AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Derniers sujets

Nature Imprévisible

 :: Néfyria :: Thela :: Cirr Tyly Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 24 Avr - 18:58
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 128

ID AGENT
Matricule: HO-6092
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t261-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t266-les-memoires-de-yagleadra

Yagleadra

Krrshrgaal

Nature Imprévisible
La tisseuse de chair commençait à s’habituer à sa nouvelle vie. Après tout, rien ne pourrait être pire que le quotidien qu’elle avait adopté depuis des millénaires … Mais elle pouvait aujourd’hui se vanter, quand bien même ce n’était point dans son caractère, de savoir comment marche les choses sur HOPE, désormais. Elle restait une recrue mais elle n’était plus à sa première mission. Insinuant donc qu’elle avait déjà fait ses preuves en tant que recrue mais également en tant que personne de confiance, malgré son origine pour le moins douteuse. Il n’y avait pas si longtemps que ça, elle était toujours dans un une cuve à être étudiée et teste pour en voir ses réactions, des preuves d’intelligence et souvent, on vint lui dire bonjour en compagnie de gardes armés …

Mais ce temps était révolu et aujourd’hui, elle se dirigeait à la salle des téléporteurs dans la perspective d’une nouvelle mission. Cette fois, ce n’était pas sa HOPEwatch qui donna les ordres mais belle et bien Oly, son amie et sa « tutrice » qui prendrait les choses en mains. La géante et la requine s’avançaient alors, la plus grande observant, intriguée, la tenue de combat d’Oly qui avait plus l’habitude de revêtir une blouse de scientifique que n’importe quoi d’autre. C’est du moins comme ça qu’elle l’a toujours connu. Elle avait même du mal à se faire une idée sur elle désormais … Devait-elle la traiter comme Oly, la personne adorable qui s’occupait d’elle au quotidien ou comme une supérieur désormais ? Mais elle répondit elle-même à cette question alors qu’elles parcouraient les longs couloirs du vaisseau.

« J’suis désolée Yag’. Normalement cette mission est purement et simplement la mienne mais à la dernière minute, ils ont eut la bonne idée de t’intégrer là dedans, histoire que je donne un avis sur tes performances et tout ça. Que des conneries… »

Car oui, en plus d’être une scientifique, grande biologiste de son monde, la requine à la chevelure verte avait suivit l’entrainement d’agent et avait prouvé sa valeur comme étant un élément clé de cette mission en particulier. Une biologiste sur le terrain, c’est ce qui fallait pour explorer les larges étendues vertes de Néfyria, lieux de leur prochaine mission.

« Mais y aura quelqu’un d’autre avec, une autre recrue … Du coup je vais pas te faire de cadeau, ça serait pas juste pour l’autre … Bon, tu vas t’ouvrir, porte de … ! » Dit-elle en  passant à répétition son badge d’accès devant le panneau d’une porte avant de comprendre qu’elle n’avait pas la bonne carte en main, un peu en énervée, « comme d’habitude » certains diraient.

« Je comprends… Je ne dois pas me laisser distraire par notre relation. »

« Non mais arrête, on dirait presque qu’on est ensemble dit comme ça. Fait juste ton job, ma grande. Ah, voila. »

Et alors qu’elles passèrent par une armurerie et divers autres infrastructure avant d’arriver aux téléporteurs, Voe, l’IA dans sa HOPEwatch se réveilla alors qu’il prit l’initiative de fouiller dans l’ordre de mission d’Oly, se manifestant de sa voix grave venant du poignet de la créature.

« Néfyria, environnement riche en essence biologique. Variés, puissantes. Recommandation : Récolte d’essence pour futur adaptations, évolutions de l’organisme Yagleadra. »


Entendant cela, la requine remua une de ses longue oreilles et prit un air renfrogné alors qu’elle se saisissait de ses armes, un fusil assez lourd pour la carrure de la scientifique, ce qui la rendit plus impressionnante et intimidante encore qu’au naturel. « Yag’, dit à ton vermisseau qu’il n’a pas intérêt à toucher  à quoi que se soit sur Nyféria au risque d’être désactivé. »

« Incompréhension. Essences, pour organisme Yagleadra, est progrès. Si l’organisme Yagleadra devient plus performant, satisfaction de HOPE en hausse. Logique erronée ? »

« Non, mais la nature c’est sacrée sur Nyféria alors je doute que s’approprier les « essences » soient super bien vu. Là bas, on tue un animal pour se nourrir, on arrache des plantes pour se soigner, et je doute que piller ce genre de chose pour en faire des armes soit le plus approprié à leur image. »

« Désaccord: récolte de l’essence innof-.. »

« Les ordre sont les ordres, bordel ! »

La requine se retourna vivement vers Yagleadra, se rendant compte alors qu’elle ne savait pas où diriger sa frustration si ce n’est que sur la montre que celle-ci portait, soupirant un peu alors que la géante levait les mains, comme pour désengager la situation.

« Tu n’as aucune crainte à te faire, Oly … Je n’irais pas désobéir aux ordres, quand bien même les recommandations de Voe. »

Voe n’avait pas dit son dernier mot sur la question mais garda le silence alors que les deux femmes finirent par arriver devant les imposants sas qui constituaient leur futur moyen de transport. Dans la salle se trouvait un homme à l’allure bien singulière, assez pour faire pencher le visage de la grande alien d’un coté. Cornu mais surtout affublé de plusieurs bras supplémentaire, un peu comme elle. Elle n’eut pas le temps de se présenter que la requine haussa la voix vers l’homme qui, par déduction, devait être l’autre recrue qui les accompagnerait.

« Matricule HO-1192, je suis Oly, l’agent en charge de cette mission. J’ai été chargée de vous observer accomplir la prochaine mission et de vous sortir de la merde si vous êtres trop balourd pour régler le problème. Je sais pas si t’as lu l’ordre de mission mais je te le refais juste au cas-où. On va à Nyféria, au village de-… »

« Néfyria. » La voie de Voe retentit à nouveau, corrigeant Oly. « Nyféria : information incorrecte. Correction, Néfyria. Organisme Oly : distraite, empreinte à la colère. N’a pas remarqué son erreur depuis le dé-… » Mais sa voix se fit étouffer par la main de Yag qui recouvra sa HOPEwatch alors qu’elle sentait très clairement le regard noir de la requine sur elle, dirigée vers l’IA bien évidement. Elle lui fit d’ailleurs signe de continuer, gênée que son « ami » la mette dans une situation gênante ainsi.

« … Ouai … NEfyria. Donc … Au village de Cirr Tyly… Où ils vivent dans des cabanes perchées le long des arbres. Au sol cependant, il y a des créatures étrangères à leur écosystème qui ont élu domicile et de ce fait, leur village est en danger. On va demander plus d’info une fois au village mais en gros, c’est ça, on va nettoyer la zone. Du coup, préparez vous à combattre. Je vous laisse 10 minutes, on prendra le téléporteur N-68. »

Et tout aussi sèchement, elle se remit en marche pour passer une autre porte. Par automatisme, Yag voulu la suivre mais elle se retourna pour l’intimer d’arrêter. « Je dois faire un truc avant de partir. Attend ici … »

Et ainsi, après que les portes de métal se refermèrent, Yag se retrouva seule avec la nouvelle recrue, pensante … Étonnamment, elle n’était pas réellement gênée quand bien même son caractère était assez discret, elle était juste dubitative de ce qu’elle venait de vivre. Oly avait l’air tellement plus sèche et sérieuse, c’était l’état naturel de la requine mais en sa présence, elle a toujours était douce et patiente. Elle n’avait que rarement confronté ses traits autoritaire et si directe.

Restant quelques secondes immobiles, elle finit par se retourner vers l’autre personne dans la salle et décida de s’approcha, ses pas lent mais fluide, sa démarche presque noble, la menant proche de l’étranger, se penchant un peu en avant en preuve de respect.

« Bonjour … Je me nomme Yagleadra. Matricule HO-6092. J’espère que nous pourront coopérer sans problème pour le bon déroulement de cette mission. »

Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Avr - 12:36
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 10

ID AGENT
Matricule: HO-1192
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t274-krrshrgaal-celui-qu
Nature imprévisible

Krrshrgaal & Yagleadra

Krrshrgaal n’aime pas la zone d’embarquement. Il ne se sent à l’aise nulle part dans le ventre de la baleine, mais c’est pire encore lorsqu’il s’éloigne des endroits qu’il connait à peu près à présent. Le Secteur H, les salles de tests et d’entraînement, son foyer… Même si cela fait déjà trois semaines qu’il a quitté Yheltnam, que Dahliaün l’a aidé à invoquer le totem protecteur de son bracelet et lui a appris à lire la carte de ce labyrinthe interminables d’entrailles métalliques, il rechigne à s’en éloigner. Tout est encore trop neuf, trop soudain, trop menaçant pour son esprit déraciné, arraché à la terre ferme et solide de millénaires de traditions inchangées. S’aventurer dans les recoins inconnus de Hope lui noue les entrailles, lui rappelle dans un cortège de frissons glacés qu’il est un sans-âme, livré à la malice des mauvais esprits et des fantômes errants, incapables de rejoindre le foyer de leurs ancêtres. Ces moments de perdition lui font égrener nerveusement les perles de son bracelet en récitant des prières pour se garder de ce qui peut bien rôder dans les replis de métal lisse et de parois phosphorescentes de la grande baleine de fer. Pourtant aujourd’hui, il a ravalé ses angoisses pour se rendre dans le hall des téléporteurs, comme Iko lui en a donné l’ordre. Et même s’il est secrètement terrifié par les portails de pierres et de lumières qui mangent ceux qui traversent leurs arches, les transportant par il ne sait quelle magie jusque dans d’autres lieux à des jours et des jours de voyage, l’excitation l’empêche de rester sagement en place. Il doit faire attention à ne pas bousculer de ses bras les autres agents et recrues qui vont et viennent autour de lui mais il ne peut s’en soucier.

Ceux-qui-guident ses phases de test lui en ont parlé il y a quelques jours. Sa progression étant régulière et plutôt satisfaisante dans certains domaines, il serait bientôt choisi pour une mission sous le commandement d’un agent, pour évaluer plus finement ses aptitudes sur le terrain. Krrshrgaal a fait de son mieux, mais il n’a pu masquer totalement son enthousiasme. Une mission. L’équivalent d’une première chasse sans doute, ou l’arpentage d’une nouvelle steppe. Mais surtout, une sortie hors de la baleine. Dans un monde inconnue et hostile peut-être, mais avec de la terre sous les pieds, du vent dans les cheveux et du ciel dans les poumons. Dès qu’il l’a su, il n’a plus réussi à dormir que difficilement. Même s’il n’en a plus le droit, il a longuement prié tous les esprits de ses ancêtres et de la Mère-de-Tout devant le petit autel de bois qu’il s’est fabriqué pour être à la hauteur des attentes, pour faire preuve de force et de courage, pour ne pas déshonorer leurs noms et leur mémoire. Et aujourd’hui, alors qu’il se levait pour accomplir ses tests psychologiques du jour, Iko lui a annoncé qu’il devait se rendre au téléporteur N-68 pour partir en mission de nettoyage sur Nefyria avec une autre recrue, sous les ordres d’un agent. Il en tremble encore en repensant à l’émotion qui l’a secoué de part en part. Incapable d’avaler quoi que ce soit, il a préféré enfiler religieusement son armure, ce vêtement étrange dont il a si peu l’habitude, si fin et si moulant qu’il a l’impression d’être nu et ne voit pas comment il peut le protéger de quoi que ce soit. Voir les motifs bleus et blancs recouvrir les tatouages de sa peau lui a serré le cœur et il s’est dépêché de se mettre en route pour ne pas y penser. À présent, tournant en rond depuis vingt bonnes minutes, il attend l’arrivée des autres. Et comme de juste, il se laisse totalement surprendre à nouveau.

Une voix féminine et autoritaire le fait tressaillir et se retourner vers l’un des sas du hall pour assister à l’arrivée de deux créatures se dirigeant vers lui. La première est étrange, pourvue d’un visage pointu à la peau grise et rugueuse, garni de multiples rangées de dents, et d’une imposante queue tout en muscles qui lui rappellent la silhouette effilée des prédateurs marins. C’est elle qui s’adresse à lui avec une autorité qui ne laisse aucun doute quant à son rang. Mais la seconde le foudroie tellement sur place qu’il en oublie les gestes et la posture de respect dus à Celle-qui-Guide. Plus petite que lui d’une dizaine de centimètres seulement, ses quatre bras lui sautent aux yeux, lançant son cœur à l’assaut de ses côtes comme un tambour de guerre. Lui qui pensait ne jamais plus revoir l’un des siens, que plus jamais il n’utiliserait tous ses bras pour le salut rituel Qumhhrani, qu’il n’entendrait plus jamais sa langue maternelle autrement que déformée par la traduction de son bracelet, voilà que soudain… Par la Mère, mais acceptera-t-elle seulement d’approcher un sans-âme comme lui ? Aura-t-elle autre chose que des mots d’insultes à lui adresser ? Cependant, sa peur se fond bientôt en un torrent glacé qui dévale son dos et ses muscles, lui arrachant un mouvement de recul. Elle non plus ne porte pas de bracelet de naissance. Elle aussi a été bannie par les siens et il ne faut pas plus de quelques pas supplémentaires des deux femelles pour que Krrshrgaal comprenne pourquoi.

La difformité est taboue chez les Qumhhrani. Un bras manquant ou une jambe atrophiée condamne son porteur à n’être qu’une charge pour ses proches et le clan tout entier. Même si l’on prend soin de lui sa vie durant car les voies de la Mère-de-Tout sont impénétrables, un individu difforme ne pourra jamais accéder à un rang élevé, prouver sa valeur et trouver des partenaires pour l’accouplement. Son sang est condamné à se perdre. Dans le cas présent, si la femelle en retrait fait partie de son peuple, c’est de loin la plus laide qu’il lui ait été donné de voir. Dépourvue de cornes, elle arbore à la place une espèce de carapace bosselée et irrégulière, garnie de crocs, qui lui recouvre la tête et le visage comme un casque. Cette même matière émerge ça et là de sa chair, hérissant chaotiquement sa silhouette de piques et de plaques granuleuses qui ressemblent à une plaie dans le flanc de la montagne après un éboulement. Quant au reste… Krrshrgaal ne peut empêcher son estomac de se retourner. Throrrnj lui a déjà montré les ravages de la peste rouge mais même le fléau-qui-écorche n’a pas des symptômes aussi affreux. Son corps tout entier semble dépourvu de peau, exposant à l’air libre et l’œil nu les chairs, les muscles, les veines tubulaires qui rampent sur ses membres, se mêlent en un grotesque bouillon de viande torturée aux plaques d’os et au magma organique qui lui tient lieu de chevelure et de… de queue ? C’est à se demander comment ses parents ont pu se décider à la garder à la naissance plutôt que de l’abandonner à Celui-qui-voit en le suppliant de renvoyer un tel démon dans les limbes de la nuit.

Krrshrgaal est quelque peu écœuré à l’idée de devoir faire équipe avec cette offense à la Mère mais il se reprend bien vite. Il a beau avoir le bon nombre de bras et de cornes, un corps vigoureux et sain et un visage reconnaissable, il n’en est pas moins un sans-âme. Si cette femelle frappée par la pire peste rouge qui soit est un monstre, il l’est au moins autant qu’elle et n’a de toute façon pas son mot à dire. Celle-qui-Guide s’adresse à lui pour l’informer de la teneur exacte de la mission, de la chasse comme il l’avait présumé. Profitant de sa brève dispute avec le totem de la recrue difforme, le Qumhhrani s’empresse de rattraper son retard et d’effectuer le salut approprié, le regard baissé sur la poitrine de la femelle pour ne pas la regarder dans les yeux, en espérant qu’Oly ne se sera pas offusquée de son manque de respect :


Cet homme est honoré de servir sous tes ordres, Olyngsh. Il combattra de son mieux pour ton prestige.

Il lui accorde bien évidemment le suffixe révérencieux réservé aux chefs et aux meneurs, puis acquiesce en silence lorsqu’elle affirme les rejoindre dans dix minutes avant de tourner les talons, le laissant en tête-à-tête avec l’autre recrue. Cette dernière finit d’ailleurs par s’approcher de lui, d’une démarche étonnamment gracieuse et fluide alors que son état avancé de peste rouge devrait affecter ses mouvements, et lui adresser la parole avec politesse, sa diction légèrement déformée par la traduction de sa Hopewatch. C’est étrange, d’ailleurs. Ne devrait-elle pas parler la même langue que lui ? Peut-être vient-elle d’un clan très éloigné du sien au dialecte différent. Krrshrgaal la considère un instant, se demandant de quelle façon il doit lui répondre. Elle a beau être une femelle, sa difformité amoindrit grandement le rang supérieur qui lui est du par nature. Si elle avait fait partie de son clan avant qu’il n’en soit banni, en tant que yheltjjn, il l’aurait dominé en tout point. Mais étant donné qu’ils n’ont plus d’âme tous les deux, la question se pose… En désespoir de cause, Krrshrgaal décide de faire preuve d’une audace qu’il ne se serait jamais permise autrefois :

Que la Mère te garde, Yagleadra. Je suis Krrshrgaal.

En tant que sans-âme, il n'a plus le droit de toucher personne, mais il lui adresse quand même le salut rituel, les deux poings inférieurs posés sur le torse et les paumes supérieures ouvertes et levées. Un geste utilisé entre deux personnes de même rang. Eringsh lui aurait administré la correction de sa vie si elle s’était trouvée présente. Mais sa mère n’est plus là pour le rappeler à l’ordre, ni son père, ni qui que ce soit de son ancien clan. Il n’y a plus que lui pour prendre les bonnes décisions. Tremblant encore de son effronterie, le Qumhhrani la regarde dans les yeux, autant que faire se peut, en espérant qu’elle ne le prendra pas mal. Cela ne lui aurait guère importé avant (d’ailleurs, il aurait surtout tout fait pour ne pas côtoyer quelqu’un atteint à ce point par la peste) mais c’est sans doute la seule autre membre de son espèce qu’il croisera du reste de sa vie. Il s’estime déjà chanceux et remercie intérieurement la Mère-de-Tout qui a réuni leurs deux âmes perdues dans sa miséricorde. De toute façon, si Yagleadra peut se mouvoir sans hurler de douleur, c’est qu’elle n’est plus contagieuse. Rassuré par ce fait, il penche la tête sur le côté pour demander avec curiosité :

Es-tu… Es-tu Qumhhrani ? On t’a bannie quand tu as attrapé le fléau-qui-écorche ?
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 3 Mai - 16:58
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 128

ID AGENT
Matricule: HO-6092
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t261-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t266-les-memoires-de-yagleadra

Yagleadra

Krrshrgaal

Nature Imprévisible
Aussi fébrile de corps et d’esprit qu’était Yagleadra, ses constants efforts pour évoluer dans la bonne direction l’empêchaient désormais d’être l’idiote naïve absolue de ses premiers jours. Lentement mais surement, elle retrouvait sa volonté, ses désire, son intelligence d’une vie passé où elle était considérée comme l’élite. Très sensible au regard des autres, elle essayait de s’en détacher, comprenant petit à petit que son handicape, son apparence, allait de toute façon toujours être un fardeau à partir de maintenant. Il fallait ignorer les regards, les gestes de dégouts, de répulsion ou elle serait rapidement et systématiquement émotionnellement détruite. Elle avait la présence d’esprit de réfléchir ainsi, avec une certaine logique, mais la réalité des faits étaient tout autre. Il était facile de faire des théories et des plans, beaucoup moins de les appliquer.
Elle ne l’avait pas remarqué plus tôt car la Tisseuse de chair était absorbée par le comportement nouveau d’Oly mais une fois confronté à l’homme devant elle, étonnamment grand comparé au reste de la population du vaisseau soit dit en passant, elle pouvait sentir son regard sur elle. Elle n’était pas extra-sensorielle donc elle extrapolait très certainement … Mais elle avait la sensation de savoir ce qu’il pensait et ressentait à sa présence. Ce même dégout qu’elle voit partout autour d’elle. Véridique ou non, et quand bien même essayait-elle de ne pas être affectée par ce genre de comportement, le voir peu assuré au départ lui fit sentir quelque chose se resserrer autour du cœur.

Sa mémoire floue lui rappelait qu’en des temps bien reculé, elle aurait remit à sa place n’importe quel être osant lui manquer de respect, que cela soit verbalement ou par une telle réaction de dégout mais elle-même débattait encore le fait qu’elle soit cette même personne, encore. Mais malgré ce petit écart que chaque nouvelle rencontre faisait, elle reconnu finalement une marque de respect sous la forme de ses salutations et du geste qui accompagnait celles-ci. Pouvait elle le blâmer d’avoir agit ainsi ? Non. Elle eut la même réaction lorsqu’elle se vit à nouveau dans un miroir la première fois. Mais elle pouvait commanditer les efforts que les autres mettaient en place pour « rattraper » cet écart initial. Cependant, autre que le soulagement dû au fait que Krrshrgaal lui montrait, quelque chose l’intriguait.

Tous ou du moins beaucoup ici parlent une langue commune, une langue qui n’était pas la sienne mais qu’elle connaissait de manière innée. Krrshrgaal lui utilisait le dialecte de son monde … Et pourtant elle le comprenait aussi, sans intervention de Voe. Ou bien est-ce la symbiose si parfaite entre lui et elle qui lui permettait de comprendre sans intermédiaire ? … Non. Elle ne connaissait pas Voe à l’époque où elle s’adressa aux premiers soldats qui l’avaient récupéré. Plus étrange encore, ce salut ne lui était pas étranger. Faisant d’ailleurs part mentalement de ses doutes à l’IA dans son poignet, celle, en quelques micro secondes de temps, mit la lumière sur ses questions.

« Peuple Yamogrien : gardiens du savoir, recensement de multiples galaxies. Organisme Yagleadra : Yamogrien. Connaissance d’innombrables langues, cultures, coutumes, peu surprenant. »

Acceptant ses explications comme elles venaient, elle perdit rapidement son air confus avant d’imiter son vis-à-vis par respect, posant ses mains inférieur sur son torse tout en levant les paumes supérieur vers lui également. Elle ignorait si cela était naturel pour d’autre peuple mais du point de vue des Yamogriens, ne cherchant pas le conflit, il était de rigueur d’utiliser leur grande connaissance pour s’accommoder aux autres races qu’ils croisaient et adopter leur langage et coutumes afin de les mettre « à l’aise ». Ainsi, peut-être à la surprise de Krrshrgaal, elle répondit dans sa langue natale et sauf demande de sa part, elle continuerait ainsi tant qu’elle s’adresserait à lui.

« Que la Mère te garde également, Krrshrgaal » dit-elle sans même écorcher son nom.

Mais malgré son effort, elle continuait de sentir l’homme devant elle quelque peu tendu, ce qui était étrange car malgré l’affront qu’il lui a fait en presque sursautant en arrière à sa vue, elle se remémorait que ce salut rituel était la marque qu’il la considérait comme son égale. Ce qui était étrange maintenant qu’elle mettait ça en perspective. Mais rapidement, elle comprit pourquoi lorsqu’il commença à la questionner. Le « fléau-qui-écorche » était une bien horrible maladie propre au monde des Qumhhrani. Bien que moins grave que la souche virale qu’elle avait créé par erreur et qui l’avait mené à une telle catastrophe, le fléau-qui-écorche, la peste rouge, pouvait visuellement se rapprocher de ce qu’elle avait bien que moins grave. C’était mortel, c’était contagieux mais les Qumhhrani sont toujours présent, preuve qu’ils pouvaient contenir ce fléau qui portait si bien son nom. Les Yamogriens, eux, ne le sont plus…

Sans trop y réfléchir, la géante répondit en levant le visage vers lui, hochant doucement la tête de droite à gauche. « Ce n’est pas le fléau-qui-écorche … le fléau-qui-écorche, au moins, aurait finit par me tuer. Ce que j’ai m’a changé en quelque chose d’autre … Au point que je ne saurais vous dire ce que je suis devenue exactement. »

Mentalement, Voe essayait de lui donner une longue définition technique et scientifique sur comment on pourrait désigner l’organisme qu’elle était devenue mais elle décida de ne pas communiquer ses information, se doutant qu’ils ne parleraient pas à un Qumhhrani qui n’avaient pas une expertise technologique et scientifique comme la sienne, loin de là même. Mais rebondissant sur sa question, elle recouvrait la mémoire au plus celle-ci fut stimulée. Elle attarda son regard sur ses multiples poignets, ne voyant pas son bracelet de naissance.

« Et vous, vous l’êtes, n’est-ce pas ? Banni ? »

Elle marqua une courte pose, passant une nouvelle fois en revue ses poignets. Etre banni, pour un Qumhhrani, était sans doute pire qu’une condamnation à mort. Krrshrgaal devait tout avoir perdu. Son peuple, sa famille, son foyer, toute marque d’honneur et de prestige qui forgeait cette communauté. Tout perdu, un peu comme elle ? Elle reprit rapidement après s’est fait cette conclusion, cherchant à rassurer un Qumhhrani déchu et abandonné, une recrue qui par définition devait avoir rejoint leur rangs que depuis peu lui aussi.

« Il est parfois difficile de s’adapter à HOPE… Les règles, les regards… Ou tout simplement ce vaisseau … Mais si je devais retenir qu’une seule et unique chose de cette expérience c’est que HOPE désormais est notre nouvelle famille. Ici, nous ne somme jamais réellement seuls… Car nous devons être unis, qu’importe les différences, pour faire face à ce qui va se produire et si ce n’est pas le cas … Je tiendrais cette promesse pour tout le vaisseau. »

Consciente qu’il n’y avait que très peu de point commun entre elle et un quelconque Qumhhrani, elle se sentit tout simplement très proche de lui par le simple fait qu’il s’agissait d’un banni. Sa compassion ressortait dans ses moments. Là où il s’agissait d’une exile mérité pour les pires individus du clan, du point de vue de Yagleadra, il ne s’agissait que d’une tragique destinée, complètement détachées de leur coutumes et croyances. Elle ne voyait qu’un individu ayant vécu la pire humiliation. Encore une fois … C’était une expérience qui leur était commune, d’une manière et avec des enjeux différents, mais tout de même. C’est pourquoi elle n’hésitait pas à lui tendre une main, figurativement. Réalistiquement, elle n’oserait pas par le simple fait de son état et de la réaction qu’il eut en la voyant.

Après un petit moment, le sas où était passé Oly s’ouvrit à nouveau, la requine se présentant à nouveau devant les recrues avec une tenue un peu mieux couverte, un peu plus lourde, une combinaison qui ne laissait respirait que sa tête et ses bras alors que cette combinaison était équipée d’un compartiment sur le dos, lui donnant une silhouette plus massive. Tenant toujours son fusil à deux mains, pointé vers le sol, elle dépassa les deux recrues, levant un instant le regard vers elles avant de lâcher un soupire et ronchonna entre ses dents.

« Pourquoi je travail toujours avec des géants ? Même comme ça, je suis minuscule … » Mais en secouant la tête, elle finit par engager le pas vers la salle de téléporteurs. « Aller, on y va. On va arriver au centre du village normalement. »

Intriguée par sa tenue, Yagleadra brisa le regard qu’elle échangeait avec son coéquipier et pencha un peu la tête sur le coté en voyant ce que son amie transportait sur le dos, demandant naturellement avant même de bouger.

« Du matériel scientifique ? »

« Yep. On en aura besoin. C’est pas innocent si ils m’ont confié la mission aussi. Une expertise biologique va être de mise. Aller, suivez. »

Un peu sèche, elle incita les deux géant à entrer dans la salle de téléportation où les techniciens finissaient de calibrer la chose, à deux doigts d’être envoyé dans l’inconnu qu’était Néfyria.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rebirth Universal :: Néfyria :: Thela :: Cirr Tyly-