réponses à sa confusions, une indication quelconque de ce qui faudrait faire ou simplement un contacte rassurant… Elle aurait pu se tourner vers Oly, bien entendu, mais celle-ci était … pour le moins occupée. C’est d’ailleurs ce manque de « vision » qui ne lui permit pas de jauger la situation pour détecter la réelle menace, en réalité. Là où elle pensait que les gardes allaient maitriser l’homme à la carrure imposante, qu’il allait se rendre car … Cela aurait été dans l’ordre naturel des choses. Ici, c’est le vaisseau de Hope et en tant que tel, il n’y a nulle part où aller, où se cacher de l’autorité, des gardes et résister aurait juste aggravé les choses … Mais non.

Lorsqu’elle jeta un coup d’œil par-dessus son épaule à nouveau, elle vit et entendit le barbare se jeter à corps perdu vers les agents qui se mirent à tirer. Elle ignorait très clairement les protocoles de sécurité pour les agents de HOPE mais elle pouvait déduire (ou du moins espérer) qu’il s’agisse de munition à nature non létal… Elle regarda de manière passive la scène pendant un moment, un peu amorphe après ses efforts et sa blessure. Cependant, il y eut un déclic lorsqu’elle vit son agresseur frapper à tout va les agents … et finalement porter son attention sur sa prochaine cible, en l’occurrence ici Oly, l’hybride requin qui l’avait apporté réconfort depuis son arrivé ici.

Toute son attention, ou celle qui lui restait en tout cas, était désormais porté vers lui mais elle manquait encore l’assurance pour faire quelque chose… Et elle chercha cette assurance chez la louve.

« Je ne veux pas … qu’il blesse Oly … Ou personne … Aide moi, s’il te plait. »

Mais avant qu’elles ne puissent faire ou dire quoi que se soit, une explosion retentit, faisant défaillir les lumières et trembler le sol. Là où la plupart serait tombé au sol sous la déflagration, Yag fut tout au plus bousculée, ses pattes s’ancrant d’eux même dans les interstices du sol métallique, regardant autour d’elle … et se retrouvant finalement prise dans une fusillade. Tout allait bien trop vite tout d’un coup … C’est lorsqu’elle se prit une balle dans l’épaule qu’elle se mit à réagir, venant presque avec naturel déloger la balle avec ses doigts alors qu’elle se dirigea vers Oly. Tout en marchant, elle fixa la balle ensanglantée qu’elle tenait, la laissant tomber pour simplement se focaliser sur son bras qui se mit à se tordre de façon peu naturelle, visuellement douloureuse même… Jusqu’à ce que son bras mute en une mâchoire, une créature à part entière, s’étendant, s’étirant pour se projeter à plusieurs mètres en avant pour trouver sa cible. Le tentacule s’enroula avec une vitesse affolante autour du buste de Drag’far qui était encore aux prises avec Oly (qui au passage se débrouillait assez pour danser autour de lui) et la mâchoire remontant au cou du barbare mais cependant sans le blesser, les crocs disparaissant pour à la place former un collier d’os autour de son cou.

Malgré ses pouvoirs unique, elle ne pouvait espérer battre ce monstre en terme de puissance brute, pas pour l’instant, alors au lieu d’essayer de le tirer à terre, elle souleva son corps pour qu’il quitte le sol, assez pour pouvoir le faire tomber, le protégeant ainsi peut-être de quelques balles perdues. Pouvant se le permettre, la requine finit par se mettre à plat ventre aussi alors que le reste des gardes essayaient de contenir l’insurrection en prenant position … Mais l’effet de surprise avait déjà causé de nombreux blessés dans cette histoire. A genou au dessus de l’homme, Yagleadra le libéra de l’emprise de son abomination à l’instant où il toucha le sol, l’extension de son corps revenant à son bras pour lentement former à nouveau sa main. Ses traits se durcirent à nouveau, non pas sous la douleur des quelques balles qu’elle se prenait mais en sentant ce sentiment resurgir en elle, un sentiment qu’elle ne pouvait contenir maintenant qu’elle était à nouveau en face de cet homme.

« Je m’entraine pour un jour pouvoir faire le bien … Et protéger ceux que j’aime, pour protéger Hope qui m’a accueillit. Tout ce que je vous ais vu faire pour l’instant … c’est vous en prendre aux autres. Ma vie … a plus de « signification » que la votre pour l’instant. »

« Yag, t’emmerde même pas à discuter avec ce tocard, y a urgence là ! Laisse le crever, ça nous en fera un en moins !»

Le moment n’était certes pas au règlement de comptes mais ses paroles avaient une raison d’être, par delà le léger pic de fierté que la créature avait réussit à trouver dans son âme écorchée. La queue plate de l’alien se mit à grandir mais également, commença à se recouvrir d’une plaque épaisse de carapace, celle-ci venant entourer la requine et la rapprocha d’elle pour la protéger des balles volantes ici et là.

« Alors, je vous en prie … Ne vous rendez pas insignifiant … Aidez-nous … »


Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Juin - 17:55
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 233
Localisation : Did you check inside your butt ?

ID AGENT
Matricule: HO-0765
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t121-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t122-chronologie-rp-de-geleerde










Putain, quel bordel.


Entre le barbare qui tenait absolument à provoquer une guerre civile et l'apparition de fauteurs de trouble par la même occasion, il y avait de quoi se taper un sacré mal de crâne. Et dire que tout ceci aurait pu se régler autour d'une bonne bouteille d'alcool. Yare yare daze. Personne n'était capable d'apprécier à sa juste valeur le divin nectar d'un lendemain d'ivresse. Enfin, il y aurait eu certainement une bonne bagarre durant la soirée, mais pas avant de se murger la gueule ! Merde quoi : c'est dans cet ordre là que les réelles amitiés pouvaient se créer.


Durant le feu de l'action, l'hybride observait les alentours avec un je-m'en-foutisme des plus total : plus une once d'inquiétude désormais sur son faciès, ni même une quelconque trace de colère. Elle se sentait tout simplement... Blasée. Du plus profond de son esprit, la louve cherchait à faire taire ses envies de meurtre.


Elle fut d'ailleurs rapidement ramenée à la raison, suite aux supplications de la curiosité qui lui demanda son aide. Effectivement, Yag voulait protéger Oly des assauts de Rinkyu, ce qui était parfaitement louable. Poussant un long soupir, Geleerde se frotta l'arrière du crâne énergétiquement tout en roulant des yeux.  


- Qu'est ce qu'on ferait pas pour tes beaux yeux.



Allez, bim. Petite piqure de rappel à la Chancelière qui ne possédait pas concrètement d'yeux. Pas vraiment méchant pour le coup, on va dire plutôt que c'était une sorte de... Réflexe ? Apparemment consciente de la bourde et du fait qu'il était peut-être possible que Yag n'en comprenne pas l'origine, elle ajouta :


- Hm... C'est une expressi-



L'hurlement tonitruant de l'explosion retentit avec fracas. Se retenant de tomber et de contenir son envie d'engueuler sévère le putain d'abruti qui avait causé ça, l'indomptable eu un mouvement de recul en découvrant qu'une nouvelle troupe de fanfaron venait d'entrer dans le dôme de simulation. Allons bon.


- Et puis quoi, encore.



Un épais amas de fumée traversa toute l'étendue du dôme pendant que les détonations de balles fusèrent à tout va. Les Agents, désormais bien moins occupé du sort de Rinkyu, ripostèrent face aux nouveaux ennemis, appelant tout ceux qui été apte à rejoindre les rangs. L'alarme retentissante pendant que la survivante des Yamogriens mettait verbalement - mais sans doute inconsciemment - en PLS le barbare de Val, la louve ajouta d'un ton monocorde :


- Tu as entendu la dame ? La baston c'est de l'autre côté.



Consommant une nouvelle cigarette, elle fit lentement dos à ses deux coéquipiers et à la scientifique. Non. Elle n'était franchement pas inquiète de la situation. Bien au contraire. Sourire de circonstance pour leurs ennemis, elle ajouta :


- On réglera nos petits différends plus tard les loulous : on a un groupe de parasite à annihiler d'abord.



Une requine, un barbare, une curiosité et une louve.
Quelle troupe d'élite.





Respecte ma putain d'autorité, Invité.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Juil - 19:37
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 31
Localisation : HOPE

ID AGENT
Matricule: HO-9136
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t279-drag-far-rinkyu-ter http://rebirth-universal.forumactif.com/t283-crypte-du-drag-fa
L’air autour de mon corps était flouté, principalement à cause de la montée en flèche de la température de mon corps. Comme un berserk sauvage qui venait d’être libéré, la pupille unique, brillant d’un rouge démoniaque, n’annonçait rien de bien amical aux plus fébriles des agents qui me faisaient face. Un sourire, aussi mesquin que mon envie de sang, tel celui d’un ange du diable arrivant sur la terre des saintes brebis, déforma mon visage dans un schéma aussi glauque qu’atroce. J’avais mes proies sous les yeux, et ma colère allait être libérée de la plus violente des manières, qu’importent les conseils qu’allaient me donner l’hybride cette fois.

Dans mon défoulement bestial, une explosion fut déclenchée, générant un vent si puissant, qu’il fit voltiger les plus fébriles qui étaient autour de la salle de contrôle. Mais sans vraiment tenir compte de ce qu’il se passait, je continuais mon attaque, faisant aller ci et là, les agents qui n’avaient pas vraiment le courage de tirer sur moi au moment le plus opportun. Quels misérables…

Mais parmi ces derniers, un infâme insecte se différenciait du reste, par ses mouvements fluides mais aussi si rapides que mes coups parvenaient difficilement à l’atteindre. Si mes poings écrasaient le sol et que mes pieds déchiraient l’air dans des mouvements secs, c’était toujours dans l’intention de capturer le moustique qui se déplaçait plus vite que je ne l’avais imaginé. Plus elle bougeait, plus cela m’enrageait, ce qui m’amenait donc à frapper avec plus de violence, évidemment.


Sans véritable surprise, dans un élan de lâcheté à nulle égale – comme on pouvait s’y attendre de l’amas de chair dégoutant – je me fis saisir, porter et plaquer contre le sol. Bien que l’effort fournit pour me libérer fût important, je n’arrivai malheureusement pas à me défaire de l’étreinte bien puissante de mon ennemi. Sans comprendre comment j’avais pu faire pour m’y retrouver, le regard du monstre – pardon… son visage – qui me surplombait de par sa posture croisa l’intensité noir de jais, de ma pupille unique. À ce moment exact, comprenant qui était à l’origine de cette mascarade, je souris intérieurement de découvrir que la ‘’chose’’ n’était pas complètement médiocre. Elle me libéra de son étreinte, avant de m’adresser une série de paroles qu’une personne ordinaire aurait cru être…sensée.

Mais pour un être qui avait vécu des décennies entières à se battre, à lutter autant pour sa fierté que pour celle de son clan, c’était surtout un ramassis de conneries, harmonieusement arrangé pour être digeste pour la classe moyenne de guerriers qui peuplaient ce monde. Je ne pus donc m’empêcher de froncer les sourcils avant de la dégager du dessus de moi – comme on se débarrasse d’un déchet encombrant à la vue. Me mettant sur mes jambes, je l’observai de mon regard monotone, mais également plein de colère, installant déjà l’ambiance des paroles que j’allais énoncer sans une once d’éloquence.

- Qui êtes-vous, pour mesurer l’importance d’une vie ? De quel droit clamez-vous la supériorité de la vôtre ? Alors même que vous avez été incapable d’agir avec puissance quand il l’a fallu. C’est le ridicule de vos paroles qui m’encombre, qui ne peut m’empêcher de me mettre en colère. Vous êtes une créature insensée, rattachée apparemment au moustique qui m’avait tenu compagnie un peu plus tôt. Lançais-je en observant la jeune femme, Oly semblait-il qui se tenait à ses côtés.

Cherchez encore votre raison d’exister pendant au moins deux cents ans, avant de cracher de telles imbécilités.


Si vous attendez que je vous sois utile… alors j’attendrais que vous soyez plus stable, avant de réduire votre piètre existence à néant. D’ici là… Mettez-vous de côté, ou bien protégez votre insecte….

Annonçais-je calmement avant de conclure en disant:


Je vais aller m’amuser et essayer d’oublier votre existence.

Tournant le dos à ce que j’avais considéré comme étant inutile, et l’esprit un peu plus calme, je me rendis compte cette fois que de nouvelles personnes s’étaient invitées à la fête, avec des armes que je ne connaissais certainement pas, mais qui étaient bien moins puissantes que celles que j’avais eu à encaisser au sein de HOPE. Bien évidemment, l’hirsute rajouta son humour salé, indiquant avec légèreté la localisation des ennemis. Un sourire aussi amusé que sadique déforma les traits sereins de mon visage :

- Honneur à celui qui vaincra le plus d’ennemis !!! Criais-je en guise de défi, lancé à tous ceux qui étaient présents dans la pièce. Certainement aussi, un moyen pour l’amas de chair de regagner une partie de son honneur déjà bien amoindrie aux yeux du Val que j’étais.

* *
*

Trente-trois, était le nombre total d’ennemis, qui d’ailleurs n’hésitaient pas à tirer sur tout ce qu’ils jugeaient être mortels. Certains ayant remarqués que Yag ainsi que Drag’far étaient un peu insensibles à la douleur mais aussi physiologiquement particuliers, ils se rassemblèrent en groupe de cinq pour se concentrer sur chacun d’entre eux. Des grenades artisanales allaient être déployées, pour nettoyer totalement les personnes qui étaient dans la zone, espérant que cela suffise pour vaincre tout le monde.

De même, aux alentours de la pièce, la panique se faisait de plus en plus importante, étant donné que les civils qui étaient dans la zone, courraient pour leur vie, même si, certains n’avaient pas la chance de survivre.

???: Concentrez-vous sur la brune à l’allure sauvage. Je ne la sens vraiment pas cette taré.

???: Pas de quartiers !!! Pour UDA !!! lança un.

« POUR UDA !!! » répondit le reste en cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 7 Aoû - 17:08
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 128

ID AGENT
Matricule: HO-6092
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t261-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t266-les-memoires-de-yagleadra

Drag'far
Rinkyu

Geleerde
.

C’est l’histoire de trois monstres
Yagleadra était, plus ou moins, un modèle de calme jusqu’à maintenant. Certe, sa condition, sa fragilité jouait beaucoup sur cela mais elle aimait à croire que même si elle était pleinement saine d’esprit et de corps, elle aurait l’intelligence de ne pas céder à ses émotions … Mais cet homme avait le don pour l’enrager. Il l’avait déjà piqué d’une façon immonde plus tôt mais ici, c’est comme si il s’obstinait, visait précisément où ça faisait mal.

« Cherchez encore votre raison d’exister pendant au moins deux cent ans » ? Elle … Avait passé … La grande majorité de son existence à le faire. Elle avait passé les milliards et les milliards d’années de son errance sur sa planète morte à se poser cette question précise et là où elle croyait remonter la pente, trouver une réponse à cette question, il ose remettre ça sur le tapis, remettre tout ses efforts en question !? Bien entendu, il ne connaissait rien de sa situation … Elle irait même jusqu’à dire qu’il ne connaissait rien à rien vu l’individu en réalité, mais sa simple ignorance suffisait à l’écœurer. Elle avait tenté de le raisonner, tenté de voir quelque chose de bon en cet homme, ou au moins elle avait tenté de lui donner une chance de le lui montrer … La Tisseuse de Chair avait l’impression qu’elle avait fait une erreur en faisant ça.

Par chance … Pour lui … le barbare se redressa pour aller se battre contre l’ennemi commun. Dans le cas contraire, qui sait ce que Yagleadra aurait pu lui faire si elle perdait le contrôle sous la rage. Mais … Elle était plus digne que ça. Même après tout ce qui s’était passé, la Yamogrienne se rappelait des enseignements ancestraux gravé dans sa mémoire, même si celle-ci était effritée. En tant qu’héritière d’un peuple scientifique, elle devait montrer l’exemple, elle ne devait pas s’abaisser au niveau des peuples ignare et barbare … quand bien même le plus vile fanatique des contrées les plus purulentes et hérétique ne pourrait égaler les paroles de Rinkyu en terme d’imbécilité.

L’expression fermée, elle finit par calmement se relever alors qu’autour d’elle, explosions et coups de feu retentissaient, certains vers elle-même … Elle protégeait toujours de sa queue blindée l’intégrité physique de son amie qui avait participé à cette conversation malgré elle. Il semblait qu’elle partageait le point de vue de la créature mais l’urgence de la situation la frappait bien plus que n’importe quel discours et criait, pour que sa voix porte au dessus des combats.

« Oublis ce qu’il a dit ! Ne soit pas perturbée ! Concentre-toi ! On a besoin de toi en pleine possession de tes capacités comme maintenant ! … Yag ? Yag ?! »

Elle restait immobile, portant juste un bras autour des épaules d’Oly qui s’accrochait à elle, pas réellement franche de quitter son emprise qui la protégeait quelque peu des impactes de balle comme maintenant. Geleerde cependant lui adressa, au même titre qu’à la montagne de muscle, quelques mots pour les rediriger vers le problème actuel, chose qui fit finalement réagir la grande dame qui se pencha sur Oly.

« Peux-tu … Aller me chercher des stimulants ? Et de la matière organique … »

« Quoi ?! »

« Je ne sais pas … J’aurais besoin de mes pleines forces après la bataille. »

« … Comment ça, après ? »

Ne répondant pas à sa question, elle finit par frapper du pied sur le sol, une fois, deux fois … Avant qu’un coup plus puissant vint fracasser le grillage sous ses pieds, ouvrant l’accès aux fondations de cet étage, des accès de maintenances très certainement pour garder les dômes de simulation fonctionnel. C’était après tout d’immenses pièces de technologie très avancée et pour modeler une pièce entière à l’image de n’importe quel environnement, ils avaient besoin de ce genre d’accès pour analyser les moindres composants. Elle prit alors Oly sous les bras pour la soulever avec une certaine aisance et la déposa à l’étage inférieur.

« S’il te plait … Mais avant tout, reste en vie, je t’en supplie. »

Après un regard échangé, et des ronchonnements audibles venant de la requine, celle-ci se mit à ramper dans les conduits de maintenance alors que la chancelière se redressait pour faire face à un groupe de personne qui s’était visiblement focalisé sur elle. Elle se mit à regarder autour d’elle pour voir la situation de la louve, sans grandement se soucier de … l’autre … Mais elle fut immédiatement punie en se recevant des salves de balle dans le corps. Elle recula d’un pas à peine en se tenant le ventre après s’être faite criblée, le sang dégoulinant de son corps seulement pour être absorbé à nouveau.

« Putain mais c’est quoi ce truc ? Elle est encore debout ! »

« T’occupe, ça saigne, ça peut être tué ! Continuez ! »

Mais que l’enthousiaste rechargeait son arme plus ou moins primitive, le membre de « l’UDA » tira une drôle de tronche lorsque, après un grognement, Yagleadra expulsa toutes les balles de son corps, celle-ci tombant au sol une à une dans des petits cliquetis métallique. La créature avait déjà fournis beaucoup d’effort mais cette rage qu’elle n’avait pas pu exprimer, par principe, elle la changea en cette force de continuer, une volonté certaine qui se traduit par un grognement presque sourd alors que son corps se changeait petit à petit… Et bientôt un rugissement animal qui n’était autre que le fruit de ses modifications, ses multiples bras tremblant, se scindant et finalement « explosant » dans des gerbes de sang, ses mains faisant violement place à des mâchoires hurlantes dans des sons aigües et d’outre-tombe. Celles-ci finirent par s’étirer à une vitesse folle, se dirigeant vers le groupe de rebelle. Malgré tout ses « principes » et ses belles paroles, ce qu’elle était devenue restait monstrueux … Mais si c’était le prix à payer pour ramener la paix, ainsi soit-il. Yagleadra était déterminée en cet instant, peut-être la première fois depuis son éveil.

Des tirs vinrent transpercer ses serpents difformes, les déviant, les ralentissant mais sans jamais les stopper. Ceux-ci vinrent mordre à pleine dents les armes des humains dissidents, les réduisant en pièce ou en les avalants entièrement même, avant de les plaquer à terre. La tête des serpents vinrent se sectionner de leur corps, ceux-ci mutant en un mucus rampant qui vint les coller au sol, les engluer petit à petit. Seulement un avait échappé au piège, la Tisseuse n’ayant que quatre bras pour quatre truand, et voyant à quel point ils avaient était impuissant face à l’horreur, il décida de reculer, courir, pour s’enfuir ou se repositionner, ça elle ne savait pas … Mais alors qu’elle résorbait ses extension pour en faire à nouveau des bras, le pas lourd s’avançant vers eux, elle vit le rescapé tirer une ceinture complète de grenade d’une sacoche pour toute les dégoupiller d’un coup… Et la balancer un peu au hasard, déviant au fond assez de la position de Yagleadra pour atterrir vers quelqu’un d’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Aoû - 19:21
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 233
Localisation : Did you check inside your butt ?

ID AGENT
Matricule: HO-0765
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t121-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t122-chronologie-rp-de-geleerde










UDA.

Oh putain, qu'est-ce que ça pouvait bien vouloir dire ? Union Des Artistes ? Ulster Defence Association ? Union des Déportés d'Auschwitz ? Na, sérieusement : ça voulait dire quoi ?


- Vous savez, quand on hurle le nom de sa compagnie, c'est généralement quand elle est connue ou qu'on fait parti du service des impôts.



Esquivant un par un les coups portés à son encontre et malgré que le terme de fainéantise serait plus approprié à ce niveau, Geleerde évitait les balles avec aisance. Enfin le terme aisance, m'voyez. Elle ne connaissait personne qui pouvait bien s'appeler aisance dans le coin, vous suivez ? Avec toujours ce même air taquin qui lui correspondait si bien, la louve n'avait pas de réelles envies d'exploiter ses capacités au maximum. Ce pourquoi même elle paraissait aussi détachée en cet instant. Pourquoi le ferait-elle pour des blancs-becs ? Il y avait ici bien mieux pour se dépenser physiquement. A commencer par Rinkyu et Yag.


- Allez, si vous vous rendez gentiment, je vous promets qu'on tâchera de faire en sorte que votre séjour en prison soit le plus confortable possible~



D'un rapide mouvement, Geleerde se plaça juste en face de l'un d'eux, attrapant le canon du AK47 qui était destiné à l'amocher. Le tordant sans difficulté, elle lui adressa un sourire bestial en réponse, cigarette fumante en bouche.


- Gamin, tu vas te faire mal avec ces conneries.



- GRENADE !



Hein ?


L'impact fut dévastateur. Fauchant plusieurs victimes et en blessant certains, Geleerde se retrouvait sonnée dans un coin du simulateur. Les oreilles sifflantes, elle était perdue dans un champ de béton qui recouvrait l’entièreté de son corps. Allons bon. Elle allait tout de même pas crever comme ça. Si ?

 

La Brume n'attend pas, Geleerde.



Une réminiscence d'un passé lointain qu'elle désirait enterrer. Une pensée fugace. Détestable. Non. Ce ne serait pas encore son moment. Pas avant qu'elle ne termine ce qu'elle avait à faire.


Sortant de son cercueil improvisé, l'hybride envoya valser ce qui se trouvait sur son passage. Vêtements déchirés, elle ne présentait pourtant aucune marque de blessure ou de trace de sang malgré l'impact. Seulement des cicatrices lointaines et profondes parcourant sa peau, marquant son histoire au fil de ses croisades. D'un regard, Geleerde porta son attention vers quatre de leurs ennemis. Perdue, sa cigarette n'était plus là où elle devait normalement être, laissant place au faciès de la louve qu'une expression dédaigneuse et mortelle.  


Retenant son souffle, Holmes observait l'indomptable en même temps qu'il s'affairait à donner ses ordres aux Agents pour contenir le massacre. Rare existait les fois où il perdait son habituel masque de neutralité. Il ne pouvait pas, ne devait pas, laisser Geleerde agir. Il avait été prévenu. Depuis qu'il avait pris le choix redoutable d'être son garde fou. Rapidement, Holmes fouilla dans son trench coat pour y ressortir un objet, non sans être réellement convaincu que cela suffirait. Combinant le fruit de sa convoitise à l'aide d'une arme approprié à ce genre de situation, il commença à viser la nuque de la louve... Avant de finalement la voir disparaître de son périmètre.


- Tout doux, Holmes. J'ai déjà eu ma dose.



Ignorant totalement si Geleerde lui avait parlé ou si elle venait d'user de télépathie - chose qu'il était persuadée que la louve ne possédait pas - il finit par la retrouver, au milieu des quatre ennemis qu'elle fixait précédemment. La braquant tous à l'aide de leurs armes, ils ne semblaient pourtant pas aptes à tirer. A bien y regarder d'ailleurs, leurs visages paraissaient figés par la terreur. Incapables de bouger, la louve s'en amusa un court instant tout en reprenant une cigarette, jusqu'à ce qu'ils finissent par tous faire volte-face, tirant subitement sur leurs propres alliés. Calme aux premiers abords face à cette totale confusion, Geleerde profita de cet instant pour porter son attention vers celui qui avait lancé la dernière grenade, lui adressant un pale sourire en complément.  


- Toi, t'es vraiment dans la merde.




Respecte ma putain d'autorité, Invité.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 20 Sep - 17:07
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 128

ID AGENT
Matricule: HO-6092
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t261-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t266-les-memoires-de-yagleadra

Drag'far
Rinkyu

Geleerde
.

C’est l’histoire de trois monstres
La créature suivit les grenade du regard, ne réalisant pas tout de suite la gravité du geste. Au contraire, elle avait l’impression que le temps s’était figé pour elle alors qu’elle voyait la ceinture atterrir au milieu des gardes … Et près de Geleerde. L’explosion d’une simple grenade était déjà assez violente, même une grenade de l’ancien temps, même une artisanale alors une ceinture complète… Elle était assez éloignée de l’impacte initiale et pourtant elle sentait la chaleur, le feu, les éclats lui bruler la chair … Une douleur qui lui rappelait qu’elle était en vie et pourtant était-elle bienvenue ? Non … Elle avait appris à accueillir à nouveau toute les sensations mais ce temps était déjà passé. La douleur était peut-être nécessaire mais ici, elle entrainait tellement de conséquences.

La poussière se dissipait petit à petit et Yagleadra était encore debout … Mais ce n’était pas le cas de tout le monde. Elle était cette force lente mais imperturbable, qu’on ne pouvait arrêter. Elle n’était pas … humaine. Son corps était écorché ici et là, son armure de chitine avait sauté à certains endroits, révélant de la chair brulée et des muscles sanguinolents et quand bien même elle tremblait, elle était belle et bien debout. Sur le sol cependant, des cadavres dans un état similaire au sien mais eux, bel et bien mort. Après quelques secondes à remettre ses sens en place, capable d’altérer même ça dans ce corps alien à tout autre organisme, elle posa un genoux à terre en reprenant son souffle. Partout où elle regardait, il y avait des cadavres, les coups de feu reprenant petit à petit tout comme les combats. Elle tendit un bras vers un homme à terre, le tirant doucement à elle, perdue dans ses pensées et dans ses émotions. Etait-ce de sa faute ?

C’était la question qu’elle se posait lorsqu’elle ouvrit la visière de son casque pour voir son visage, ses yeux sans vie. Ils étaient mort et pourtant elle, elle vivait … En ce sens, elle était supérieur aux Hommes et en repassant la scène dans son esprit, elle se demandait … Pourquoi elle n’avait rien fait. Que faire, elle ne le savait pas. Peut-être aurait-elle attrapé la ceinture, peut-être aurait-elle pu la dévier … Elle avait les moyens de l’atteindre avec ce corps si unique. Alors pourquoi ne l’a-t-elle pas fait ? Elle n’avait pas la réponse … Peut-être était-elle encore trop … brisée. Trop déficiente. Après tout … Elle était sortie de cette espèce de mutisme que depuis quelques heures à peine. Et pourtant, ce sentiment de culpabilité qui pesait sur elle depuis toutes ses années se fit un peu plus lourd en cet instant.

Elle finit par se relever, arrachée de ses pensées par les bruits de la guerre, des alarmes, des éclats de voix. Elle ignorait si c’était le début ou la fin, elle remarqua simplement que l’agent qui l’avait secoué plus tôt était toujours en vie, quand bien même elle semblait … Beaucoup plus sauvage. De l’extérieur, elle semblait assez calme mais même une personne brisée comme Yagleadra pouvait sentir l’aura meurtrière qui se dégageait d’elle. Elle suivit le regard de celle-ci pour croiser ce qu’elle reconnu comme étant l’homme qui avait lancé les grenades. Elle l’entendit prononcer sa menace en la direction du pauvre fou qui sembla paniqué après avoir vu son escouade se faire désarmer ainsi puis à apercevoir la louve. La Tisseuse de Chair comprenait ce que cela impliquait alors elle se mit entre eux, faisant face à l’ennemi cependant, tendant simplement un de ses bras décharné par les éclats de métal et les brulures, celui-ci se disloquant, craquant alors que la chair brulée se brisait. Sa main tomba au sol et commença à muter, faisant grandir en un rien de temps mâchoire et pattes … La nouvelle créature à peine née, elle se mit à courir vers le soldat alors que la grande dame se retournait vers sa collègue, son sourire grave, prête à la retenir.

« Il y a … déjà eut trop de mort inutile … Je ne veux pas en voir plus … »

Alors qu’elle lui adressait ses quelques mots, la « main » se fit tirer dessus par le terroriste qui perdait un peu ses moyens à voir une telle créature se ruer sur lui, avec peut de succès cependant. La queue naissante du rampant étrangla les chevilles de l’homme pour subitement les tirer ensemble, faisant perdre l’équilibre à la cible qui tomba lourdement au sol. La chose vint alors, à une vitesse inhumaine, marcher sur le dos de sa victime et remonter sur les bras pour les tenir, les lier, se dissolvant pour créer un lien de chair autour des bras et des mains, un muscle puissant qui empêchait au soldat de s’en détacher, même en usant de toute ses forces.

Alors que tout cela se faisait dans le dos de Yagleadra, celle-ci continua de parler à la louve. « Je sais … Je sais que c’est un vœu naïf … Quelque part, je le sais … » mais elle ne finit pas sa pensée, sans l’étoffer … Comme si elle avait quelque chose de plus à ajouter mais qu’au moment de prononcer ses mots, elle réalisa à quel point ils étaient vrai, seulement maintenant. C’était naïf de sa part de croire que l’on pourrait éviter des morts dans un conflit pareille, qu’il soit important ou tout aussi dénué d’intérêt que celui-ci. Elle soupira juste un petit « S’il te plait … »

Avant  de se tourner vers les premiers soldats ennemi encore en vie et voulant en découdre qu’elle pouvait voir et … Lentement boiter vers eux. Son bras arraché était toujours manquant. Du sang en coulait même un peu, au même titre que sa carapace ne se régénérait plus aussi vite … Elle commençait à faiblir, gravement faiblir et pourtant elle voulait toujours mettre un terme aux massacres.

Elle aurait pu … Absorber des cadavres ou même simplement du sang pour se remettre en forme mais elle ne le fit pas. Par respect, parce que … C’était monstrueux et qu’elle ne le désirait pas, même si la pensé lui avait traversé l’esprit alors que chaque mouvement commençait à lui faire mal, criblée de balles, brulée, meurtrie en somme. Pourtant elle faisait les efforts pour suivre la morale qu’elle s’était instaurée. Alors que les autres étaient distraits par les combats, la créature blessée continuait sa marche vers les rangs ennemis. Elle ne semblait plus vouloir utiliser ses astuces, ses dons avec les gênes, la mutation puisqu’elle ne pouvait s’autoriser à perdre beaucoup plus de sa propre matière organique. Elle irait les arrêter à main nue s’il le fallait. A voir si elle ne se précipitait pas vers sa mort. A voir si on allait la laisser faire …

Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Nov - 18:36
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 233
Localisation : Did you check inside your butt ?

ID AGENT
Matricule: HO-0765
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t121-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t122-chronologie-rp-de-geleerde










Courbant d'un sourcil en réponse, l'hybride se figea. Non sans être consciente du vœu naïf qu'elle énuméra, la tisseuse de chair désirait qu'on laisse la vie sauve à leurs ennemis... Une demande particulièrement incongrue en vue de la situation actuelle, mais de ce qui semblait être d'une importance capitale aux yeux de la Yamogrienne. Similaire à un chevalier blanc bercé dans ses idéaux, prêt à sauver la veuve et l'orphelin par tous les moyens tout en épargnant leurs assaillants... Tel était l'idée que se faisait Geleerde devant l'apparente aura d'espoir brisé de sa coéquipière.


Mordillant son bâton de mort en posant nonchalamment une main sur ses hanches, Geleerde poussa un rapide soupir tout en jetant un rapide coup d’œil au lanceur de grenade. Cette escouade semblait désemparé et particulièrement mal organisée : qui aurait pu avoir cette idée folle d'attaquer l'Organisation la plus prolifique de son siècle, sans être un minimum préparé ? HOPE demanderait forcément des réponses à cela.


- Yare yare. Faut bien qu'on en interroge au moins un, après tout.



A bien y regarder, les soldats semblaient tous bien trop jeunes et inexpérimentés. Mourir sans apprendre, à quoi bon ? Si l'idée de tuer n'était pas une difficulté pour elle, prendre une vie pauvre de toute forme d'apprentissage et de connaissance n'avait aucun intérêt. Portant son regard vers Rinkyu un bref instant, elle constata que ce dernier poursuivait un couple de soldat de l'UDA qui tentait désespérément de fuir hors du dôme. Espérons qu'il ne lui viendra pas à l'idée de bousiller une autre partie du vaisseau quand il reviendra...  


- Qu'est-ce que...



Hélas, ce court moment d'inattention vint la surprendre lorsque son champ de vision s'arrêta à nouveau sur Yagleadra. Le corps meurtrie et grièvement blessé, sa coéquipière ne pourrait pas agir comme elle aurait pu le vouloir ou aurait pu le faire. Dans d'autres circonstances, Geleerde aurait pu sans doute la laisser faire, mais... Ses difficultés à se mouvoir et le peu de temps qui s'était écoulé depuis sa sortie du laboratoire représentait un danger pour elle-même. La survivante ne pourrait pas détenir ce surnom bien longtemps si elle réduisait la distance entre elle et eux, les bras ouverts et sans défense.


- Bordel, Yag'... !



Telle une réminiscence d'un passé lointain, l'indomptable serra les dents de colère en se souvenant d'une scène similaire à celle-ci et dans laquelle elle en avait été la cause principale. Ne souhaitant pas reproduire le passé, Geleerde fonça en direction des soldats pour porter un coup suffisamment maîtrisé pour ne pas les tuer, mais au moins pour les empêcher de nuire et que le reste des Agents s'affèrent à les tenir en joue à l'aide de leurs armes.


- Si tu veux réellement éviter les morts inutiles, pense aussi à la tienne !



Geleerde ignorait effectivement encore beaucoup de chose au sujet de la Yamogrienne, concernant son apparente immunité à la mort ou sa capacité de régénération hors-nomes... Mais qui sait ce qui pourrait advenir si un jour elle se retrouvait à devoir confronter un ennemi plus féroce que ses propres atouts. Qui sait, sans son intervention, peut-être que Yagleadra aurait pu s'en sortir.  


- Vouloir protéger les siens et garder la vie sauve de tes ennemis, passe encore... Mais souviens-toi qu'ils ne feront peut-être pas la même chose pour toi si l'occasion se présente.





Spoiler:
 


Respecte ma putain d'autorité, Invité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rebirth Universal :: HOPE :: Headquarter :: Secteur O :: Dômes de simulations-