AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Derniers sujets
» Poke the Dragon
Aujourd'hui à 0:03 par Jason

» CT du Feu Eternel
Hier à 14:58 par The Rebirther

» Traumatisées de la vie
Sam 17 Nov - 20:41 par Emily Grimbald

» Leçon d'escrime
Sam 17 Nov - 19:57 par Proxima Centrenuit

» [MISSION]Kill the boredom
Sam 17 Nov - 18:55 par Jason

» Dans la Ligne de Mire
Sam 17 Nov - 18:08 par Jason

» Épreuve en plein désert [PV Geleerde]
Mer 14 Nov - 21:37 par Katarina sin miedo

» L'Aube des Mondes
Mer 14 Nov - 16:12 par Invité

» Ou comment se sortir du pétrin.
Dim 11 Nov - 20:13 par Sarah "Surtur"

» Demande de partenariat - The Fifth Being
Sam 10 Nov - 14:53 par The Rebirther

» Pour moi, la fin
Jeu 8 Nov - 10:54 par Jason

» Kill the Infraction
Lun 5 Nov - 16:44 par Proxima Centrenuit


Carnet de Présentation de Dahlia Gardilho

 :: INRP :: Carnet de Présentation :: Validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 5 Avr - 21:40
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 46

ID AGENT
Matricule: HO-2647
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t315-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t324-chronologie-de-dahlia
CP de Dahlia

Gardilho
  • Univers d'origine
  • Zephyra
  • Origine du perso
  • Inventé
  • Âge
  • 24 ans
  • Sexe
  • Féminin
Matricule HO-2647



Histoire
Il était une fois, un couple de Dieux... Non, cette histoire n’a rien d’un conte de fée. Par pur ennui, ils créèrent au fin fond de l’univers une planète, Zephyra. Durant des millénaires le duo admira la vie s’y développer, l’intelligence de leur création se décupler au fil des siècles. Puis eux-même eurent des enfants, imbus de leur personne, ne ressentant aucune attache envers ces pitoyables petites choses, qui pullulaient de part et d’autre de cette terre qui leur revenait de droit. Alors ils commirent un parricide dans le but de s’en emparer. Commença alors une partie d’échec à l’image de ces Dieux. Chacun choisit un pays, s’alliant ou se confrontant, une guerre de territoire bien plus divertissante pour ces êtres immortels.

Les Zephyriens subirent, aucune de leurs innovations ne leur permettaient de lutter face à ces massacres de masses. Ces Dieux, mythologiques sur la Terre, mais bien réels sur Zephyra, n’en avaient que faire des vies qu’ils sacrifiaient. Cependant, leurs défunts parents les avaient dotés d’une ingéniosité sans pareille. Grâce à l’évolution de leurs moyens, ils mirent au point des armures de combat redoutables. Bien que les Dieux ne ratèrent rien de leurs avancées technologiques, jamais ils n’auraient pu penser qu’elles étaient le fruit d’une future rébellion.

Et pourtant, en 2154, celle-ci se leva, avec tout leur courage le peuple affronta ses bourreaux. Mais ils déchantèrent tout aussi rapidement, aussi puissantes pouvaient être leurs armures, jamais elles n’auraient égalées le pouvoir divin. Les Dieux, furieux de l’audace des Zephyriens, d’avoir pensé pouvoir ne serait-ce que les égratigner, choisirent de les punir. Dorénavant et ce durant mille ans, tout jeune entre seize et vingt ans pourrait se voir être choisi en sacrifice. Soldat des Dieux, nom leur étant donné parmi tant d’autres, au nombre de 10 par chaque grand pays, ils seraient voués à combattre jusqu’à leur dernier souffle, poursuivant les désirs de conquête de leurs maîtres. Les sacrifiés dépassaient rarement l’âge de 25 ans. Leurs armes ? Les armures fièrement construites par leurs soins, améliorées par une infime partie de pouvoirs divins.


***


Près de cinq-cents ans passèrent, durant lesquelles la population de Zephyra perdit des milliers des leurs. Voir son destin condamné était la pire des punitions, pire que la mort elle-même. Une mère ne pouvait supporter de voir sa descendance vouée à disparaître avant même d’avoir vu le jour.

« Mon dieu, Anubis, je t’en supplie, retire-moi de ton armée, épargne mon enfant... »

« Oser enfanter pour pallier à ton devoir envers moi, je devrais te châtier! »

« Non! Je... Je ne pouvais pas prévoir... Pitié... »

Les larmes de Pharah, mouillaient le sol d’argile, la jeune Egyptienne avait servit Anubis durant près de trois mois, jusqu’à prendre conscience de sa grossesse. Genoux à terre, tout ce qu’elle souhaitait était un geste de bonté de ce Dieu qui ne voyait en elle qu’une arme.

« Tu me reprendras, une fois qu’il sera né, je ferais tout ce que tu veux...»

« Comment oses-tu, demander une telle chose à notre Dieu, alors que nous avons la chance de pardonner nos pêchés ?! »

Son mari, grand fanatique et partisan de la cause des Dieux, voyait en cette demande une insulte envers eux. Il estimait que sa femme devrait être fière de porter les couleurs de l’Egypte, quand bien même était-il italien d’origine! Au lieu de cela, elle bafouait leur nom, le traînait dans la boue! Il tenta en vain de faire pardonner son épouse. Mais la voix grave du canidé résonna sur les murs de la pauvre maison.

« Silence. Mon jugement est déjà réfléchi. Je ferais un acte de bonté, le seul que tu ne pourras jamais me demander, Zephyrienne. »

La brune releva la tête, le remerciant inlassablement, le visage noyé par des sillons salés. Cependant, sa moitié refusait catégoriquement d’en rester là, il vouait un culte aveugle à son dieu et pris la parole, d’un ton fort et sûr de lui.

« Notre enfant servira ta cause lorsqu’il en aura l’âge! Accepte-le comme une offrande pour laver notre honneur! »

« Non! Comment peux-tu..! » S’exclama la mère, désemparée.  

« Bien, j’accepte, ceci est un pacte. »

Son regard dénué de toutes émotions fixa le ventre dont l’arrondi était encore subtile sous la robe.

« Elle rejoindra mon armée, lorsque j’en aurai décidé ainsi. » Conclu Anubis avant de se volatiliser dans un éclat de lumière.


***


Sa mère lui avait donné une chance d’échapper à son funeste destin, mais la volonté de son père en avait décidé autrement. Ce dernier n’avait eu aucun scrupule à l’envoyer à la mort, à l’arracher à sa mère, et la forcer à s’entraîner au sein de cette secte vouant un culte infini aux dieux de l’Egypte. Toute son enfance, Dahlia voua une haine incommensurable à cet homme, qui n’était plus rien d’autre pour elle qu’une pourriture. Chaque vision de lui la révulsait, elle se servait de son image pour frapper avec rage les clones matérialisés qui la narguaient. D’un geste vif, elle dégaina son khépesh et fit disparaître le dernier, qui rendit l’âme dans un grésillement électrique.

Depuis sa plus tendre enfance, la jeune brune avait été formée physiquement et mentalement afin d’être prête lorsqu’Anubis viendrait récupérer son tribu. Ces entraînements étaient mis en place et dispensés uniquement aux sectaires, qui s’inscrivaient en haut de la liste des dieux égyptiens. Cela expliquait leur puissance au combat et leur réputation par-delà le continent, bien que les Grecs n’avaient rien à leur envier. Les dieux veillaient toujours à sélectionner de pauvres paysans pour maintenir la terreur mais ne refusaient pas de valeureux guerriers dévoués.

« Ces imbéciles tous endoctrinés, j’en connais qui doivent rire de leur connerie... »

« Ne parle donc pas ainsi de tes futurs frères d’armes, Dahlia. »

Son sang ne fit qu’un tour dans ses veines, Samuel, son père, celui dont elle portait le nom avec dégoût. Toujours à épier ses moindres faits et gestes de son regard autoritaire, à s’assurer qu’elle suivait les formations à la lettre, la brune ne faisait que ça. Elle savait qu’être la mieux préparée possible mettrait les chances de survie de son côté. La jeune fille se tourna lentement vers son paternel, ses yeux dorés menaçant de le fusiller, tandis que leurs alter-ego affichaient un rictus amusé.

« Le jour viendra où tu regretteras amèrement de m’avoir rendu forte. »

En réalité, Dahlia avait atteint un niveau qui lui permettrait facilement de se débarrasser de son père qui n’avait jamais bougé un orteil. Mais sa présence éveillait en elle une colère dont elle se servait continuellement. Une lueur inquiète brilla dans les prunelles de son père, c’était la première fois qu’elle manifestait à haute voix le désir de le tuer.

« Je fais ça pour notre bien à tous, pour notre salut ! »

« Tu pourras saluer tes dieux de plus près, je peux te l’assurer... »

Elle le fixa, l’air sombre, sa haine faisant surface, puis lui tourna le dos, recommençant ses enchaînements. L’égyptienne fêterait ses dix-huit ans dans quelques jours, quatorze ans qu’elle s’entraînait sans relâche et se rapprochait de sa pénitence, s’évertuant à éloigner tout lien, passant pour une jeune fille inaccessible. La seule personne que la métisse désirait revoir au plus profond de son cœur était sa mère, mais dans ce milieu constamment surveillé, il lui était impossible d’entamer des recherches.


***


Le réveil fut difficile pour Dahlia, la journée d’hier avait été particulièrement intensive, les dirigeants de la secte avaient organisé un tournoi afin que chacun mesure sa force, ses réflexes, ses capacités de réflexions. La brune s’était passablement ennuyée durant ce dernier, ne voyant pas l’intérêt d’un tel exercice. Elle savait de quoi elle était capable et n’avait pas besoin de ces abrutis qui prenaient des notes. Comme s’ils avaient des comptes à rendre à qui que ce soit...

La jeune femme se dirigea d’un pas nonchalant vers sa salle de bain. Il y avait un vrai raffut dans le couloir adjacent à sa chambre, mais Dahlia n’y fit pas attention. Les yeux mi-clos, elle pencha sa tête au-dessus du lavabo et mouilla son visage, avant d’observer son reflet dans le miroir. Son expression se figea. Là, sous son œil gauche, une partie d’un hiéroglyphe, et pas n’importe lequel, celui d’Anubis. Une ligne courbe dévalant le haut de sa pommette, accompagnée d’un léger trait plus proche de l’arrête du nez. En prenant en compte son propre œil, le symbole représenté lui appartenait.

Dahlia ne dit rien, ce jour devait arriver, elle s’essuya, puis se rapprocha de la porte pour récolter quelques bribes. L’ancien détenteur de l’armure d’Anubis était mort, tout le monde se demandait qui était son successeur. Sans grand état d’âme, elle se prépara et sortit, le silence s’installa en quelques secondes, puis Anubis apparût dans cet éclat de lumière qui le caractérisait...


Description physique
Dahlia a tout d’une belle jeune femme, rare sont ceux qui diraient le contraire. De long cheveux noirs encadraient son visage fin et tanné par le Soleil d’Egypte. Le tatouage sous son œil, marque du Dieu Anubis, soulignait son regard doré. La sacrifiée arborait sur deux de ses mèches des bijoux d’or, propres à ses origines.  

Le physique de l’Egyptienne démontrait les années d’entraînement qui l’avait forgées en vu de son destin. Athlétique et élancée sur son mètre soixante-dix et ses soixante-six kilos, elle n’avait absolument rien d’une femme fragile. Dahlia porte souvent en dehors de ses combats, son éternelle paire de lunettes, un simple débardeur blanc affublé d’une veste en cuir marron, ainsi qu’un jean noir, finissant par des bottines de même couleur. Elle possède également des tenues plus légère pour contrecarrer la chaleur du pays.


Description mentale
Ses années au sein de la secte rejoint par son père ont eu le temps de forger le caractère de Dahlia avant qu’elle ne devienne une sacrifiée. Lorsqu’elle apprit comment sa mère avait échappé à son destin et que son père l’avait donné en offrande à Anubis, la jeune femme voua une haine infinie envers ce dernier.

Connaissant la dure réalité des porteurs des armures divines, la brune n’avait jamais cherché à créer un seul lien avec les autres jeunes accompagnant ses entraînements. Elle s’enferma derrière ses barrières et se concentra sur la maîtrise des art martiaux et armes en tout genre.

Distante, ses seules démonstrations d’intérêt se manifestaient par son sarcasme omniprésent et son attitude provocatrice. Certains la trouvaient arrogante, d’autres appréciaient son côté inaccessible mais Dahlia s’évertuait à les ignorer en bonne et due forme.

Sous ces airs se cache cependant une femme pouvant se montrer protectrice. Notamment envers ses coéquipiers qui malgré elle, devenaient ses frères d’armes, bien que la brune s’évertuait à ne pas le montrer, gardant une attitude autoritaire bien que détachée. L’italienne dissimulait également une part attachante et sensible, qu’elle ne risquait pas de montrer de si tôt.


Pouvoirs / Capacités
Dahlia est une combattante hors pair, depuis son plus jeune âge elle a suivit un entraînement intensif afin d’être prête à rejoindre l’armée des sacrifiés. La technologie avancée de Zephyra lui permit de faire ses preuves durant des simulations virtuelles quasi parfaite. Que ce soit avec des armes blanches ou à feu, la brune sera très rarement dépaysée.

Cependant la plus grande partie de sa force réside en l’invocation de l’armure d’Anubis, dont le casque rappelle sa tête de canidé. Cette dernière peut la recouvrir partiellement ou entièrement et lui confère le pouvoir de créer et manipuler les ondes lumineuses. Elle la dote également d’une puissance de frappe, d’une défense et d’une vitesse plus élevée, ainsi que de réacteurs se nourrissant de l’énergie solaire pour voler. Son casque possède quant-à lui des détecteurs de mouvements à courte portée.

Lorsque Dahlia active son armure, son œil gauche et le tatouage sous ce dernier se mettent à briller d’un éclat doré.


Test RP
Son cœur bat dans ses tempes, son souffle saccadé se répercute sur les parois de son casque de métal. Après un long et beau combat, d’un point de vue divin, l’Egypte venait d’acquérir les terres du Mexique, terrassant les représentants des dieux maya. L’armure brisée par endroits et laissant entrevoir les vêtements civils de Dahlia, disparaît progressivement, il lui faudrait du temps avant d’être totalement régénérée. La brune fixe d’un regard absent, les corps de l’équipe adverse être dépouillés de leurs armes, mis à nu.

Deux de ses coéquipiers ont rendu l’âme durant cet énième affrontement, Aken, dieu des défunts, fit passer leur âme de l’autre côté. Un troisième est grièvement blessé, mais vite enveloppé dans un voile bleuté, Amenothes, dieu guérisseur prodiguant ses soins. Le dernier est égal à l’italienne, exténué et blessé superficiellement.

Voilà à présent six ans que Dahlia porte le fardeau d’Anubis. La jeune femme a vu défiler ses frères d’armes par dizaine, plusieurs fois frôlé la mort, mais tient encore debout. Beaucoup disent qu’à 24 ans, il ne lui restait certainement qu’une année à servir, avant de tomber sur celui qui mettrait fin à sa punition. Elle ne l’attend pas, le rôle qu’elle remplit est celui autour duquel sa vie n’a cessé de tourner. Si au début Dahlia avait manifesté plusieurs fois son insubordination, aujourd’hui la combattante devenue la capitaine des siens depuis deux ans, s’évertue à les mener à la victoire par tous les moyens.

Soignés par Amenothes, ils sont téléportés de nouveau dans leur pays d’origine, où il retrouvent rapidement le lendemain, leur deux nouveaux coéquipiers. Chaque fois, le même cycle se répète et chaque fois, Dahlia affiche la même expression de dégoût en découvrant celles affolées des débutants. Loin de là l’envie d’aller les materner pour autant, elle demeure autoritaire tout en conservant un ton détaché et calme, mieux valait qu’ils prennent la température dès le début.

Un mois, c’est ce que leur avait laissé les dieux égyptiens pour redevenir opérationnels, après avoir affronté des équipes aux pouvoirs moins puissants. Les deux recrues contrastent toujours avec le reste du groupe, leurs yeux sont encore expressifs, leurs gestes peu assurés, leurs traits, encore juvéniles, mais laisseraient bientôt place à ceux affinés et durcis par les épreuves.

Le flottement d’une téléportation dont ils ont coutumes à présent, et les voilà sur les terres latines les plus anciennes. Les architectures traditionnelles ne laissent aucun doute. La culture antique est un élément important sur Zephyra, qui n’a jamais été négligée au profit de la modernité. À peine le sol grec touché de leurs armures, que la foule commence à paniquer, fuir au plus vite cette zone bientôt dévastée par leur affrontement. Les dieux n’ont que faire des dommages collatéraux.

Leur cinq adversaires ne tardent pas à se montrer, Dahlia sent l’adrénaline s’écouler dans ses veines. La brune a malgré elle finit par aimer l’ambiance électrique des combats, l’échange avec l’adversaire, en revanche pas la finalité qui en découlait. L’égyptienne fixe son opposant, l’autre capitaine, une vieille coutume grecque qui s’était installée au fil des années. Chacun affronte celui qui se rapproche le plus de son statut, ainsi les débutants se battraient entre eux, et étaient rarement les premiers à mourir, n’osant pas utiliser tout le potentiel de leurs armes.

Les dieux d’Egypte souhaitent s’emparer du territoire Grec, mais Zeus et son armée se tiennent face à eux, et entament l’affrontement. Dahlia combat un jeune blond à l’armure parcourue d’électricité, reconnaissable entre toutes. Les deux sacrifiés se rapprochent à une vitesse impressionnante et commencent un échange sans retenu. La brune prend rapidement le dessus, le visage fermé, les yeux dénués d’émotions, seule lui importait sa survie. Aucune animosité ne transparaît de sa personne, mais ses rayons incandescents mettent à mal le représentant de Zeus. Son adversaire se défend bien, tente plusieurs fois de l’avoir par surprise, mais Dahlia parvient à garder l’avantage, lui assénant de puissants coups qui finissent par lui faire plier l’échine.

Les deux soldats se font face, essoufflés, tandis que les attaques filent autour d’eux dans un fracas assourdissant. Il ne reste bientôt plus grand monde sur la plaine. L’égyptienne fronce les sourcils en voyant le blond lâcher son glaive, se demandant se qui suivrait. Elle fléchit sur ses appuis lorsqu’une boule bleutée prend forme dans les mains de son ennemi. Cette dernière devient énorme à mesure que les secondes passent et Dahlia ne tarde pas à répliquer. La brune tend ses mains devant elle, formant un triangle de ses doigts, et se met à concentrer de l’énergie en un même point. L’attaque serait puissante, bien destinée à en finir avec le grec. Au moment où elle relâche sa déflagration lumineuse, celui-ci fait de même et leur deux attaques s’entrechoquent, les envoyant chacun violemment en arrière.

La combattante se cogne à un rocher, sa respiration se coupe tandis que des morceaux de son armures partent en lambeaux. Ses oreilles bourdonnent, un marteau tambourine sur sa boîte crânienne. Allongée sur le ventre, elle cherche son adversaire des yeux, mais la poussière masque la visibilité. Cependant les bruits de lutte à proximité se faisaient également discret, la fin approche. Mais pas de la manière dont Dahlia l’aurai pensé. Deux personnes inconnues se rapprochaient d’elle d’un pas déterminé, pas même surpris par l’état des lieux. Les sens en alerte, la soldat se met accroupi, prête à frapper malgré sa fatigue. Mais l’homme et la femme se contentent de rester debout à environ deux mètres. Le roux prend la parole :

« Dahlia Gardilho ? »

« Vous m’avez l’air informés. Qui êtes-vous ? »

Ses poings se serraient, que veulent-ils ? D’où sortent-il surtout ?

« Nous sommes HOPE, une organisation parcourant les mondes afin de trouver de l’aide. Nous avons besoin de personnes comme vous, l’univers tout entier est en danger. »

Elle hausse un sourcil, affichant soudain un sourire narquois.

« Donc vous êtes capable de venir jusqu’ici, mais pas de régler vos problèmes ? Je crains ne pas pouvoir grand chose pour vous. »

« Vous ne comprenez pas, la menace au-dessus de nos têtes dépassent ce que vous pouvez imaginer, seuls, nous ne pourrions la neutraliser, votre monde aussi cours un risque ! »

« Ça pour en courir un, j’ai un fidèle spectateur qui regarde ma déchéance assidûment, il ne rate jamais un épisode. Il ne faudrait pas le priver de son personnage principal vous voyez... » Répond Dahlia d’un ton cynique.

Finalement la femme ouvre la bouche.

« Justement, si votre Dieu ne vous autorise pas à venir avec nous, lui-même périra... Il doit bien sentir quelque chose. Et je sais comment vous convaincre. »

« Impatiente d’entendre la suite. » Répliqua la brune d’un ton sec.

« Nous savons où est votre mère. »

Dahlia écarquille les yeux, cela fait des années qu’elle a abandonné l’idée de la revoir. De toute façon connaissant son destin, elle ne voyait plus l’intérêt de lui infliger la souffrance de revoir sa fille condamnée. L’agente de HOPE sortie un petit appareil tenant dans la paume de sa main, d’où en sortie un hologramme, de Pharah, la seule qui a voulu son bonheur, sa mère. Les traces du temps sont présentes sur son visage mais la ressemblance entre les deux femmes est impressionnante, elle tient d’elle ses cheveux d’ébène. Le cœur de la brune rate un battement, il n’y avait aucun doute sur l’identité de cette femme. La voir balaye toutes les convictions qu’elle s’est fixée, elle ressent le besoin de la voir, rien qu’une fois.

Si HOPE a pu remplir l’un de ses espoirs les plus cher, alors peut-être lui offrirait-il un avenir plus glorieux que sur Zephyra. Et qui sait, la solution contre ces Dieux impitoyables.


Autres
Pseudo : Dahlia
Age : Bientôt 22 ans !
Comment avez-vous connu le forum : Par un certain bébé grognon il se reconnaîtra  


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Avr - 22:45
Divin
avatar
Messages : 56
Voir le profil de l'utilisateur
Hm ? Serais-tu liée à Leo d'Antares ? La question devra rester un mystère , car JE TE VALIDE !!

Ton histoire est bien racontée et elle montre très bien les enjeux de ton personnage. Pas de problème en ce qui concerne l'écriture, je n'ai relevé aucune faute évidente

Bref ~




Félicitation, te voici enfin validé !
Avant de RP, n'oublie pas de :


→ Mettre le nom du personnage qui te sert d'avatar dans ton profil (champ "Origine de l'avatar") !
→ Poster le cadre de tes futurs liens inRP
→ Poster le cadre de ta future Chronologie RP
→ Terminer ce combat avec le blond à grand coup de dentifrice

Bon RP parmi nous, Matricule HO-2647 !
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rebirth Universal :: INRP :: Carnet de Présentation :: Validés-