AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Derniers sujets
» Poke the Dragon
Aujourd'hui à 0:03 par Jason

» CT du Feu Eternel
Hier à 14:58 par The Rebirther

» Traumatisées de la vie
Sam 17 Nov - 20:41 par Emily Grimbald

» Leçon d'escrime
Sam 17 Nov - 19:57 par Proxima Centrenuit

» [MISSION]Kill the boredom
Sam 17 Nov - 18:55 par Jason

» Dans la Ligne de Mire
Sam 17 Nov - 18:08 par Jason

» Épreuve en plein désert [PV Geleerde]
Mer 14 Nov - 21:37 par Katarina sin miedo

» L'Aube des Mondes
Mer 14 Nov - 16:12 par Invité

» Ou comment se sortir du pétrin.
Dim 11 Nov - 20:13 par Sarah "Surtur"

» Demande de partenariat - The Fifth Being
Sam 10 Nov - 14:53 par The Rebirther

» Pour moi, la fin
Jeu 8 Nov - 10:54 par Jason

» Kill the Infraction
Lun 5 Nov - 16:44 par Proxima Centrenuit


Carnet de Présentation de Yagleadra

 :: INRP :: Carnet de Présentation :: Validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 25 Mar - 3:39
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 128

ID AGENT
Matricule: HO-6092
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t261-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t266-les-memoires-de-yagleadra
CP de Yagleadra
  • Univers d'origine
  • -Classified-
  • Origine du perso
  • Inventé
  • Âge
  • -Cassified-
  • Sexe
  • Féminin
Matricule HO-6092



Histoire
Depuis toujours, elle était destinée à faire de grande choses ... Depuis toujours, elle était promise à un brillant avenir.

Comme un fait exprès, Yagleadra était la fille d'un des grand scientifique de leur ère. Ce n'était pas un titre donné à la légère puisque la société des Yamogriens, ses êtres venu des étoiles, était entièrement basé sur leur soif de savoir et leur communauté scientifique, à tel point que ses hommes et femmes d'esprits étaient également à la tête du peuple. De ce fait, elle était en quelque sorte l'enfant d'un des grand dirigeant de leur race. Les Yamogriens visaient plus haut que les étoiles, imposant leur domination par le savoir et la stratégie, quand bien même ils n'étaient pas de francs combattant mais de fins négociateurs ...

Tout cela pour dire que Yagleadra eut une enfance luxueuse comparée aux standards de la société et a reçu, avec plaisir, la plus poussée des éducations qui l'a mené à se former pour succéder à son père. C'était une chose très important pour cette famille car être un héritier au trône, pour ainsi dire, n'était pas le seul facteur pour succéder aux dirigeant. Si l'enfant n'était pas à la hauteur, les autres membres du conseils avaient le droit choisir un autre candidat et ils n'hésitaient pas un seul instant, l'élitisme faisant partit de leur culture et cette objectif de progression, d'ascension était un objectif partagé avec la plupart du peuple.

Cependant, comme prévu, Yagleadra suivit les instructions des plus grands professeurs, détenteurs du savoir de leur monde, de la technologie, de la biologie, de l'espace et de l'univers, succédant à son père et étant donnée le titre le plus prisé de tous... Celui de la représentante de l'ordre scientifique du conseil. Car bien évidement, si les sciences et la technologie avait un énorme rôle pour les gardiens du savoir, chaque conseillers avaient une branche de prédilection bien spécifique et celle des science dictait directement l'évolution des Yamogriens. Yagleadra était devenue la femme la plus influence de toute sa race.

Au moment de l'ascension, la cérémonie propre à ce genre de gradation, son père lui-même lui remit les précieuses données dont seul le conseiller des science avait accès, ainsi que les décorations, preuve de l'importance de la jeune femme. Devant l'assemblée toute entière de millions d'individu, son père lui glissa ses mots.

"Yagleadra. Ta curiosité a toujours été ton meilleur atout et ton pire défaut. Un scientifique sans curiosité défie la définition de son propre métier. En te laissant dévorer par celle-ci, tu as souvent été trop loin, enfreins les règles et tu t'es parfois mise en danger toi-même. Mais ... Tu as toujours eu les épaules pour endurer les plus lourde responsabilités et tu apprend de tes erreurs. N'est-ce pas là ce que l'on demande d'un parfait chercheur ? Alors, de par tes lumières et tes éclairs de génie, guide nous vers un futur radieux, ma fille."

Ovations et célébration s'en suivirent alors que la nouvelle élue rêvait déjà du moment où elle embarquerait dans le prochain vaisseau pour conduire ses recherches sur d'autre terres, ailleurs où les plus grandes découvertes sont encore à faire.

Mais au plus le temps passait, au plus elle se rendait compte d'une chose assez triste. Alors que l'âge progressait, que la sagesse se gagnait, elle regardait en arrière et admirait avec fierté toute les découverte qu'elle avait fait, les inventions qu'elle avait mise au monde ... Mais également de grand regrets qui n'en avait jamais été jusqu'à lors.
Son enfance et sa vie en générale n'avait été que succession d'étude, de confinement, d'étude à engranger le savoir ce qui était une vie bien remplie et satisfaisante pour la majorité des Yamogriens. Ses responsabilités, cependant, à succéder à son père et à, par la suite, guider son peuple l'avait fait oublié qu'il y a d'autre choses dans la vie. Jamais elle n'eut d'amis proche, encore moins de relation réellement intime et alors qu'elle se regardait vieillir, une solitude qu'elle ne ressentait pas avant apparaissait lentement.

Mais que pouvait-elle faire ? Elle était la femme la plus influente et contrairement aux sociétés humaines, la corruption aurait été si mal vue que son peuple aurait perdu tout espoir en tout ce qu'elle représentait. Le seul moyen était de rencontrer quelqu'un sans raccourcis mais là encore, ce n'était plus possible de par son statut et tout ce qu'elle représentait. Elle gardait cependant espoir de briser cette solitude qui petit à petit la touchait et la gangrénait. Et qui sait ? Peut-être était-ce simplement cette curiosité qui la caractérisait qui lui faisait se poser ses questions, subitement. Peut-être était-elle juste curieuse de comprendre pourquoi de tels rapprochement réchauffait les coeurs des êtres intelligents de son monde.

Un jour, la curiosité de la dirigeante la poussa à explorer une planète inconnue. Ceci n'était pas chose rare en réalité mais peut-être était-ce l'expédition de trop. Depuis une certaine découverte sur un planète désertique, une nouvelle maladie s'est répandue à l’insu de tout le monde, dormante durant des mois, le temps de se propager. Quelque chose d'aussi grave que le cancer, si ce n'est plus virulent, un tueur lent et insidieux qui semblait toucher uniquement les Yamogriens...

Un tel événement rassembla à nouveau le conseil dont faisait partit Yagleadra et à l'unanimité, tout les effort de leur race entière allait être portée sur la confection d'un remède, qu'importe leur recherches, qu'importe leur projets ou leur quasi-religion de la progression car sans ça, leur race allait s'éteindre d'ici quelques années. Il était évident pour tout le monde qu'il s'agissait d'un virus réveillé lors de fouilles durant la dite exploration, quelque chose qu'ils n'auraient jamais contracté, sans doute, s'ils n'avaient pas fait de petites erreurs insignifiante et pourtant pleine de conséquences.

Yagleadra comme les autre travailla d'arrache-pied à la confection de cet antidote, des jours et des mois alors qu'elle-même commençait à faiblir, elle-même sentait les effets du poison, la fatigue et la fièvre progresser ... Ce n'est qu'au bout de plusieurs mois et des millions de morts après cela qu'elle trouva un remède qu'elle essaya elle-même, son dernier espoir avant qu'elle-même n'ait plus la force de mener d'autres recherche, qu'importe les conséquences.

Ce fut un succès ... les symptômes disparurent et encore une fois, Yagleadra avait démontré tout son talent et avait littéralement sauvé, maintenu à bout de bras son peuple tout entier mais ce seulement pour une année ... Le vaccin injecté à tout membre de la population, sur leur planète ou en orbite, a finit par muter, lentement une nouvelle fois, une réaction que personne ne pouvait prédire et même en surveillant l'état de santé des patients attentivement, rien ne transparaissait ... Jusqu'au jour funeste où la maladie se décida à agir pour de bon.

Les personnes agonisaient de douleurs les premiers jours, tous prit de convulsions et d'autres symptômes horrible. Déformation des membres, hémorragie interne et externe, structure osseuse complétement modifiée, un peu comme une évolution forcée que personne ne pouvait tenir. Durant une longue semaine, le chaos régna dans les vaisseaux et sur la terre ferme. Yagleadra, lors de ses événements, avait le pied à terre et a été témoin de la déchéance. Dans la panique et sans doute à cause des mutations elle-mêmes, les instincts se sont réveillé et après quelques jours de massacre dictés par un affolement moléculaire de chaque individu...Le calme est revenu. Le virus avait infecté les Yamogriens mais aussi les plantes, les animaux ... Le virus était dans le sang, dans l'eau, dans l'air et au final, même la terre en a été souillé. Les êtres vivant voyaient leur biomasse torturée et exposée, tout ne devenant au final que chair difforme et souffrance, tissus organique et sang remplaçant le sol et les mers. Au final, elle créa la fin de son monde bien qu'encore une fois, on ne pouvait pas la blâmer entièrement.

Yagleadra subit bien évidement elle aussi ce destin funeste mais contrairement à d'autre, elle se réveilla après des jours et des nuits de souffrance, à être maintenue en vie par on ne sait quelle force. Son corps avait changé, avait fusionné avec d'autres, s'était divisé, prenait difficilement la forme d'un humanoïde avant de s'être stabilisée. Lorsqu'elle se releva, elle observa la vision d'horreur se présentant face à elle. Le concept de l'enfer était bien trop gentillet face au spectacle. Toute technologie, chaque murs et habitations, chaque transport et même chaque parcelle de sol était recouvert par des toiles et des membranes de chair. Dans les murs se dessinaient les silhouettes de ceux qui ont péris, comme absorbé et digéré par ceux-ci.

Et lorsqu'elle eut le courage de sortir et explorer, elle pu constater que le monde était désormais peuplé de créature difformes. La peur et l'effroi l'envahissait mais quelques minutes à peine à croiser les "regards" de ses choses la fit constater qu'ils étaient, tous, que des simple coquille vide. Des recherche lui ont même mené à la conclusions qu'il s'agissait d'être maintenu en vie mais bien mort au sens émotionnel, mental du terme.

Elle marcha et parcourra le monde, sans voix, dans la confusion la plus totale, le cœur serré et transformé, physiquement comme mentalement de cette expérience. Partout où elle allait, c'était le même résultat : de la chair parasitait toute surface et les créatures qu'elle croisait, toute plus difformes les unes que les autres, ne montraient ni signes d'agressivité, de méfiance ou juste des signes d'intelligence ...

Ses premiers instincts la mena à essayer de trouver un vaisseau fonctionnel, que cela soit pour parcourir la planète ou pour s'enfuir de celle-ci mais la planète, désormais vivante, ne souhaitait pas la voir partir alors qu'elle essayait de creuser et déchiqueter la chair sans que quelconque progrès ne se fasse en réalité.

Son deuxième recours fut de parcourir le monde à la recherche d'un quelconque survivant comme elle mais en vain. Elle passa des jours à marcher, à explorer, des semaines, des mois, presque des années et pendant ce pèlerinage, l'ancienne dirigeante passa par toute les étapes de la psychose. Le déni, la colère, le désespoirs, la tristesse, la rage, la fureur, la folie ... Se mettant presque à hurler sur tout et n'importe quoi, juste pour provoquer une réaction, un sursaut ou même prouver à elle même que dans cet enfer, elle était en vie.

Une éternité à chercher une solution et tout autant de temps à se blâmer pour avoir essayé, blâmer pour avoir trouvé une solution, se blâmer d'être encore en vie. Elle regrettait les gens, les bonjours, elle pleurait les défunts, les rares qui comptaient à sa vie, pleurer les cadavres qu'elle trouvait et les autres, ceux qui bougeaient encore en agonie. Cela lui remémora ses remords sur le fait de n'avoir jamais connu l'amour, de ne jamais avoir construit une amitié profonde ... C'était désormais bien trop tard pour penser à ça et pourtant elle se martelait tout les jours l'esprit à s'en faire perdre la raison, à installer à la fois le désespoirs et la détermination de trouver quelqu'un sur ce cailloux inerte qui pourrait partager sa souffrance ou même l'accuser, lui hurler dessus, la frapper, faire quelque chose !

Mais le pire fut sans doute le fait que ... Après des années à visité chaque base, chaque villes, après tant de temps à marcher, à s'épuiser, à souffrir, à intoxiquer son cerveau de visions de plus en plus horrible ... Après des années à construire l'espoir et le voir s'écrouler ... Après qu'elle finisse par se rendre compte que malgré qu'elle ne déviait pas de sa route, elle retourne aux mêmes endroits ... Elle essaya de mettre fin à ses jours, activement. Mais c'était impossible. Qu'importe les pieux et les os sur lesquels elle s'empalait, qu'importe les ravins ou la noyade, les poumons remplit de ce sang infecté, rien ne la faisait cesser de vivre, rien ne la faisait arrêter de penser et de ressentir.

La terre la soignée. La planète la nourrissait, l'hydratait, refermait ses plaies, comme si sa seule fonction à présent était de maintenir en vie ceux qui foule sa croute. Qu'importe les dislocations, les fracas, les empalement, Yagleadra était et restait la seule personne dans le monde.

Dans son malheur et ses nombreuses tentatives, elle se découvrit un pouvoir. Elle pouvait moduler la chair et fouiller mentalement dans les codes génétiques de toute chose mais rapidement elle épuisa ses options. Elle ne pouvait toujours pas faire marcher les technologies trop endommagée et, "bénie" par ce pouvoir, elle essaya même de créer la vie mais à l'image de tout ici, elle ne parvins qu'à façonner des marionnettes sans âmes ...

Des siècles passèrent, des millénaires presque et petit à petit, ce qui lui restait de confiance disparaissait, un peu comme elle le souhaitait au final ... En l'absence de tout, en l'absence de besoins comme la faim ou la soif, la chaleur ou le confort ... En l'absence d’interaction, là où la tristesse ne peut survivre sans la joie, où la peur ne peux apparaitre sans danger et où le désespoirs se mélange avec le quotidien ... Yagleadra, quand bien même elle luttait, finissait par devenir cette chose vide qui ne ressentait plus rien. La douleur, l'agonie, les sentiments ... Son imagination s'était épuisée depuis des siècles et des siècles, ne laissant aucune porte de sortie à sa folie ... Elle restait là. A marcher. A errer. Sans but, sans s'en rendre compte, sans exister.

Elle ne pensait plus, donc elle n'était plus.

https://www.youtube.com/watch?v=lEE4yZgphFk


Description physique
Yagleadra, native d'un monde aujourd'hui oublié, n'avait d'humaine que la forme générale de son corps. Avant que le malheur de sa vie ne s'abatte sur elle, elle était déjà d'une race alien qui ferait hausser les sourcils de n'importe quel humain la croisant.
Cependant cette partie d'elle s'en est allée à jamais. Trop d'erreurs l'a mené à ce qu'elle est aujourd'hui ... Un être à la fois grotesque mais suscitant l’intérêt de par l'élégance toujours présente de sa forme mutilée et décharnée.

Yagleadra semble être, dans sa posture et ses gestes, un être noble, distingué, doux également. Cela tranche avec l'horreur de son corps qui n'est aujourd'hui fait que de chair, d'os et de carapace. Bien sur, certains pourraient dire que nous somme tous fait de chair et d'os mais dans son cas, cela prend des proportions plus extrêmes. La peau des humains dissimule la nature disgracieuse qu'elle contient mais Yagleadra, elle, arbore muscles et chair à l'air libre, seulement recouvert ici et là par de la carapace, une chitine insectoïde, peut-être un héritage de sa race éteinte ?

Elle relève de l'ordre de la curiosité et est plus souvent vue comme une créature plutôt qu'un être à part entière. Seule sa stature et sa présence permet de dire le contraire, surplombant les humains normaux de de son 2m20 et les mystifiant de ses gestes sensuels et fluide, de sa voix à la fois envoutante et matriarcale. Sans même ses étranges mutations, Yagleadra vient d'une race qui se proclamaient eux-même supérieur aux êtres humains, autant par l'intelligence, la constitution, l’adaptabilité physique et ainsi de suite ... Sans même cette apparence intimidante ou repoussante, son aura est celle d'un être surnaturel qui incite le respect.

Concrètement cependant, la tisseuse, nommée ainsi de par sa capacité à modifier son corps et à "tisser" la chair, est une personne parcourue de la tête au pieds par des tissus organique divers et variés. Des veines cours le long de ses muscles, pendent même parfois de ses membres ou détaché de son corps afin de relier son torse à son dos, à son cou ...
Son visage est celui d'un être humain. Une bouche, un nez, à la différence qu'elle a le regard caché sous une coiffe morbide. Crocs et chitines recouvrent le haut de son visage à la manière d'un animal sauvage s'étant agrippé à sa tête mais quand bien même, il s'agit bien là de son corps. Elle n'a pas d'yeux mais est pourtant capable de voir par des moyens qui lui son elle-même inconnues, fruit de la mutation qu'elle a enduré. Cette "coiffe" s'étend derrière elle pour imiter des cheveux mais à analyser cela de plus près, il s'agit d'un amas de tentacules, d'ossature, de joints et de sang coagulé.

Ses autres signes distinctif, parmi tant d'autres en réalité, seraient ses bras ou encore sa "queue".
Héritage de sa mutation, les bras de Yagleadra se sont divisé pour en faire deux paires, inférieur et supérieur. Elle possède d'ailleurs une maitrise assez grande de l'infection qui l'a contaminé pour avoir stoppé sa mort et avoir prit pleine possession de ses nouveaux membres. C'est pour cela également que de temps à autre, elle peut changer son apparence mais seulement en cas de besoin. Ce n'est pas un "plaisir" ou ce n'est pas "amusant" de le faire ...
Ce que l'on pourrait appeler une "queue" prend la forme d'une "trainée" de chair partant de ses hanches et descendant jusque derrière elle. Cette "trainée" imiterait presque celle de certaines robes, laissant un long voile derrière elles et couvrant le reste du bas du corps dans le processus mais celle-ci ne recouvre que les hanches. Tout comme son crâne, il serait facile de s'y tromper mais même ce voile de chair fait partit intégrante de son corps et, en certains cas, est également un organe capable de se mouvoir, doté de muscles bien qu'inactif la plupart du temps.

En ce qui s'agit de sa tenue, Yagleadra est une telle étrangeté qu'elle n'en aurait pas besoin, en temps normal. Extrêmement peu de personne ne pourrait voir en son anatomie extraterrestre et mutilée un quelconque attrait sexuel. Peut-être est-ce aussi dû au fait que la plupart de son corps est "naturellement" recouvert de chitine qui pourrait se confondre avec un quelconque effet de "vêtement" ...
Cependant, de par les codes de HOPE, un uniforme est de vigueur et celui-ci, sur Yagleadra, prend la forme d'une robe rouge recouvrant que partiellement son corps, donnant une sensation d'être "greffé" à son corps, à moitié engloutit dans sa propre chair. La Hopewatch serait similaire, un dispositif engloutit dans la chair de son poignet et ne laissant apparaitre que l'écran en temps voulu.

(Exemple de gauche https://pre00.deviantart.net/6fa9/th/pre/i/2015/107/c/4/elesh_norn_and_falkenrath_aristocrat_by_rogue_chan-d7e9fmz.jpg )


Description mentale
Yagleadra est une personne très difficile à cerner en vue de son passé désastreux.

Elle était considérée comme une personne d'un certain âge, à l'époque de l'existence de sa race. Ils possédaient une longévités accrue mais elle pouvait s'approcher d'une personne de 50 ans en comparaison, ce qui veut dire qu'elle possédait une certaine sagesse, un savoir faire et un savoir être approprié à sa fonction qui était celle d'une dirigeante, d'un membre du conseil qui portait son peuple. Elle était déterminée, travaillait jour et nuit pour le bien du plus grand nombre, elle était comme une mère, quelque part ...

Mais tout ceci est écrit au passé pour une bonne raison. Yagleadra a bien changé. Ou plutôt, sa personnalité n'a pas changé mais s'est effacée, complètement.

Après des années, des millénaires à errer dans un désert où elle ne pouvait pas mourir, où elle n'avait plus faim ou soif, où elle n'avait plus chaud ou froid ... Où elle n'avait plus de "besoin" et où elle était rongée jours après jours, secondes après secondes par un sentiment de remord, de vide, de solitude ... Peut-être était-ce un mécanisme de défense ou les résultats de sa longévité tragiquement accrue  mais au fil des années, la flamme en elle s'est éteinte pour ne laisser qu'une coquille vide, marchant sans but dans l'équivalent d'un apocalypse.

De ce fait, Yagleadra a une personnalité ... Très malléable. Lorsqu'elle arrive dans les rangs de HOPE, elle commence à peine à retrouver les sensations et les émotions qui font d'elle un être vivant : la faim, la peur ... Sa mémoire est inexistante au début et elle découvre le monde tel un enfant, bien qu'elle garde bien évidement une mentalité d'adulte. Elle découvre petit à petit le bien, le mal, ce qu'elle est capable de faire ou de ne pas faire et la majeur partie du temps, elle analyserait les réactions des autres et ses propres sentiments pour comprendre si elle ressent de l'amour, de la haine, de la joie, de la tristesse ou même savoir ce que ses sentiments signifient en réalité.

Extrêmement dépendante d'une personne extérieur pour sa survie et sa bonne intégration au sein de HOPE, elle sera très influencée dans son nouveau comportement par ses premiers contactes, que ceux-ci soient bon ou mauvais mais à défaut de forte influence, Yagleadra retrouvera petit à petit la mémoire au fur et à mesure que son trauma s'apaise et redeviendra petit à petit une personne similaire à qui elle était par le passé...

Une scientifique qui mettra son savoir en avant pour le bien de tous, une femme qui sait faire preuve de douceur tout autant qu'elle sait faire comprendre qu'il ne faut pas lui marcher sur les pieds. Une protectrice et une épaule, pour qui oserait toucher la sienne. Mais bien entendu, entre cette personne du passé et maintenant, il y a eut à la fois beaucoup de choses et pas grand choses ... Elle qui était caractérisée par une ambition parfois dangereuse, à prendre des risques pour le bien de tous, s'axerait désormais sur la prudence et des raisonnements plus sage et poussé afin qu'elle ne refasse pas les mêmes erreurs ... et entraine la chute de ses semblables avec elle. Optionnellement, elle se rendrait aussi compte de l'atrocité qu'elle serait devenue et verrait les choses de manière plus sombre qu'ils ne le sont vraiment. Elle se verrait probablement elle-même comme une moins que rien doublée d'un déchet monstrueux...

Mais ceci, évidement, arrivera si on la laisse faire et si on ne touche pas à sa façon d'être durant cette période très fragile de son existence qu'est ses débuts à HOPE.


Pouvoirs / Capacités
Yagleadra n'a reçu qu'un entrainement basique aux arts martiaux propre à son monde, ce qui fait d'elle quelqu'un pouvant se débrouiller, mais sans plus, au corps à corps. Sa race ne dispose pas de pouvoirs spécial hérité de leurs gênes et pourtant, elle se trouve être une personne au potentiel énorme et dévastateur en vu de sa nouvelle nature.

De par son infection et les mutations qu'elle a subit, Yagleadra est devenue un organisme très versatile mais avec des années de maitrise, elle a réussit à contrôler sa morphologie au point d'en modifier son propre ADN ... et celle des autres. Un pouvoir dévastateur qui a mené à l'extinction de toute vie comme nous la connaissons sur son monde.

Potentiellement, Yagleadra a un pouvoir infini mais bien des choses l’empêche de l'utiliser à son plein potentiel. Déja, sa longue exile de plusieurs millénaires qui lui a fait oublié et presque retiré cette capacité innée mais aussi un profond blocage psychologique qui l'empêche, sous aucune exception, d'utiliser son pouvoir sur quelqu'un d'autre qu'elle ou même de l'utiliser tout court en réalité. C'est pourquoi elle pourrait se donner par exemple des ailes ou se changer littéralement en monstre mais n'a ni physiquement ni mentalement les moyens de le faire et cela serait un travail psychologique et un entrainement énorme à faire pour y arriver sans répercussions néfaste.

Dans sa gamme de capacité, Yagleadra pourrait créer des clônes sans volonté propre, changer d'apparence, créer des extensions d'elle même de chair, créer une carapace, des projectile d'os, tentacules, amélioré sa constituation, sa vitesse, ses réflexes et lorsque le contexte sera approprié, celle des autres.

Il y a aussi une part magique en elle, un pouvoir caché de par son évolution. Elle pourrait facilement synthétisé des organes inédits qui "capturent" la magie environnante et lui permet de l'utiliser mais ceci n'est clairement pas son domaine de prédilection.


Test RP
(Trop long, au post suivant)


Autres
Pseudo : Kuzfo ou BB pour les connaisseurs ~
Age : 24
Comment avez-vous connu le forum : Gel d'amur


Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Mar - 3:51
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 128

ID AGENT
Matricule: HO-6092
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t261-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t266-les-memoires-de-yagleadra
Test Rp

Yagleadra marchait ... Il n'y avait plus que cela à faire ... marcher ... depuis des dizaines de milliers d'année, elle marchait. Elle regardait le sol, elle tombait, elle se fracassait, se relever, sans la moindre émotion. Tel était son destin. Tel était la volonté de cette planète vivante qu'elle avait elle-même créée. Son état s'approchait de la transe perpétuelle, focalisée sur une seule chose, maintenant, après, toujours et à jamais ... Marcher.

Mais un jour, elle fit face à quelque chose de nouveau. Quelque chose de nouveau sur un monde qu'elle avait exploré de fond en comble par dépit et ce durant plus de centaines de cycles de vie ... Au loin, elle entendit un bruit métallique qui lui fit relever lentement la tête, ayant à peine la force pour le faire... et sans s'arrêter, amorphe, elle regarda sans comprendre un vaisseau qui se posa sur la masse molle et purulente qui servait de sol. De ce vaisseau sortit un groupe d'homme qu'elle n'eut même pas la présence d'esprit de compter, tous enfermé dans des combinaisons épaisse, des scaphandres. Il y eut des échanges mais seuls des échos confus parvenaient à ses oreilles, n'étant même pas sure qu'elle comprenait le langage ... si tenté qu'elle essayait de comprendre.

"... état de ... ... Infe-... sécurisé ? ... Sca... ne pas les ... ... ... Danger, me- ... Quarantaine ... ... vous ... ... autres analy- ..."

Elle ignorait ce qu'ils disaient, elle ignorait si ils étaient loin, proche, si ils la regardaient, si ils la menaçaient ... Elle s'en fichait ... Elle n'avait même pas la force ou la présence de ne pas s'y intéresser. Elle continuait son chemin, fatiguée, souffrante, vide ... Vide ... Des lumières s'agitaient sur elle et les paroles devenaient de plus en plus forte, de plus en plus audible, des cris presque.

" Ne ... ... plus ! ... ... Vous nous compren- ... ... ? ... Contrains de ... ! "

Puis ça la percuta d'un seul coup, elle entendit et compris les paroles clair et net.

"Arrêtez-vous !"

Et comme si cette phrase parlait à ses instincts les plus primaire, Yagleadra cessa maladroitement de marcher. Son corps était fragile, elle avait du mal à se tenir droite, à se concentrer .... Elle sentait ses jambes fléchir comme si elle n'était plus faite pour cesser le mouvement, aussi lent soient-ils et elle tomba de manière disloquée au sol, ses genoux tombant dans des bruits humide sur les membranes gorgées de fluides.

Son visage fixait le sol pour lentement remonter vers le visage masqué qui s'approchait légèrement d'elle, griffant le sol de ses doigts squelettique et écharpés ... Au plus elle s'éveillait de sa torpeur, au plus elle pouvait détailler la scène qui se produisait autour d'elle ... Elle était entourée par des soldats, armés, braquant leur armes sur elle, tous solidement confiné dans combinaisons de protection et tous la fixait alors qu'elle restait impuissante sur le sol, toujours perdue. Elle entendit le chef discuter, parler ... à tout le monde ? A personne ... ?

"Capitaine, demande de confirmation, vous voyez les images aussi bien que moi. Êtes-vous sur ? Elle a l'air dans un sale état, comme ... Tout le reste d'ailleurs ... Très bien ... A vos ordres, capitaine."

Il s'accroupit alors devant elle et essaya d'établir le contacte, tous semblaient tendu et incertains. Sans doute que si Yagleadra était à leur place, elle ferait de même ... Face à l'atrocité qu'elle était devenue, elle aussi aurait peur mais même cette pensée était de trop pour son cerveau grillé, pour ce flot d'information nouveau et indéchiffrable qui lui parvenait. L'homme lui agita la main devant le visage.

"Vous m'entendez ? Est-ce que vous me comprenez ? Vous pouvez vous relever ? ... Est-ce que vous avez un nom ?"

Ces simple questions étaient si douloureuse, elle ne savait même pas quoi en faire ... Mais elles eurent le mérite de, très lentement, lui faire reprendre conscience. Elle se remémorait ... Que ses mots, ses bruits, elle les utilisait par le passer pour ... Communiquer ? Communiquer ... Un concept étrange pour elle à cet instant précis ... Un concept qu'elle avait oublié et oublié son utilité. Pouvait-elle ... Reproduire ses sons ? Afin de peut-être rendre cette ... "communication" possible ? Penser ainsi était devenu un challenge et au final, aprés quelques secondes à bouger les lèvres, à produire un effort afin de donner une réponde, d'abord des sons puis finalement ...

"Yag ... Yagleadra ..."

C'était une réponse si naturelle quand bien même elle semblait avoir oublié son propre nom ... Un sursaut lui saisit le corps, comme si c'était la seule et unique chose qu'elle avait besoin ... Un contacte, des paroles échangées, une raison de ne pas abandonné. Elle se saisit du bras de son interlocuteur, les hommes s'affolant un instant alors que le supérieur, sa main libre vers ses hommes, les intimer de ne pas agir. Se tenant un peu à lui, elle finit par soupirer vaguement.

"Ai ... dez ... m .... m.... moi ... a.... ah...."

Et son corps vint lourdement heurter le sol. Elle redécouvrait les émotions et elle en eut tellement de par ses simples paroles qu'elle ne réussit même pas à les distinguer, à les comprendre, les traduire... Elle sombrait dans l'inconscience une nouvelle fois, puisque c'était aussi comme ça que l'on pourrait appeler son exile ici.

Lorsqu'elle eut un semblant de récollection, Yagleadra sentait .... de l'eau ... ou du moins un liquide tout autour d'elle. Elle n'avait plus pied et flottait d'une manière inexpliquée. De temps à autre, elle sentait ses membres bouger et toucher une surface dure, tout autour d'elle. Une cuve ? Un cuve, peut-être ... Elle ignorait le temps qu'elle y passa mais elle se sentait partir et revenir à la réalité, entendant ici et là des brides de paroles.


"Je vous le confirme, l'infection n'est pas contagieuse pour l'humain. Nous devons encore faire des testes pour les autres espèces de l'HOPE  mais ..."

...

"Nous devons la maintenir en vie ... Peut-être était-ce l’œuvre de l'Ainé après tout."

...

"Elle montre clairement des signes d'intelligence ... L'équipe de terrain a certifié qu'elle était inoffensive."

...

"Oui, il y a un signal cérébrale, de plus en plus souvent, parfois plusieurs fois par jours. Oh, regardez. Maintenant."

...

"Oly, vous êtes la mieux qualifiée pour ce travail. Lorsqu'elle sera sur pied, aidez la à se sociabilisé."

"Pardon ? Sauf votre respect, je suis biologiste, pas psychiatre !"

...

Ses conversations qu'elle entendait se faisaient sur de longue période de temps, ignorant ce qui était long ou court en réalité en vu de ce qu'elle a vécu. La seule survivante de son espèce, du moins à sa connaissance, commençait à reprendre conscience, à voir les ombres et les formes ... si bien qu'elle vit, de manière floutée, une silhouette à la chevelure verte l'observer intensément ... Elle eut le réflexe de lentement lever une main et de la poser sur la vitre, dans sa direction. Sa vision se faisait de plus en plus claire alors qu'elle vit ... et ressentit sa main se poser au même endroit que la sienne, partageant une chaleur, même à travers la vitre, qui lui manquait depuis tant d'années...

Spoiler:
 

Finalement, on la sortit de la cuve lorsqu'elle prouva à son assemblée qu'elle serait capable de sortir en vie de ce liquide qui la stabilisait comme au premier jour de sa mutation, ainsi que lorsqu'ils eurent la preuve que Yagleadra n'était en aucun cas contagieuse. Elle fut alors enfermée dans une cellule vitrée où on l'observa évoluer de jour en  jour, apprenant à se redresser, à marcher, à observer, à comprendre alors qu'on lui soumettait des problèmes et des test de logique. Elle ressentait à nouveau la froideur des vitre, la chaleur d'un lit, le toucher du coton mais aussi la faim et la soif, un sentiment de besoin nouveau. Elle se sentait une nouvelle fois "mortelle" hors de l'influence de cette planète nourricière et maudite.

Rapidement, elle rencontra cette ... "Oly" qui devait s'occuper d'elle. Elle n'était pas humaine comme les autres. Elle avait des traits plus animal sans pour autant savoir de quel espèce ... probablement une qui n'existait pas sur sa planète. Entrant au début accompagnée de garde, communiquant avec elle, des questions simples, l'analysant ... Et au fur et à mesure qu'elle pouvait voir que Yagleadra était inoffensive, elle vint la visiter seule, puis de plus en plus souvent. Elle essayait d'éveiller sa curiosité et la pousser à interagir avec elle, lui serrant la main par exemple.

Lentement mais surement, elle comprit les bases du relationnel ou du moins s'en souvenait, là où les premiers jours, elle détruisait un test logique dans sa poigne en le regardant dans l'incompréhension la plus totale. Ils explorèrent aussi un phénomène qu'ils avaient semble-t-il observé durant son sommeille en stase, la poussant, la convainquant d'essayer d'utiliser ses pouvoirs pour, non pas sans difficulté, modifier son corps pour créer de petits êtres, surnommée la Tisseuse de chair de par ses prouesses biologique.

Au final, une autre personne entra dans sa chambre avec Oly, l'observant avec la plus grande attention.

"Et on peut lui parler ? Comprend-t-elle ce qu'on lui dit ?"

"Tout à fait."


"Très bien ... Comment est-elle ? Mentalement parlant ?"

"Elle a encore du mal à s'exprimer mais comprend ce qu'on lui dit, comprend ce qu'on veut d'elle, comprend les insinuation. Dans un peu de temps et avec l'aide des psychologues, elle pourra même distinguer le bien du mal et peut-être s'ouvrir à nous au point de nous expliquer ce qui lui est arrivée, si tenté qu'elle n'ai pas perdu la mémoire."

"Hm... Et ses capacités ? Elle les maitrise ? Elle ... Sait le pouvoir qu'elle a entre ses mains ?"

"A petite échelle mais les résultats sont de plus en plus prometteur de jours en jours."

"Pourrions nous ... "l'engager" dans notre lutte ?"

"... Cela serait un long parcours à faire mais je pense qu'au plus on interagira avec elle, au plus elle apprendra et fera ce qu'il y a à faire, oui. Mais vous savez ... C'est un être vivant. Vivant et pensant ... Vous devriez lui demander ... C'est également sa décision."

"... Très bien. Yagleadra, madame ? Nous aimerions ... Collaborer avec vous, si cela est possible. Vous pensez pouvoir me suivre pour vous montrer ... votre nouveau foyer ?"

Se tenant droite et surplombant es gens devant elle d'une tête ou deux, elle se tenait les mains de manière distinguée, preuve qu'elle avait reprit quelques couleurs, quelques habitudes du passé quand bien même elle ne comprenait pas pourquoi elle faisait ça. Elle eut un instant de silence et de réflexion, se rendant compte qu'elle allait une nouvelle fois faire face à l'inconnu et ... ce sentiment de choix ... était très étrange et rafraichissant à la fois. Se sentant portée par le courant cependant, elle hocha la tête et laissa un souffle s'échapper de ses lèvres.

"Oui ... J'ai ... Besoin de savoir ..."

Dit elle d'une manière à la fois véridique et symbolique ... Le Savoir ... Ce qui l'a mené là aujourd'hui.

"Très bien ... Bienvenue à HOPE, Yagleadra."
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Mar - 6:02
Déchu de HOPE
avatar
Messages : 28
Localisation : Val

ID AGENT
Matricule: HO-2775
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-universal.forumactif.com/t252-carnet-de-presentat http://rebirth-universal.forumactif.com/t260-mecha-journal
Bienvenue sur RU ! #PadanlaRU loul
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Mar - 15:48
Divin
avatar
Messages : 56
Voir le profil de l'utilisateur
Conseils, Corrections, Avis :

Généralités

...    

Que dire, si ce n'est que, comme à ton habitude, tu as su forger un nouveau personnage des plus intéressants et parfaitement complet. A peine arrivée à la moitié de l'histoire, nous sommes déjà empreints d'une empathie certaine pour elle et ce qu'elle peut vivre. Le (très) peu de faute que j'ai pu voir est minime et n'entiche nullement la lecture. Aucun doute, les futures aventures de Yagleadra sont prometteuses.

En bref... Tu. me. dois. des. RP.

Ce n'est une surprise pour personne : tu es donc validé ! Ton matricule est : HO-6092.





Félicitation, te voici enfin validé !
Avant de RP, n'oublie pas de :

→ Recenser ton Avatar
→ Poster le cadre de tes futurs liens inRP
→ Poster le cadre de ta future Chronologie RP
→ Vouer un culte et une reconnaissance éternelle pour celle qui t'as validé      


Bon RP parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rebirth Universal :: INRP :: Carnet de Présentation :: Validés-